Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce MGMT
Congratulations  (Columbia)  avril 2010

Deuxième album de MGMT, dont le premier Oracular spectcular a connu le succès que l’on sait, en particulier grâce aux titres "Time to pretend" et "Kids", et à leur utilisation respective par le monde de la pub et de la politique (jeunesse UMP – au corps défendant de MGMT).

Le duo s’est étoffé à 5 musiciens et troqué une ambiance à dominante synthétique pour une orchestration plus folk-rock, au risque d’y perdre assez souvent leur spécificité. Par ailleurs, les choix de mixage peuvent sembler étranges et surtout parfois très différents d’un morceau à l’autre sans qu’on en comprenne forcement la raison (traitement de la voix en particulier… d’où un commentaire lapidaire de mon ado-test préférée, concluant 3 minutes d’écoute par un "on dirait Mika… avec un son pourri"). De Mika, certes, on peut fugacement se rapprocher, par le timbre de la voix et quelques instants mélodiques, mais c’est plutôt du côté de Bowie que l’on cherchera les influences.

En terme de chansons, pas de tubes du format du premier album, mais une collection de chansons souvent joliment troussées ("I found a whistle", "Song for Dan Treacy" par exemple) mais pas toutes immédiatement appréhendables, et j’avoue avoir l’impression de ne pas avoir réussi à "rentrer" dans ce disque.

Visiblement, il s’agit ici d’un album de transition, MGMT cherchant à évoluer en modifiant ses recettes. On cherche beaucoup donc, mais on est loin de toujours trouver. Cependant, quand on trouve c’est bluffant : "Flash delirium", qui est un miracle d’équilibres improbables, sauve à elle seule l’album.

Finalement, ma relative déception face à cet album que j’attendais avec curiosité m’amène les réflexions suivantes :

Le premier album était également dominé de la tête et des épaules par une chanson, "Time to pretend", le reste, à part peut-être "Kids", étant beaucoup moins tranchant. Donc peut-être y a-t-il une volonté délibérée du groupe de consacrer la majeure partie de leurs albums à l’exploration de leur univers personnel, ce qui serait tout à leur honneur. Il ne faut donc pas chercher dans un album de MGMT une majorité de formats pops classiques.

Comment expliquer le large succès immédiat de MGMT (je me souviens les avoir vu en couverture de Télérama) ? Ils ont certes créé quelques morceaux excellents mais c’est le cas de très nombreux groupes qui, eux, n’atteignent pas ce type de reconnaissance. J’aurais tendance à croire que le réel talent de MGMT est, au-delà de la musique, d’arriver à incarner un fantasme "rock’n’roll" au sens large, réinventant une forme de rébellion qui peut toucher le public. Après tout, tous les grands groupes ont été sublimés par une image qui les dépassait et MGMT, capable, sans rire, de recycler des clichés tels que "This is our decision, to live fast et die young" mérite tout notre affection.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Oracular Spectacular de MGMT
Une 2ème chronique de l'album Congratulations de MGMT
La chronique de l'album eponyme de MGMT
MGMT en concert au Festival La Route du Rock 2008 Collection Hiver
MGMT en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
MGMT en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
MGMT en concert au Festival Rock en Seine 2009 (dimanche 30 août 2009)
MGMT en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Vendredi 6 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de MGMT
Le Myspace de MGMT


Minimoi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=