Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Deftones
Diamond Eyes  (Warner Bros)  mai 2010

Le 4 novembre 2008, Chi Cheng, le bassiste de Deftones, a eu un grave accident de voiture et est actuellement toujours hospitalisé. Diamond Eyes est donc le premier album enregistré sans lui. Eros, le sixième album réalisé avec Chi et quasi-fini, est quant à lui repoussé par le groupe qui ne voulait pas le sortir sans leur bassiste. Il sera donc terminé et mis en vente lorsque Chi se sera remis. Le groupe publie donc son septième album avant son sixième.

Les 41 minutes de Diamond Eyes, le nouvel album de Deftones reste dans la continuité de ce que fait le groupe depuis des années. La recette est toujours la même : une grosse guitare bien lourde, un jeu de batterie assez sec, un son de basse rond et enveloppant, une pointe d'électro et une voix variant entre hurlement saturé et mélodie éthérée.

"Diamond Eyes", le premier titre qui donne son nom à l'album voit s'entrecroiser gros riffs de guitare et refrain mélodique. "Royal", le morceau suivant est une sorte de transition entre le Deftones actuel et le Deftones des débuts. Le troisième titre "CMND/CTRL" est plus offensif, venimeux, âpre. Il aurait clairement pu être sur le premier album du groupe de Sacramento. Les titres "You've Seen The Butcher", "Beauty School" et "Prince" se dirigent vers un son plus expérimental, toujours sur le fil du rasoir, entre ambiances aériennes, trip-hop et l'explosion total. "Rocket Skate", le premier extrait de l'album définit ce qu'est Deftones : le combat des influences entre les conceptions de Chino Moreno, qui est un gros fan de New Wave, et Stephen Carpenter, pour qui un riff de guitare n'est jamais assez fort, ni jamais assez violent. Le morceau "Sex­tape" va lorgner du côté des ballades mélancoliques, un peu comme certaines versions des titres du groupe revisités en acoustique sur l'album B-Sides and Rarities. "Risk", "976-EVIL", et "This Place Is Death" sont des purs exemples du son deftonien avec des puissants riffs de guitare, un son très lourd et dense en décalage avec la voix parfois quasi-lyriques.

20 ans après leurs débuts, Deftones continue d’évoluer surtout par la confrontation de ses forces internes. Les gros riffs metal sont toujours là, la puissance est intacte mais accompagnée d'ambiance trip-hop / électro très mélancolique, calme et sensuelle. Cet album est peut-être moins agressif que les précédents. Diamond Eyes n'en est pas moins un bon album de Deftones (malgré l'absence remarquée de Chi Cheng) et regorge de futurs classiques que les fans seront ravis d'entendre en live.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Deftones en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (vendredi)
Deftones en concert à La Boule Noire (10 mai 2010)
Deftones en concert au Trianon (13 & 15 décembre 2010)
Deftones en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Deftones en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (jeudi 22 août 2013)
Deftones en concert à Download Festival
Deftones en concert à Download Festival #1 (édition 2016)
Deftones en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Deftones en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - samedi 23 juin

En savoir plus :
Le site officiel de Deftones
Le Myspace de Deftones


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=