Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dog Pound
Kim Chapiron  juin 2010

Réalisé par Kim Chapiron. Etats Unis. Drame. Durée : 1h31. (Sortie 23 juin 2010). Avec Adam Butcher, Shane Kippel, Mateo Morales, Slim Twig et Taylor Poulain.

Le film de prison est un genre encombré. Dans "Dog Pound", son second long-métrage, le jeune réalisateur français Kim Chapiron trouve un angle d'attaque plus original, puisqu'il s'intéresse aux centres où sont détenus au Canada les "grands adolescents" ayant franchi le seuil de la délinquance pour devenir des "pré-criminels".

Contrairement à "Un prophète" de Jacques Audiard, Chapiron ne s'appuie pas sur une thèse pour expliquer sa prison et pour lui donner un sens presque rassurant ; il ne recherche pas non plus un réalisme cinématographique en feignant d'oublier qu'il est dans la fabrication cinématographique. Il se contente de suivre le parcours de trois nouveaux venus dans ce système carcéral qui va fatalement les briser.

Il évite aussi l'écueil de l'ultra-violence gore ou sado-masochiste, voie fascisante, qui caractérise les films américains même les plus vantés, comme ceux des frères Coen et de Martin Scorsese. Chapiron sait s'arrêter juste à temps, juste pour faire comprendre que son personnage principal est à la fois un vrai révolté et la victime de pulsions de violence qu'il ne peut contrôler.

Ce qui frappe, et qui en fait peut-être déjà un cinéaste malgré sa jeunesse, c'est la mesure que Chapiron met dans son récit comme dans ses images : il ne surcharge pas inutilement les choses. Les gardiens ne sont pas des "matons" inhumains et caricaturaux mais des personnages ambivalents, parfois mus par de la compassion pour ces jeunes perdus et souvent dévorés de peur devant cette population incontrôlable.

Chapiron a un autre immense mérite : il ne dit pas, il fait comprendre. Ainsi, il est clair que le comportement de certains protagonistes relève plutôt de la psychiatrie et que la solution apportée dans cette "fourrière", où l'on prépare la plupart de ces jeunes gens à la "vraie" prison au lieu de les en préserver, est une mauvaise solution.

Certains diront que Chapiron a une pensée désuète, celle qu'on prêtait jadis aux "fictions de gauche" et qu'à l'heure actuelle, la vision plus ambiguë que sous-tend par exemple "Un prophète" est plus consensuelle.

Pourtant, il réussit avec une grande force à rendre crédible le moment où tout bascule, celui où l'on passe du chahut monstre de "Zéro de conduite" à la révolte absolue de "If", le film de Lindsay Anderson.

Quand ses "petits criminels" explosent, Chapiron a le souffle des créateurs qui répètent périodiquement qu'on a toujours raison de se révolter, quelle que soit la validité des motifs de sa révolte. On y lit une énergie à couper le souffle, une violence bien plus signifiante que celle qui tourne à vide gratuitement dans les films des réalisateurs américains déjà cités.

On se prend à penser au désespoir de "Punishment Park", on a le sentiment que ce film, commencé presque comme un banal récit de genre, a peut-être quelque chose de prophétique en lui et qu'il annonce des temps de colère que bien des films se plaisent à ignorer.

"Dog Pound" est un film qui remuera les indifférents et convaincra un peu plus les convaincus que le cinéma a encore un rôle social à jouer. On saura plus tard si "Dog Pound" aura été un signe avant-coureur de temps moins conformistes, ce qu'on sait désormais c'est que Kim Chapiron est un vrai cinéaste.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=