Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Ogres de Barback
Interview de Alice  (Bruxelles)  mai 2004

Les Ogres de Barback, c'est 4 frères et soeurs multi-instrumentalistes, Fred, Sam, Alice et Mathilde, qui partagent le même amour de la musique et savent le faire partager à un public fidèle. La sortie de leur septième album nous donnel'occasion deles rencontrer.

Avec beaucoup de simplicité et de gentillesse Alice, une des deux Ogresses, a répondu aux questions de Froggy’s Delight. Je l’en remercie une fois encore .


Je vais commencer d’abord par une question double. Qui sont les Ogres de Barback, d’un point de vue musical d’abord mais aussi d’un point de vue humain ?

Alice : D’un point de vue humain, c’est 4 frères et sœurs. Ca c’est les 4 qui sont sur scène qui s’appellent les "Ogres de Barback". On joue depuis 10 ans.
Musicalement, on fait de la chanson. Juste chanson, car il y a pas mal d’influences dans notre musique. Les Têtes Raides qui jouent ce soir également au Cirque royal, par exemple, qui est une grosse influence chez nous, mais aussi Mano Negra. La Musique tzigane aussi.

D’où vous sont venus cette motivation et ce goût pour la musique, et qu’est-ce qui vous donne la motivation de continuer ?

A : C’est venu très naturellement, vu qu’on était musicien séparément à la maison , notre père était musicien aussi, donc on se retrouvait souvent pour jouer à des occasions comme les fêtes de famille. Et puis un jour, on s’est mis à jouer ensemble, juste pour faire la manche, dans la rue, ce qui nous a vraiment plu donc on a continué !

Pensez vous, aujourd’hui être arrivé à ce que vous espériez, au bout de vos ambitions ?

A : Pas encore ! C’est vrai qu’au bout de dix ans, on pourrait dire qu’on a fait un certain parcours et qu’on arrive un peu au bout, mais ce n’est pas du tout le cas. Les trois premières années, nous étions toujours au lycée, on jouait dans des bars, dans des clubs, des choses comme ça. Et nous on a encore pleins de projets !

Quels projets ?

A : Par exemple, l'année prochaine, on va d’abord faire une pause, pour raisons personnelles. Puis on compte reprendre, juste à 4. Cela fait déjà un an, un an et demi qu’on joue avec la fanfare du belgistan.

On peut dire aujourd’hui que vous avez un succès certain auprès d’un public très varié, beaucoup de gens parlent de vous, avec "Terrain vague" qui fut très attendu. Où avez vous trouvé l’inspiration pour ce dernier album ?

A : Les chansons viennent vraiment au fur et à mesure, il n’y a pas d’inspiration précise. C’est Fred (au chant), qui nous amène les textes, il nous les montre et la chanson par de là.

Certaines personnes ont du mal à accepter la première écoute de l’album, surement dû à de nouvelles tendances musicales qu’on ne connaissait pas dans les autres albums. Qu’en pensez vous ?

A : C’est vrai qu’il est un peu différent des autres, on l’a plus travaillé et on en est plus satisfait. Il nous représente plus. Alors le fait qu’il soit un peu moins accessible, est sans doute du au fait qu’on est parti un peu dans tous les sens, en faisant des choses pas faciles mais qui nous plaisent.

Terrain vague connaît un succès plus important que les albums précédents, a quoi est dû ce succès ?

A : De notre coté, on a fait plus de pub ! On a dit à tout le monde "Attention ! on va sortir un disque !". En plus ça faisait longtemps que les Ogres n’avaient plus sorti un disque à eux !

Pour en revenir à l’album en lui même.Il y a d’abord la chanson "Madame solène s’il vous plait ! ". C’est un peu la revendication de Solène de Grenoble. Existe-t-elle vraiment ?

A : Solène, oui ! Elle existe, mais c’est pas spécialement l’histoire de cette fille !

La région "Saumur" revient souvent dans l’album ! Une raison particulière ? J’ai entendu dire que la femme de Fred venait de cette région ?

A : Non non , c’est un délire, on aime bien dire n’importe quoi ! (rire)

Avec la chanson "Moi je", le groupe semble aborder un regisitre différent tant au plan musical que textuel...

A : Là justement, on ne s’est pas limité à notre style ! On avait envie de faire ça. La chanson est arrivée, ça ressemblait plus à de la pop qu’à de la chanson. Mais on s’est dit qu’on allait la mettre quand même.

Il y a la aussi chanson "3-0" qui fait beaucoup parler d’elle. Pouvez vous nous en parler un peu, faire un tour d’horizon des artistes qui y ont collaboré ?

A : A la base, on a lu le texte, avec Fred. On s’est dit que ce serait bien d’inviter un peu de monde, pour représenter leur ville, ça donnait un coté un peu rigolo à la chanson. Du coup on a appelé chaque personne qui, pour nous, représentait bien sa ville, personnes qu’on connaissait plus ou moins. Sanseverino à Paris, les hurlements de léo à Bordeaux, la tropa à Lyon, Massilia sound system à Marseille, Zebda et Fabulous à Toulouse, Weepers circus à Strasbourg, Loic Antoine à Lille, et Fanch à Rennes.

On parle de projets communs. Le chapiteau Latcho Drom en est un. C’est toujours en projet ou vous comptez reprendre les chapiteaux et y refaire des concerts ?

A : Pour le moment, on a mis ça de coté. Il n’y a aucun projet du tout pour le Chapiteau.

Toujours sur l’optique des projets communs avec d’autres groupes, il y a eu "la pittoresque histoire de Pittocha". C’est un projet qui, je pense, vous tenait à cœur. Etes-vous satisfait du résultat et des ventes de cd ?

A : On était très content. On ne s’attendait vraiment pas à ça, il s’est vendu à 30 000 exemplaires.

Avez vous d’autres projets communs ou êtes vous plutôt à fond dans la tournée qui tourne jusque mi automne 2004 ?

A : Des projets, ça oui. On établit de plus en plus ce qu’il va se passer sur l’année d’après, et même sur 2 ans.

Je parlais de concerts. Quand on va à un concert des Ogres de Barback, version "Terrain vague", à quoi doit-on s’attendre ?

A : Par rapport à avant, la fanfare est beaucoup plus présente. On a choisi de faire quelque chose de commun avec la fanfare car on sait que l’année prochaine on sera à 4. On en profite, on ne se limite pas à dire qu’on est les Ogres et qu’on est 4.

Je sais que vous avez beaucoup tourné. Constatez vous une différence au niveau du public, selon les régions ?

A : Pas par rapport à la Belgique ou à la Suisse, parce que ce sont des gens qui nous connaissent. Par contre dans les autres pays c’est complètement différent, ce sont des gens qui viennent par hasard et surtout parce qu’on est un groupe français, par curiosité ! Chaque fois c’est vraiment bien !

A part les 2 concerts successifs d’aujourd’hui et demain, comptez vous revenir en Belgique durant l’été ou le début de l’automne ?

A : Il y a une date à Namur, Au verdur Rock (26 juin), sinon on a quelques concerts en projets pour la Belgique, mais pour l’instant, rien d’officiel.

Je voudrais terminer cette interview par la question "fil rouge" du webzine. Si vous ne disposiez que de trois mots pour qualifier votre musique, quels seraient-ils ?

A : Joyeux, Triste … (rire) et Festif !


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Terrain Vague des Ogres de Barback
Les Ogres de Barback en concert au Cirque Royal (8 mai 2004)
Les Ogres de Barback en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (dimanche)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Les 3 éléphants
Les Ogres de Barback en concert au Festival du Bout du Monde
Les Ogres de Barback en concert au Fil (12 mars 2009)
Les Ogres de Barback en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - vendredi
Les Ogres de Barback en concert au Festival Jardin du Michel #10 (édition 2014)
L'interview des Ogres de Barback (13 octobre 2005)


Marie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=