Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Interpol
L'Aéronef  (Lille)  mardi 21 septembre 2010

On pouvait excuser Interpol de leur faible prestation au Stade de France, en première partie de U2 : leur timidité et immobilisme passaient facilement sous le prétexte d'avoir été jetés dans la fosse aux lions en guise d'amuse-bouches.

On a beaucoup plus de mal cependant à leur pardonner leur concert quelques jours plus tard à Lille. Ils avaient tout pour eux : une salle pleine à craquer de fans déjà conquis, un tout nouveau système de sonorisation au sein de l'Aéronef, aucune première partie pour leur voler la vedette. Pourtant, ce ne sont que des ombres qui sont apparues sur scène, faible souvenir d'un groupe qui aurait pu emmener son public bien loin...

Est-ce la faute de leur nouvel album éponyme, triste preuve pour certains que leur nom est à enterrer ?

Tout n'est pas à y rejeter pourtant : "Lights" par exemple, révélant toute sa splendeur sur scène, évoque la grandeur que le groupe aurait pu atteindre. Hélas, cette pièce semble être la seule qu'on retiendra, tant les autres morceaux ne font pas écho dans la salle.

Les ballades lassantes et monotones ne prennent pas auprès du public, baromètre de leur faible efficacité, qui écoute poliment ces pâles interprétations en n'attendant qu'une chose : reconnaître les premiers accords des anciens morceaux qui ont donné leurs lettres de noblesse à Interpol.

En est pour preuve l'engouement de la foule pour "Obstacle 1", "Evil" ou encore en belle surprise "Leif Erikson" : de ces morceaux qu'on espérait tant un jour redécouvrir sur scène. Malgré toute l'émotion qu'on peut ressentir en voyant les artistes les jouer, on ne peut hélas s'empêcher de les trouver fades, si fades...

Daniel Kessler à la guitare essaie bien de rattraper l'immobilisme de ses partenaires, mais cela ne les empêche pas de donner à voir un bien triste spectacle. Des silhouettes immobiles dans l'obscurité, des fantômes statiques en contre-jour, un "bonjour-merci-rappel-au revoir" sans chaleur ni proximité... Même si le groupe n'est pas une bête de scène, on ne peut s'empêcher de se sentir exploité par son nom, pris au piège entre le set trop court, trop distant, et les affiches insistant en direction du stand de merchandising.

Reste la voix de Paul Banks, envoûtante, irréelle, pour prendre encore un peu au coeur et faire vibrer, pour se dire qu'Interpol aurait pu devenir tellement plus encore. On pourra certes dire "Je les ai vus, j'y étais", mais on s'y est déjà pris trop tard ; une fois rentrés, on se contentera d'augmenter un plus que d'habitude le volume sur "Turn on the bright lights", histoire d'estomper ses regrets.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Black EP de Interpol
La chronique de l'album Antics de Interpol
La chronique de l'album Our love to admire de Interpol
La chronique de l'album eponyme de Interpol
La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
La chronique de l'album Marauder de Interpol
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (21 mars 2003)
Interpol en concert à The Electric Factory (7 novembre 2004)
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (19 novembre 2004)
Interpol en concert au Festival Summercase 2008 (vendredi)
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
Interpol en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Interpol en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
L'interview de Interpol (septembre 2004)
L'interview de Interpol (mai 2007)

En savoir plus :
Le Myspace de Interpol

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Léa S.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=