Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Raymonde Howard
Interview  (Bourges)  16 avril 2010

Peu après la sortie de l'album For all the bruises black eyes and peas de Raymonde Howard, Laëtitia Fournier se prête au jeu de l'interview auprès de Mickaël Mottet, chanteur d'Angil.

Dans la chanson "The raincoats are here", tu dis "the raincoats are here and the charcoal is there" ("les imperméables sont ici, le charbon est là-bas"). Pas de doute, on est à Saint-Étienne… J’ai l’impression que la géographie a beaucoup d’importance dans l’histoire de Raymonde Howard.

Laetitia Fournier : Je suis Stéphanoise. J’ai commencé à faire de la musique avec des groupes à Saint-Étienne, il y a une quinzaine d’années. La scène musicale était assez active dans les années 1990, surtout dans le milieu DIY et punk, dont je faisais partie (Goofball à l’époque, et aujourd’hui La Seconda Volta).

Saint-Étienne, c’est un peu la "ville des loosers"… Il n’y a pas une grande activité culturelle proposée, et finalement, beaucoup de gens se mettent à la musique. Que tu le veuilles ou non, tu te retrouves donc avec un patrimoine, qui influence ce que tu fais.

C’est vrai qu’on donne souvent cette image de la ville. D’un autre côté, on n’a pas des sous-vies… Pour moi, c’est ce que tu exprimes en disant "You are born out of lovers’ pleasure, there’s nothing sad". Ça va, tous les Stéphanois ne naissent pas dans la crasse, ni les conditions soi-disant plus appropriées pour devenir des rock-stars en puissance… Tout n’est pas négatif, au contraire, on arrive à compenser, ça pousse à l’inventivité.

Laetitia Fournier : Oui, on s’investit vraiment dans ce qu’on fait. Tous les groupes que je connais à Saint-Étienne, toutes les associations sont impliquées à 200 %, plus sincères, plus spontanées que dans des villes où l’activité culturelle serait plus forte.

Toi, tu es née à Saint-Étienne… et Raymonde est née à Reading, en Angleterre.

Laetitia Fournier : Oui. J’ai vécu une année près de Reading. J’avais laissé Goofball et les potes musiciens. C’était une sorte de retraite musicale… J’ai acheté un magnétophone 4 pistes, et à mon retour, j’ai composé les parties de guitare et de chant qui ont constitué mon premier album, sans avoir à me dire "il me faut un couplet ici, un refrain là, une batterie…". Si un instrument traînait dans le salon, je l’ajoutais à la composition en cours. Cela a donné mon premier album, sur Angry Ballerina. 10 titres en 10 minutes !

Il y a des traces de cela dans For all the bruises black eyes and peas, cet esprit d’expérimentation, où le moment compte beaucoup, plutôt que l’obsession pour le format pop.

Laetitia Fournier : Oui ; je ne me considère pas comme une musicienne technicienne. Ma démarche est spontanée, sur le moment. Si c’est trop travaillé, trop réfléchi, je ressens moins d’impact. Cela donne des chansons comme "Songs to shoot him", qui dure 55 secondes. Je ne pense pas trop au format. En concert, les gens peuvent être frustrés, parfois. Mais les morceaux ont été composés comme ça, dans l’immédiateté. À prendre ou à laisser.

Le pseudonyme, la langue anglaise, l’idée de montrer ses pieds sur la pochette… ce sont des jeux autour de l’identité, de la projection, de la mise en scène.

Laetitia Fournier : Raymonde Howard, c’est mon double. Un espace de liberté. Il y a toujours le côté franchouillard de "Raymonde" mêlé à l’aspect angliciste de "Howard"… Quant au jeu sur l’identité… sur la pochette de mon premier disque, j’ai pris mes pieds en photo sur une plage de Brighton. Sur celle du nouvel album, le point de vue n’est plus le mien, c’est celui de quelqu’un qui me regarderait. C’est une mise à nu, en quelque sorte, l’acceptation du regard des autres sur la musique.

Le micro-label Angry Ballerina a des pressages limités, "bornés". Comme toi ? Tu es une fille à principes ?

Laetitia Fournier : Oui ! Le fonctionnement du label, c’est 100 CDr de chaque artiste, pas plus. J’ai besoin de cet espace, de cette exigence, pour me sentir exister. C’est mon côté féministe, ma volonté d’indépendance.

Du coup, l’interaction n’aurait pas pu se faire avec n’importe quel label pour sortir For all the bruises black eyes and peas. We are Unique! Records nous laisse cet espace de liberté dont tu parlais.

We are Unique!, ce sont des gens qui ont un boulot, et qui ont monté ce label par plaisir. On est sur la même longueur d’ondes. Sur l’ordre des morceaux, par exemple, la question ne s’est même pas posée ; j’étais libre. C’est une bonne petite équipe !

Ton rapport à la professionnalisation ?

Le but n’est absolument pas de devenir intermittente du spectacle. Je ne veux pas faire ça tous les jours, ni tomber dans une routine musicale. Je suis heureuse d’avoir un boulot, de ne pas avoir à faire ça pour vivre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album For all the bruises black eyes and peas de Raymonde Howard
La chronique de l'album Le Lit de Raymonde Howard
La chronique de l'album S.W.E.A.T. de Raymonde Howard
Raymonde Howard en concert au Fil (22 novembre 2008)
Raymonde Howard en concert au Fil (6 juin 2009)
Raymonde Howard en concert au Fil (mercredi 6 octobre 2010)
L'interview de Raymonde Howard (lundi 3 mars 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Raymonde Howard
Le Bandcamp de Raymonde Howard
Le Myspace de Raymonde Howard
Le Facebook de Raymonde Howard
Le Myspace de La Seconda Volta
Le site officiel de Angry Ballerina Records
Le site officiel de We are Unique! Records


Mickaël Mottet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Raymonde Howard (9 août 2014)
Raymonde Howard (5 janvier 2011)


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=