Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Soldat de papier
Alexeï Guerman  septembre 2010

Réalisé par Alexeï Guerman Jr. Russie. Comédie dramatique. Durée : 2h05. (Sortie le 15 septembre 2010). Avec Merab Ninidze, Chulpan Khamatova et Anastasya Sheveleva.

Où en est le cinéma russe ? Ce n’est pas avec la sortie au compte-gouttes de quelques films par an, souvent œuvres d’auteurs connus (Mikhalkov, Sokourov) que l’on pourra s’en faire une idée précise.

Il y a quelques mois, on avait vanté “Salle n°6”, une adaptation d’une nouvelle de Tchekhov tournée dans un asile psychiatrique où se mêlaient patients et acteurs, qui permettait de supposer que la Russie bougeait encore cinématographiquement.

Sans doute, le Festival Moscou-St Petersbourg qui commence au Forum des Images, et dont on parlera largement tout au long de son déroulement, devrait permettre de reprendre pied dans une cinématographie abandonnée à la fois par les exploitants et par les revues de cinéma.

La sortie de "Soldat de papier", troisième long métrage d’Alexeï Guerman Jr, permet de répondre à quelques interrogations immédiates : oui, en Russie, il reste encore une volonté artistique, oui, il reste encore des cinéastes ambitieux, oui il reste une envie de revisiter l’histoire du pays par le prisme de la pellicule.

Alexeï Guerman Jr traite d’un élément important de la politique soviétique post-stalinienne : l’aventure spatiale. L’homme nouveau soviétique se devait de devancer dans les étoiles son adversaire capitaliste américain.

Loin du réalisme scrupuleux d’une reconstitution historique académique, Guerman pousse très loin la stylisation de son récit. De la Cité des Étoiles (Baïkonour), on ne verra que des baraquements perdus dans la boue, une ligne de chemin de fer arrivant nulle part et quelques jeunes hommes en survêtements subissant un entraînement bizarroïde en attendant que l’un d’entre eux soit le premier homme envoyé dans l’espace.

Ici, se lit la faillite en pointillé de l’utopie de 1917 : le bonheur promis sur terre est désormais reporté au-delà des airs et comme toujours en Russie, l’aventure que l’on va fantasmer grandiose et que la propagande va rendre glorieuse n’est qu’un prétexte à un joyeux bordel, plein de cris, de vitupérations et propice aux libations.

On ne s’étonnera pas alors que le héros de Guerman ne soit pas le naïf, courageux et radieux Iouri Gagarine, bon garçon soviétique bientôt héros malgré lui, mais le médecin géorgien qui supervise l’entraînement des cosmonautes, un homme anxieux, apeuré devant cette quête inutile et dangereuse, un homme qui pédale à tue-tête vers la folie.

Ce qui frappe dans "Soldat de papier", c’est que Guerman ne répond pas aux canons actuels de la narration du cinéma occidental.

Riche de toute la théâtralité russe, avec des acteurs capables de variations extrêmes, passant de la gravité à l’insignifiance en un rire, son film retrouve des accents oubliés du cinéma d’auteur, comme ce travail subtil sur la couleur ou cette manière de filmer le beau visage de Chulpan Khamatova.

Évidemment, il faut partir pour Baïkonour avec une grande disponibilité car le film est tout sauf aimable. Suivre sans ennui les facéties dépressives de Merab Ninidze dans cet univers boueux se mérite.

Ce n’est pas un seul film qui peut faire le printemps, mais "Soldat de papier" est une proposition originale pour un cinéma encore en reconstruction.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=