Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
I Blame Coco - Ellie Goulding - Efterklang - The Courteeners - Two Door Cinema Club - Foals - Echo & The Bennymen - Gorillaz - Leftfield  (Benicàssim)  dimanche 18 juillet 2010

J’ai fait mon deuil d’une bonne nuit de sommeil, après tout, c’est déjà le dernier jour ! Le ciel est bien gris, mais c’est bien connu, il ne pleut quasiment jamais au FIB…

Je prends donc mon courage à deux mains et me traîne en mode automatique sur la plage pour essayer d’y trouver fraîcheur et calme.

Hélas, la sieste sera courte car il y a encore un concert intéressant programmé ce soir dès 18h : c’est l’instant people du festival avec I Blame Coco, le groupe de la fille de… Sting. Et oui, après le fiston (Fiction Plane), c’est au tour de Coco Sumner de nous faire partager son éveil musical (oh les vilains a priori !). Evidemment on ne peut s’empêcher de penser très fort que cela doit aider d’avoir un papa connu dans le milieu.

Pourtant il faut bien reconnaître que la pop matinée d’électro ("Self Machine") qu’elle nous propose est sans conteste plus intéressante que les dernières productions familiales ! La belle a le même regard azur et le même timbre rauque et surtout l’insouciance de la jeunesse. Pas le moins du monde impressionnée, elle promène sa nonchalance sur la scène le temps d’asséner quelques titres remuants ("Caesar", "Party Bag"). Seul hic, si la demoiselle a un passé de mannequin, elle doit être fâchée avec son styliste parce que le short rouge, la chemise blanche, les chaussettes noires et les chaussures beiges forment un tout déroutant (à moins qu’elle ne lance les tendances de demain ?).

Le temps d’un passage au stand info, j’apprends que Lily Allen décroche le (peu convoité) trophée "Amy Winehouse" du FIB après deux annulations successives en deux ans, pour raison de santé. En échange, les organisateurs propulsent sur la grande scène la jeune Anglaise Ellie Goulding et sa pop sucrée pour midinettes aux textes remplis de boy, baby, girl… avec un joli brin voix malgré tout.

Je me déroute vers la fanfare Efterklang (qui eux aussi donnent l’impression d’avoir perdu un pari vestimentaire).

Venus du Nord et visiblement ravis de profiter du climat Ibérique, les Danois s’en donnent à cœur joie : ça tourbillonne dans tous les sens, avec un joyeux désordre qui rappelle forcément les débuts d’Arcade Fire. La comparaison s’arrête là car les titres sont assez inégaux et les montées en puissance parfois très très longues.

Je rejoins l’Escenario Verde pour The Courteeners. Les Mancuniens, protégés de Morrissey, sont attendus par une horde de supporters des Red Devils qui entament des hymnes entre chaque morceau. Tant de ferveur si loin de leur base, ça me laisse toujours pantois.

Côté musique, même si l’attitude est plutôt cool, on a du mal à les distinguer de cette flopée de groupes Anglais certes talentueux mais proposant une musique un peu trop uniforme.

A l’inverse, les Irlandais (et oui, encore) de Two Door Cinema Club ont su prendre le virage et continuent de faire des adeptes à chaque apparition. D’ailleurs, je remarque qu’ils ont gagné en assurance depuis leur passage au Festival des Inrocks en novembre dernier et leur aisance fait plaisir à voir.

Juste une petite remarque moqueuse : quand on veut se la jouer Rock Star, il faut aller jusqu’au bout de ses idées sous peine de frôler le ridicule (et pas se contenter de "jeter" avec moult précautions sa guitare pour ne pas trop l’abîmer). Ah ce "glissé" rebelle était assez fantastique ! C’est qu’ils ont maintenant des attitudes de grands les petits jeunes qui montent qui montent (je suis curieux de voir s’ils vont nous retenter la même à la Route du Rock !).

Trève d’ironie mal placée, je décide d’attendre les Foals pour m’assurer une place convenable. Bien m’en a pris, car le public a répondu présent et dès "Cassius", je décide même de me retirer un peu plus loin (c’est que j’ai plus l’âge de cette excitation massive !). Comme à l’accoutumée, le groupe dégage une belle énergie communicative et leur second album suit les traces d’Antidotes. A noter une des tendances 2010 du festival, aperçue à de nombreuses reprises : le dépoilage intégral (masculin, cela va de soi) suivi d’un grimper sur des épaules amies. Un jeune homme va tenter l’expérience, s’exhibant de longues minutes avant de se prendre un litre de bière (trop tentant) qui le fera vaciller (et sans doute passer une fin de soirée un peu collante), à la plus grande joie des festivaliers. Revenons à nos Anglais : ils enchaînent les tubes dansants (notamment "Afterglow" et "Spanish Sahara" les deux sommets du deuxième album) et terminent par une trilogie implacable "Red Socks Pugie" / "Electric Bloom" / "Two Steps Twice". Waouh ! Toujours aussi efficaces.

Comme précédemment, je décide de rester près de la scène Fiberfib (celle où décidément tout se passe ce soir) pour attendre de pied ferme Ian Mc Culloch et ses Bunnymen. C’est la première fois que j’ai l’occasion de les voir (j’avais bien assisté à un concert d’Electrafixion mais rien de comparable) et je compte bien être aux premières loges. Là encore, bonne initiative car le Monsieur ayant comme l’on sait son petit caractère, il fait sa Hope Sandoval et refuse les lumières agressives (il s’emporte à plusieurs reprises contre les responsables de la console). C’est donc dans une semi pénombre (qui sied d’ailleurs formidablement aux mélodies intimistes de la bande) que le groupe va se produire.

Les premiers rangs ont le privilège d’apercevoir un Ian Mc Culloch, caché derrière ses lunettes noires, en forme et à la voix intacte ; il félicite nos amis Espagnols Champions du Monde (les "Campeones, Campeones" ont d’ailleurs retenti très souvent dans les travées durant ces 4 jours, avec force drapeaux et maillots de la "Roja") avant de lancer les hostilités avec un "Lips Like Sugar" qui place la barre très haut : ça sent le concert d’anthologie ce soir et j’ai soudain des frissons.

Derrière moi, se trouve un Anglais d’une soixantaine d’années, ému aux larmes comme un gamin devant tant de classe. Il connaît les chansons par cœur et son large sourire trahit son extase ("The Disease"). Devant, c’est une adolescente affublée d’un T-Shirt de Liverpool qui semble vivre un moment d’une grande intensité. Voilà donc un groupe capable de réunir plusieurs générations dans une même émotion et c’est là tout ce que l’on attend de la musique ("Nothing Lasts Forever"). Il faut dire qu’ils sont d’une précision diabolique, ça joue juste et les jeux de lumière qui, tels des flashs, laissent entrevoir la scène par intermittence font merveille. Will Sergeant est sobre et discret mais le son de sa guitare est reconnaissable entre mille. L’apothéose viendra, comme souvent, d’un magnifique "Killing Moon" qui ne peut laisser personne insensible.

Décidément ce dernier soir est prodigieux et je ne suis pas au bout de mes surprises car c’est maintenant l’heure de foncer vers Gorillaz. Le show d’Echo & the Bunnymen m’a tellement happé que j’ai raté le début du groupe le plus attendu du festival. J’essaie tant bien que mal de me faire une place au moment où retentit "Last Living Souls".

On peut dire que Damon Albarn et sa bande n’ont pas fait le voyage pour rien. Pour le premier concert Espagnol du groupe, Gorillaz s’est dématérialisé ou plutôt humanisé puisque pas moins d’une trentaine de personnes (au plus fort) sont présentes sur la scène : des guests comme s’il en pleuvait (Little Dragon, De la Soul, Bobby Womack…), des cordes (un orchestre Syrien entre autres), des chœurs, tout cela dirigé d’une main de maître par l’ami Damon, omniprésent (il prend même soin d’aller rafraîchir personnellement les premiers rangs).

Au-dessus de la scène, un écran géant (un vrai) héberge les fameux clips vidéos du groupe dans une qualité rarement vue en festival. C’est bluffant, et c’est une vraie réussite de ciné-concert (mentions spéciales à "Stylo" et un Bruce Willis très second degré, "Dirty Harry" et sa chorale, "O Green World", "On Melancholy Hill" et son clip épatant...).

Rien à dire, ce monde onirique débordant de messages pacifistes et anti-racistes prend une dimension nouvelle en live et on assiste à un melting pot de rap, de pop, de musique classique, enchaînés avec une maîtrise impressionnante et on imagine à peine la logistique en coulisse. Le classique "Clint Eastwood" vient clôturer le spectacle, en rendant la main aux personnages originaux (2-D, Murdoc, Noodle et l’habité Russel).

Mais pourquoi ne pas avoir fermé la grande scène avec ce concert ? L’occasion était fort belle (et il est surtout très difficile de passer après un tel show).

Ne me voyant pas quitter le festival sans vivre le classique "Beau Danube Bleu", je suis contraint d’écouter jusqu’au bout la techno de Leftfield dont je ne saisis pas toutes les nuances. Ils nous gratifieront d’un long set, ainsi que d’un long rappel, on n’en demandait pas tant ! Puis le public peut enfin valser comme il se doit, dans cette ambiance toujours particulière et bon enfant, entre l’euphorie des quatre jours passés ensemble et la mélancolie inhérente aux fins de festivals.

Je traîne un peu à la Pista Pop qui m’attire avec des tubes d’un autre âge, avant de rejoindre ma tente pour un nécessaire sommeil réparateur.

Déjà l’heure du bilan : la route est toujours aussi longue, l’atmosphère étouffante et les nuits désespérément courtes, mais la magie continue d’opérer ! Pourvu que ça dure ! -40% de fréquentation par rapport à l’édition record de l’an passé, mais peut-être doit-on parler de simple retour à la normale. A qui la faute ? A la crise (qui a frappé durement l’Espagne) ? A l’affiche peut-être moins éblouissante que lors des éditions précédentes (il faut reconnaître qu’à la vue des T-Shirts des éditions 2004-2005 croisés sur le site, on prend une jolie claque ! Même si ça fait un peu vieux con, c’était mieux avant) ? A la tempête qui a frappé le festival en 2009 et découragé les moins aguerris ?

Ce n’était en tous cas pas pour me déplaire… On a enfin circulé aisément dans les travées sans pour autant perdre en ambiance ce que l’on a gagné en fluidité.

Les anciens ont fait plus que de la figuration, démontrant s’il en était besoin qu’il fallait encore compter avec eux. Et c’est bien cet équilibre inter-générationnel que l’on a toujours plaisir à retrouver ici. Parfois avec des déceptions (Siouxsie en 2008), mais souvent avec délectation (Peter Hook cette année, The Psychedelic Furs en 2009).

Des rumeurs courent sur la création d’un second FIB plus au Nord de l’Espagne pour l’année prochaine… Attention, à vouloir courir plusieurs lièvres à la fois, de ne pas se perdre en chemin (voir l’expérience ratée de la délocalisation du Summercase).

En attendant, je re-signe pour 2011 !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Efterklang parmi une sélection de singles (décembre 2007)
La chronique de l'album Magic Chairs de Efterklang
La chronique de l'album Piramida de Efterklang
Efterklang en concert au Grand Mix (jeudi 29 avril 2010)
Efterklang en concert au Festival La Route du Rock #23 (vendredi 16 août 2013)
L'interview de Efterklang (février 2010)
The Courteeners en concert au Festival International Benicàssim 2008
La chronique de l'album Tourist History de Two Door Cinema Club
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mardi 10)
Two Door Cinema Club en concert au Festival La Route du Rock 2010 (samedi)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Two Door Cinema Club en concert à L'Aéronef (jeudi 20 juin 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Two Door Cinema Club en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
La chronique de l'album What Went Down de Foals
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Foals en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Foals en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Foals en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Foals en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Foals en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Foals en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Foals en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Foals en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Foals en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Foals en concert à Splendid (mardi 16 novembre 2010)
Foals en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
Foals en concert au Festival La Route du Rock #25 (samedi 15 août 2015)
Foals en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
Foals en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
Foals en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Foals en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - Dimanche 9 juillet
Foals en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août
La chronique de l'album D-sides de Gorillaz
La chronique de l'album Plastic Beach de Gorillaz
La chronique de l'album Humanz de Gorillaz
Gorillaz en concert à Zénith (lundi 22 novembre 2010)
Gorillaz en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Samedi 21
La chronique de l'album Alternative Light Source de Leftfield

En savoir plus :
Le site officiel du Festival International de Benicàssim
Le Myspace du Festival International de Benicàssim

Crédits photos : Franck Batalla


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=