Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Corps de femme 2 - le ballon ovale
Espace Confluences  (Paris)  septembre 2010

Spectacle conçu et mis en scène par Judith Depaule et interprété par Johanna Korthals Altes.

"Corps de femme 2 - le ballon ovale" est le second volet d'une série de quatre pièces, écrites et mises en scène par Judith Depaule, qui traite de la féminité à travers des portraits de femmes pratiquant une activité sportive considérée comme éminemment masculine.

Dans certains sports (lancer, lutte, haltérophilie...), des femmes ont même été amenées à devoir prouver leur "féminité", alors qu'aucun test de masculinité n'a jamais été envisagé. Le premier volet, "Corps de femme 1 - le marteau" s'intéressait au cas de Kamila Skolimowska, lanceuse de marteau polonaise, première championne olympique dans cette discipline.

Le rugby est un sport collectif, quinze témoignages serviront donc de matériau au texte de la pièce. Il est d'abord utile de s'intéresser à ce spectacle comme objet théâtral. Une scène, quelques écrans, une actrice. Lorsque le public arrive dans le lieu, il se retrouve face à un carré de pelouse synthétique, quinze silhouettes en carton de femmes dans des positions qui évoquent le rugby. Sur les écrans défilent des mots qu'on associe généralement à la féminité.

Seule en scène, Johanna Korthals Altes, habillée en tenue de rugby, parlera avec les mots de quinze joueuses. Quinze joueuses d'âge varié, aux parcours divers, aux physiques différents, qui ne jouent pas au même poste sur le terrain. Les quinze joueuses qui composent cette équipe recomposée sont licenciées dans deux clubs de la banlieue parisienne, un club de troisième division et un club classé dans le top 10. Ces femmes parlent de leur rapport à ce sport, de leur corps, des liens qu'elles entretiennent entre elles et avec les autres, et de la place que le rugby occupe dans leur vie. Il s'agit donc d'un théâtre-reportage, les visages des femmes qui témoignent apparaissent en gros plan sur l'écran derrière l'actrice qui s'approprie leurs mots. En même temps, sur les écrans latéraux, des films les présente en situation de match.

Johanna Korthals Altes, jeune femme rousse élancée répondant aux standards généralement admis de la beauté féminine, incarne donc les voix de ces femmes qui, à l'écran, apparaissent pour nombre d'entre elles comme larges, puissantes, ayant développé par le sport une musculature impressionnante.

Cette installation, la mise en scène et le jeu de Johanna Korthals Altes participent donc d'un témoignage sociologique vivant. Les spectateurs suivent avec intérêt ces différentes prises de parole. On entend même parfois certains membres du public, des femmes qui pratiquent aussi le rugby, acquiescer à tel ou tel propos.

Ces quinze témoins viennent d'horizons différents, ont pris des orientations professionnelles différentes, vivent des histoires familiales différentes, des histoires d'amour différentes, des sexualités différentes.

Pourtant il y a des points communs entre toutes ces joueuses. Il y a d'abord le grégarisme, le besoin de trouver sa place dans le groupe, de se voir comme un membre de l'équipe, voire de cette famille rugby féminin. Ceci peut sembler logique puisqu'il s'agit d'un sport collectif, cependant toutes témoignent que ce sport est le liant de leurs histoires d'amour, d'amitié ou familiales. Pour nombre des participantes, venues du sud-ouest, on pratique le rugby au sein de leur famille depuis toujours. Il s'agit d'une tradition familiale, on joue au rugby par respect filial, comme dans certaines familles on vote à droite ou à gauche, sans se poser de questions.

Il y a le rugby vécu comme une addiction volontaire et agréable. "On mange rugby, on dort rugby, on fait l'amour rugby" dit ainsi une des joueuses interrogées. Le rugby, par la pratique sportive régulière et par les chocs subis à l'entraînement et lors de matchs, fait que le corps secrète des endorphines, ceci peut expliquer que toutes ont l'air "accro" à ce sport. Il y a enfin, dans quelques-uns des témoignages, un certain sectarisme, le monde est séparé entre celles qui pratiquent le rugby et les autres.

Ces témoignages peuvent provoquer jusqu'à un malaise. Cette féminité dans le rugby s'exprime donc par le corps, mais le corps comme outil entièrement dédié à la pratique du sport. Leur corps sert à s'intégrer dans le groupe. Aucun des témoignages ne donne l'impression que ces joueuses s'interrogent sur l'effet que leur corps peut provoquer chez autrui, que ce soit de la surprise ou de l'attirance, même si le fait de s'habiller en rose pour une des jeunes filles interrogées participe de sa féminité. Une féminité de façade.

Ce spectacle à travers l'étude d'un groupe social déterminé réussit à pointer que la féminité existe de manière intrinsèque. Le public a, à l'issue de ce spectacle, longuement applaudi. Essai transformé.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du 1er volet "Corps de femme 1 - le marteau"


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=