Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Dead Weather
Le Bataclan  (Paris)  30 juin 2010

Quand on prend les chanteurs(euses)/guitaristes issus des deux duos rock les plus influents des 10 dernières années, qu'on les mélange, et qu'on y rajoute une pincée de Queens of the Stone Age au clavier ou à la guitare, plus un soupçon de basse à la manière des Raconteurs ou des Greenhornes, on obtient un side-project excellent, une sorte de super-groupe à la Them Crooked Vultures mais en plus blues, plus sexy et plus plus sale !

Le 30 juin dernier, The Dead Weather étaient de retour en France pour présenter leur nouvel album, Sea of Crowards, sur la scène du Bataclan. Fin juin, je ne sais pas si vous vous rappelez, mais on était en pleine canicule. Quand la sexy Alison Mosshart a pris possession de la scène, la température est encore montée d'une bonne vingtaine de degrés. L'atmosphère était vraiment étouffante. Les quelques pauvres ventilateurs de la salle étaient inutile. Le moindre geste générait une vague de sueur chez tout le monde. Inutile de dire que toute la salle était trempée avant la fin du premier morceau. Il faisait tellement chaud qu'il y a eu beaucoup de malaises dans la fosse, on se serait cru à un concert de Justin Bieber...

Le rideau déployé en fond de scène était ésotérique et oppressant. Il représentait un oeil géant orné de décorations tribales mais éclairé uniquement en son centre avec une lumière blanche ou au stroboscope, il n'y avait que l'oeil qui ressortait. Cela rajoute à l'atmosphère étrange et étouffante de ce concert.

Avec son Blues Rock venimeux, le groupe nous a emmenés sur les traces d'un Led Zeppelin shamanique. Dans cette fournaise, Alison Mosshart est encore plus hypnotisante que d'habitude : elle se fait prêtresse d'un rock sexy et dégoulinant. Mais au bout de quelques titres, elle qui se donne toujours à fond en live, commence à donner des signes de fatigue. Dean Fertita assure encore plus qu'a l'accoutumée. Il passe des claviers à la guitare en nous balançant des vagues hypnotiques de synthés vintage puis il nous écorche la gueule avec des solos de guitare cradingue. Jack Laurence et lui s'adaptent et rattrapent l'ensemble du groupe quand Alisson a trop de mal à chanter à cause de la chaleur.

Je ne serais jamais impartial en parlant d'un des projets de Jack White. Je trouve que ce mec est un génie et que tout ce qu'il touche se transforme en bonne musique. J'avais adoré le premier album des Dead Weather. Je les avais déjà vus deux fois en concert. C'est un super-groupe dont tous les membres sont très bons dans leurs domaines. En live, ils sont fabuleux. Pour ce concert au Bataclan, avec les conditions difficiles qu'ils ont eues, je suis incapable de dire que c'était un mauvais show... Alisson a eu plus de mal, mais les trois autres l'ont rattrapée chaque fois qu'elle a trébuché... Le concert n'était pas mauvais mais différent. À cause de la chaleur, les morceaux ont été interprétés de manière plus lente que d'habitude. L'énergie brute a été progressivement remplacée par des rythmes plus lancinants. Le côté langoureux et hypnotique de leurs blues rock s'en est retrouvé démultiplié.

Au bout de 45 minutes, le groupe s'est retiré sous les applaudissements d'une salle exténuée. En revenant pour le rappel, Jack White expliquera que c'était le concert le plus chaud qu'ils n'aient jamais fait. Qu'ils seraient contents de revenir à Paris, mais à condition de jouer dans une salle climatisée ! Le groupe quittera définitivement la scène après 1h10 de concert. C'est assez court, mais le groupe comme le public n'en pouvait plus de cette chaleur. Ce fut un show surprenant par l'orientation qu'il a prise. Un très bon souvenir mais si j'ai failli mourir de déshydratation.

Setlist

01. Jawbreaker
02. 60 Feet Tall
03. Hang You From The Heavens
04. You Just Can't Win (reprise de Van Morrison)
05. I Cut Like A Buffalo
06. So Far From Your Weapon
07. No Horse
08. The Difference Between Us
09. I'm Mad
10. Hustle and Cuss
11. Blue Blood Blues
12. Will There Be Enough Water ?
13. Die by the Drop
14. Treat Me Like Your Mother

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Horehound de The Dead Weather

En savoir plus :
Le site officiel de The Dead Weather
Le Myspace de The Dead Weather

Illustration : Didier Richard


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=