Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Dead Weather
Le Bataclan  (Paris)  30 juin 2010

Quand on prend les chanteurs(euses)/guitaristes issus des deux duos rock les plus influents des 10 dernières années, qu'on les mélange, et qu'on y rajoute une pincée de Queens of the Stone Age au clavier ou à la guitare, plus un soupçon de basse à la manière des Raconteurs ou des Greenhornes, on obtient un side-project excellent, une sorte de super-groupe à la Them Crooked Vultures mais en plus blues, plus sexy et plus plus sale !

Le 30 juin dernier, The Dead Weather étaient de retour en France pour présenter leur nouvel album, Sea of Crowards, sur la scène du Bataclan. Fin juin, je ne sais pas si vous vous rappelez, mais on était en pleine canicule. Quand la sexy Alison Mosshart a pris possession de la scène, la température est encore montée d'une bonne vingtaine de degrés. L'atmosphère était vraiment étouffante. Les quelques pauvres ventilateurs de la salle étaient inutile. Le moindre geste générait une vague de sueur chez tout le monde. Inutile de dire que toute la salle était trempée avant la fin du premier morceau. Il faisait tellement chaud qu'il y a eu beaucoup de malaises dans la fosse, on se serait cru à un concert de Justin Bieber...

Le rideau déployé en fond de scène était ésotérique et oppressant. Il représentait un oeil géant orné de décorations tribales mais éclairé uniquement en son centre avec une lumière blanche ou au stroboscope, il n'y avait que l'oeil qui ressortait. Cela rajoute à l'atmosphère étrange et étouffante de ce concert.

Avec son Blues Rock venimeux, le groupe nous a emmenés sur les traces d'un Led Zeppelin shamanique. Dans cette fournaise, Alison Mosshart est encore plus hypnotisante que d'habitude : elle se fait prêtresse d'un rock sexy et dégoulinant. Mais au bout de quelques titres, elle qui se donne toujours à fond en live, commence à donner des signes de fatigue. Dean Fertita assure encore plus qu'a l'accoutumée. Il passe des claviers à la guitare en nous balançant des vagues hypnotiques de synthés vintage puis il nous écorche la gueule avec des solos de guitare cradingue. Jack Laurence et lui s'adaptent et rattrapent l'ensemble du groupe quand Alisson a trop de mal à chanter à cause de la chaleur.

Je ne serais jamais impartial en parlant d'un des projets de Jack White. Je trouve que ce mec est un génie et que tout ce qu'il touche se transforme en bonne musique. J'avais adoré le premier album des Dead Weather. Je les avais déjà vus deux fois en concert. C'est un super-groupe dont tous les membres sont très bons dans leurs domaines. En live, ils sont fabuleux. Pour ce concert au Bataclan, avec les conditions difficiles qu'ils ont eues, je suis incapable de dire que c'était un mauvais show... Alisson a eu plus de mal, mais les trois autres l'ont rattrapée chaque fois qu'elle a trébuché... Le concert n'était pas mauvais mais différent. À cause de la chaleur, les morceaux ont été interprétés de manière plus lente que d'habitude. L'énergie brute a été progressivement remplacée par des rythmes plus lancinants. Le côté langoureux et hypnotique de leurs blues rock s'en est retrouvé démultiplié.

Au bout de 45 minutes, le groupe s'est retiré sous les applaudissements d'une salle exténuée. En revenant pour le rappel, Jack White expliquera que c'était le concert le plus chaud qu'ils n'aient jamais fait. Qu'ils seraient contents de revenir à Paris, mais à condition de jouer dans une salle climatisée ! Le groupe quittera définitivement la scène après 1h10 de concert. C'est assez court, mais le groupe comme le public n'en pouvait plus de cette chaleur. Ce fut un show surprenant par l'orientation qu'il a prise. Un très bon souvenir mais si j'ai failli mourir de déshydratation.

Setlist

01. Jawbreaker
02. 60 Feet Tall
03. Hang You From The Heavens
04. You Just Can't Win (reprise de Van Morrison)
05. I Cut Like A Buffalo
06. So Far From Your Weapon
07. No Horse
08. The Difference Between Us
09. I'm Mad
10. Hustle and Cuss
11. Blue Blood Blues
12. Will There Be Enough Water ?
13. Die by the Drop
14. Treat Me Like Your Mother

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Horehound de The Dead Weather

En savoir plus :
Le site officiel de The Dead Weather
Le Myspace de The Dead Weather

Illustration : Didier Richard


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=