Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Colts de l'or noir
Pierre Romanello  juin 2010

Réalisé par Pierre Romanello. France. Western. Durée : 2h05. (Sortie 2 juin 2010). Avec Frédéric Ferrer, Romain Bertrand et Lionel Tavera.

Chaque fois qu’apparaît sur les écrans un western français, il y a deux réactions possibles : soit on loue avec condescendance cette tentative isolée, soit on se moque de ce "western camembert" jugé avant même de le voir comme une chose ridicule appartenant à la catégorie infâmante des "nanars".

Les deux attitudes reposent sur une égale ignorance : celle de l’existence, dès les débuts du cinématographe, d’un western à la française. Dans les années 1900-1910, en Camargue, on tournait de nombreuses bandes où s’affrontaient des cowboys et des Indiens made in France. Bien qu’on n’ait pas souvent l’occasion de visionner ses films, la mémoire cinéphile conserve le nom de Joe Hamman, la grande vedette du western français de cette époque.

Depuis on a souvent vu des parodies du genre avec des acteurs comiques comme Fernandel ("La Terreur de la Pampa"), Fernand Raynaud ("Fernand Cowboy"), Bourvil ("Sérénade au Texas"). On a même vu le retour du western camarguais grâce à Johnny Hallyday dans "D’où viens-tu Johnny ?", le même Johnny tournant pour Robert Hossein un western "spaghetti à la française", "Le Spécialiste".

Mais c’est surtout par le biais de la bande dessinée que les Français ont perpétué récemment une production western avec "Blueberry et Lucky Luke", ce dernier étant par ailleurs le sujet d’un très grand nombre de films d’animation francophones.

Tout ça pour dire que "Les Colts de l’or noir" n’est pas un film qu’il faut juger comme une exception, pas plus qu’il ne faut s’appuyer sur la modestie de sa production et sur un casting comprenant une majorité de non professionnels pour en faire un "Ovni filmique" ne pouvant être comparé avec les autres films présents sur les écrans.

Le meilleur compliment que l’on pourra faire au film de Pierre Romanello est justement d’écrire que c’est un film comme les autres et qu’il mérite d’être jugé non à l’aune du western à la française mais du western tout court. Jamais approximatif dans son contexte, soigné dans sa facture, le film est vraiment un western. Même si le tournage en vidéo Haute définition peut lui donner des airs de téléfilm, il s’en sort bien grâce à une très belle photographie et au talent de Pierre Romanello qui alterne les plans sans jamais s’enfermer dans de systématiques champs-contrechamps. Avec une intrigue très linéaire, on est ici dans la tradition du western B plutôt que dans la lignée d’œuvres plus complexes comme les films d’un John Ford ou d’un Anthony Mann.

On aurait donc aimé qu’à l’instar de Budd Boetticher, le maître du genre, Romanello travaille un peu plus dans la concision. Pourtant, on ne le blâmera pas d’aimer prendre son temps pour filmer des chevaux magnifiques et l’on suivra sans ennui l’affrontement entre Frédéric Ferrer et Romain Bertrand, totalement à l’aise dans un genre qui ne souffre aucune médiocrité de jeu et requiert d’habitude des acteurs chevronnés.

Portée par une prometteuse musique de Damien Deshayes, "Les Colts de l’or noir" est une œuvre pleine de charme et constamment sans calcul. Elle honore un cinéma français qui, même s’il l’ignore, ne survivra qu’à la condition qu’il reconnaisse enfin les qualités de ses francs-tireurs.

 
 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=