Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 31 juillet 2010)
Lafayette – Lilly Wood and the Prick – Lonely Drifter Karen – Nada Surf  (Paris, Parvis de l'Hôtel de Ville)  samedi 31 juillet 2010

Cette journée commencera sur des notes résolument féminines, avec trois chanteuses encadrées par tout un tas de musiciens masculins, avant de déboucher sur Nada Surf, un des clous de la programmation de cette année.

Il est cinq heures, j’arrive sur le parvis ensoleillé de l’Hôtel de Ville alors que Lafayette ajuste sa balance et qu’il y a déjà un peu de monde. La technique réglée, les organisateurs mettent un peu d’ambiance avec un blind test orchestré par un certain Erwan. Deux filles contre deux garçons, et des reprises à découvrir, un point pour le titre, un pour le reprisé et un pour le repriseur. La sélection est assez pointue, comme ce festival, et on profite du "Frida" de Brel repris par Noir dez’, et des "All apologies" de Nirvana par Sinead O’Connor.

Vers six heures, nous entrons dans le vif du sujet. Lafayette c’est une noire pour quatre blancs, et une étiquette auto-accordée d’heavy rock soul. Ça démarre très rock en effet, du lourd, avec les deux guitares et leurs riffs plutôt efficaces, et du cheveu long qui se balance sur les têtes des quatre musiciens.

Côté soul, je ne trouve heureusement que la belle dégaine de la chanteuse, avec sa perruque blanche et ses jambes sculpturales.

La géante perchée sur des talons qui la propulsent au mètre quatre-vingt-dix fait de louables efforts mais peine à épater sa galerie sur des titres pourtant alléchants, "Come on", let’s get it on.

Une fois de plus, je regrette l’ancienne scène du festival, au bout des quais qui amenaient un public plus averti que ce parvis ouvert à tout vent, mais je me fais une raison car après tout, ce n’est pas plus mal pour faire découvrir artistes et labels indépendants au plus grand nombre. Alors, faute au public ou à Lafayette si la mayonnaise ne prend pas ? Quand la belle cabotine en nous demandant si elle a des cheveux blancs parce qu’elle est vieille, pardon, âgée, je ne peux m’empêcher de penser que sa musique l’est un tantinet, du rock bien énergique, mais somme toute assez classique. Après une très belle reprise de "White rabbit" de Jefferson airplane, ils enchaînent sur "Sexual suicide", le titre que je retiendrai de ce premier set d’un peu moins d’une heure.

Viennent ensuite les habituels larrons qui nous proposent de mettre des bouchons dans les oreilles, avec rigoureusement les mêmes blagues pathétiques que l’autre fois. Matthew Caws de Nada Surf nous dira plus tard qu’il est désolé, mais qu’on limite ses décibels. Que de précautions…

Le parvis se remplit, et nous sentons une certaine attente pour le deuxième groupe, Lilly Wood and the prick. La chanteuse Nili Hadida déboule dans une surprenante robe blanche bricolée à partir de casquettes, visières en bustier, bobs pour une jupe gonflée. Ça démarre direct sur "Hey it’s okay", une rengaine qui marque les esprits et pose cette voix délicieuse qui participe du succès du groupe.

La musique n’est pas en rade, avec un bon son moderne, original, teinté d’électro. Benjamin Cotto lève les mains haut sur son clavier, et on le sent très impliqué. Le providentiel duo parisien est désormais accompagné de deux musiciens et les quatre compères sont protéiformes. Chez Lilly, les instruments tournent : Nili joue de la casserole et passe derrière la basse, le synthé en bandoulière, et finalement le clavier pour quelques mesures de "L.E.S. artistes", l’énorme reprise de Santogold qui lui donne l’occasion de râper un peu. Mais tiens, n’y-a-t-il pas un musicien fantôme qui donne du clavier quand personne n’est derrière ? Ha non, ok, c’est le mac à côté du batteur… Le public est séduit par la spontanéité du groupe, un vrai contact se noue, c’est cool de jouer à la maison nous dit-elle, en effet. Sur "Down the drain", je vois bien qu’ils ont déjà leurs fans, on connaît les paroles, ici ou là. Souhaitons-leur longue vie, et retournons les voir à la maroquinerie le 24 septembre.

À la pause, Florence Aubenas, l’otage d’avant, vient faire un tour pour nous inviter à soutenir les deux journalistes détenus en Afghanistan. Elle nous informe que la France serait passée du 11e au 43e rang mondial en termes d’indépendance de la presse, en quelques années. Ça ne m’étonne qu’à moitié… Heureusement, il nous reste l’indépendance de la musique.

Backstage, je croise une jeune femme timide, solitaire, qui trimballe sa guitare. Il s’agit bien de Tanja Frita, la chanteuse de Lonely Drifter Karen qu’on retrouve sur scène quelques minutes plus tard. Elle est curieuse, cette petite fille sage qui ne bouge pas bien sur scène et n’a vraiment pas l’air à l’aise derrière son micro. On imagine que c’est parce qu’elle est perdue dans ce monde dans lequel elle nous entraîne, au pays des merveilles. Deux latins au sang chaud encadrent bien heureusement l’Autrichienne presque frigide, Giorgio Menossi le rigolard italien à la batterie de profil et Marc Meliá Sobrevias l’espagnol au piano comme au cabaret. Le groupe que beaucoup qualifie d’européen est ici rehaussé d’un bassiste américain.

Chaque morceau  pourrait illustrer un film, une comédie musicale ou un conte de fées, et nous plongeons volontiers dans cet univers doux et aérien. "The world is crazy" nous dit-elle, mais elle nous le rend plus agréable dans cette ballade que tout le monde croit connaître. Nous retiendrons aussi "The owl moans low", et ses quelques mots de français, prononcés du bout des lèvres d’un bien joli accent. Le point d’orgue de ce concert est atteint lorsque Tanja démarre une chanson accompagnée de sa seule guitare. Alors que l’américain reste hors scène pour boire un coup – on l’a vu filer avec sa bouteille de rouge – les deux compères européens la rejoignent pour jouer tendrement des percussions sur la caisse de son instrument. Même si je ne suis pas sûr que ça tienne la route lors d’un long concert, ce Lonely drifter Karen est une bien belle découverte. Pas si nouvelle que ça, ils viennent de sortir un deuxième album.

La nuit tombe pour accueillir ceux qu’un parvis bien rempli attend avec impatience. À part les plus jeunes d’entre nous, nous nous souvenons tous des débuts fracassants de Nada Surf, mais leur projet du moment c’est l’album If I had a Hi-Fi, dans lequel ils reprennent une douzaine de chansons composées par d’autres.

Ils terminent avec nous une tournée centrée sur cet exercice. Restent deux dates au Japon et ils sont passés à la maroquinerie "une petite boîte" pour deux dates, on aurait dû y aller. Ce soir, ils égrainent donc ces reprises – c’est décidément la journée – efficaces bien que souvent inconnues à part l’Enjoy the silence d’un groupe anglais au nom français nous dit Matthew dans un français impeccable, souvenir du lycée francophone de New-York.

Quand le clavier – est-ce Louie Lino, le producteur qui se joint régulièrement au trio sur scène ? – sort sa trompette sur "Love goes on" des Go-Betweens, ça fait un effet bœuf. Le son est impeccable et le jeu professionnel, ce qui ne m’empêche pas de décrocher un moment. Mais je raccroche bien vite pour le final où les Nada Surf nous assènent leurs tubes planétaires. Les trois derniers morceaux nous amènent alors de 1995, "Popular" à 2005, "Always love" et "Blankest year", fuck it !" Ça marche à fond.

Mais il est déjà dix heures, Fnac Indétendances doit fermer boutique. J’ai hâte d’être à vendredi prochain, avec les Plasticines et Eiffel

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Suzie White Pills de Lafayette
La chronique de l'album Les Dessous Féminins de Lafayette
L'interview de Lafayette (octobre 2016)
La chronique de l'album Lilly Wood and The Prick EP de Lilly Wood & The Prick
Lilly Wood and the Prick en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Lilly Wood and the Prick en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - mercredi 20 juillet
La chronique de l'album Poles de Lonely Drifter Karen
Lonely Drifter Karen en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
Lonely Drifter Karen en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
La chronique de l'album Let Go de Nada Surf
La chronique de l'album Live in Brussels de Nada Surf
La chronique de l'album The Weight Is A Gift de Nada Surf
La chronique de l'album If I Had a Hi-Fi de Nada Surf
Nada Surf en concert à l'Elysée Montmartre (20 novembre 2005)
Nada Surf en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Nada Surf en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Nada Surf en concert au Festival International Benicàssim 2008
Nada Surf en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Nada Surf en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)

En savoir plus :
Le site officiel du festival FNAC Indétendances
Le Myspace du festival FNAC Indétendances

Crédits photos : Diane Hion (Toute la série sur Taste of Indie)


RGdC         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=