Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Ogres de Barback
Interview de Alice  (Bruxelles)  mai 2004

Les Ogres de Barback, c'est 4 frères et soeurs multi-instrumentalistes, Fred, Sam, Alice et Mathilde, qui partagent le même amour de la musique et savent le faire partager à un public fidèle. La sortie de leur septième album nous donnel'occasion deles rencontrer.

Avec beaucoup de simplicité et de gentillesse Alice, une des deux Ogresses, a répondu aux questions de Froggy’s Delight. Je l’en remercie une fois encore .


Je vais commencer d’abord par une question double. Qui sont les Ogres de Barback, d’un point de vue musical d’abord mais aussi d’un point de vue humain ?

Alice : D’un point de vue humain, c’est 4 frères et sœurs. Ca c’est les 4 qui sont sur scène qui s’appellent les "Ogres de Barback". On joue depuis 10 ans.
Musicalement, on fait de la chanson. Juste chanson, car il y a pas mal d’influences dans notre musique. Les Têtes Raides qui jouent ce soir également au Cirque royal, par exemple, qui est une grosse influence chez nous, mais aussi Mano Negra. La Musique tzigane aussi.

D’où vous sont venus cette motivation et ce goût pour la musique, et qu’est-ce qui vous donne la motivation de continuer ?

A : C’est venu très naturellement, vu qu’on était musicien séparément à la maison , notre père était musicien aussi, donc on se retrouvait souvent pour jouer à des occasions comme les fêtes de famille. Et puis un jour, on s’est mis à jouer ensemble, juste pour faire la manche, dans la rue, ce qui nous a vraiment plu donc on a continué !

Pensez vous, aujourd’hui être arrivé à ce que vous espériez, au bout de vos ambitions ?

A : Pas encore ! C’est vrai qu’au bout de dix ans, on pourrait dire qu’on a fait un certain parcours et qu’on arrive un peu au bout, mais ce n’est pas du tout le cas. Les trois premières années, nous étions toujours au lycée, on jouait dans des bars, dans des clubs, des choses comme ça. Et nous on a encore pleins de projets !

Quels projets ?

A : Par exemple, l'année prochaine, on va d’abord faire une pause, pour raisons personnelles. Puis on compte reprendre, juste à 4. Cela fait déjà un an, un an et demi qu’on joue avec la fanfare du belgistan.

On peut dire aujourd’hui que vous avez un succès certain auprès d’un public très varié, beaucoup de gens parlent de vous, avec "Terrain vague" qui fut très attendu. Où avez vous trouvé l’inspiration pour ce dernier album ?

A : Les chansons viennent vraiment au fur et à mesure, il n’y a pas d’inspiration précise. C’est Fred (au chant), qui nous amène les textes, il nous les montre et la chanson par de là.

Certaines personnes ont du mal à accepter la première écoute de l’album, surement dû à de nouvelles tendances musicales qu’on ne connaissait pas dans les autres albums. Qu’en pensez vous ?

A : C’est vrai qu’il est un peu différent des autres, on l’a plus travaillé et on en est plus satisfait. Il nous représente plus. Alors le fait qu’il soit un peu moins accessible, est sans doute du au fait qu’on est parti un peu dans tous les sens, en faisant des choses pas faciles mais qui nous plaisent.

Terrain vague connaît un succès plus important que les albums précédents, a quoi est dû ce succès ?

A : De notre coté, on a fait plus de pub ! On a dit à tout le monde "Attention ! on va sortir un disque !". En plus ça faisait longtemps que les Ogres n’avaient plus sorti un disque à eux !

Pour en revenir à l’album en lui même.Il y a d’abord la chanson "Madame solène s’il vous plait ! ". C’est un peu la revendication de Solène de Grenoble. Existe-t-elle vraiment ?

A : Solène, oui ! Elle existe, mais c’est pas spécialement l’histoire de cette fille !

La région "Saumur" revient souvent dans l’album ! Une raison particulière ? J’ai entendu dire que la femme de Fred venait de cette région ?

A : Non non , c’est un délire, on aime bien dire n’importe quoi ! (rire)

Avec la chanson "Moi je", le groupe semble aborder un regisitre différent tant au plan musical que textuel...

A : Là justement, on ne s’est pas limité à notre style ! On avait envie de faire ça. La chanson est arrivée, ça ressemblait plus à de la pop qu’à de la chanson. Mais on s’est dit qu’on allait la mettre quand même.

Il y a la aussi chanson "3-0" qui fait beaucoup parler d’elle. Pouvez vous nous en parler un peu, faire un tour d’horizon des artistes qui y ont collaboré ?

A : A la base, on a lu le texte, avec Fred. On s’est dit que ce serait bien d’inviter un peu de monde, pour représenter leur ville, ça donnait un coté un peu rigolo à la chanson. Du coup on a appelé chaque personne qui, pour nous, représentait bien sa ville, personnes qu’on connaissait plus ou moins. Sanseverino à Paris, les hurlements de léo à Bordeaux, la tropa à Lyon, Massilia sound system à Marseille, Zebda et Fabulous à Toulouse, Weepers circus à Strasbourg, Loic Antoine à Lille, et Fanch à Rennes.

On parle de projets communs. Le chapiteau Latcho Drom en est un. C’est toujours en projet ou vous comptez reprendre les chapiteaux et y refaire des concerts ?

A : Pour le moment, on a mis ça de coté. Il n’y a aucun projet du tout pour le Chapiteau.

Toujours sur l’optique des projets communs avec d’autres groupes, il y a eu "la pittoresque histoire de Pittocha". C’est un projet qui, je pense, vous tenait à cœur. Etes-vous satisfait du résultat et des ventes de cd ?

A : On était très content. On ne s’attendait vraiment pas à ça, il s’est vendu à 30 000 exemplaires.

Avez vous d’autres projets communs ou êtes vous plutôt à fond dans la tournée qui tourne jusque mi automne 2004 ?

A : Des projets, ça oui. On établit de plus en plus ce qu’il va se passer sur l’année d’après, et même sur 2 ans.

Je parlais de concerts. Quand on va à un concert des Ogres de Barback, version "Terrain vague", à quoi doit-on s’attendre ?

A : Par rapport à avant, la fanfare est beaucoup plus présente. On a choisi de faire quelque chose de commun avec la fanfare car on sait que l’année prochaine on sera à 4. On en profite, on ne se limite pas à dire qu’on est les Ogres et qu’on est 4.

Je sais que vous avez beaucoup tourné. Constatez vous une différence au niveau du public, selon les régions ?

A : Pas par rapport à la Belgique ou à la Suisse, parce que ce sont des gens qui nous connaissent. Par contre dans les autres pays c’est complètement différent, ce sont des gens qui viennent par hasard et surtout parce qu’on est un groupe français, par curiosité ! Chaque fois c’est vraiment bien !

A part les 2 concerts successifs d’aujourd’hui et demain, comptez vous revenir en Belgique durant l’été ou le début de l’automne ?

A : Il y a une date à Namur, Au verdur Rock (26 juin), sinon on a quelques concerts en projets pour la Belgique, mais pour l’instant, rien d’officiel.

Je voudrais terminer cette interview par la question "fil rouge" du webzine. Si vous ne disposiez que de trois mots pour qualifier votre musique, quels seraient-ils ?

A : Joyeux, Triste … (rire) et Festif !


 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Terrain Vague des Ogres de Barback
Les Ogres de Barback en concert au Cirque Royal (8 mai 2004)
Les Ogres de Barback en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (dimanche)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Les 3 éléphants
Les Ogres de Barback en concert au Festival du Bout du Monde
Les Ogres de Barback en concert au Fil (12 mars 2009)
Les Ogres de Barback en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - vendredi
Les Ogres de Barback en concert au Festival Jardin du Michel #10 (édition 2014)
L'interview des Ogres de Barback (13 octobre 2005)


Marie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=