Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Amore (Io sono l'amore)
Luca Guadignino  septembre 2010

Réalisé par Luca Guadignino. Italie. Drame. Durée : 1h58. (Sortie 22 septembre 2010). Avec Tilda Swinton, Alba Rohrwacher, Pipo Delbono, Marisa Berenson et Maria Paiato.

À l’exception de quelques réalisateurs ayant une réputation internationale (Bertolucci, Bellochio), depuis quelques décennies, le cinéma italien s’est souvent cantonné dans l’illustration de sujets de société ou dans une petite musique intime dans la lignée des films autobiographiques de Nanni Morreti ou des comédies de Roberto Begnini.

Dans "Amore", Luca Guadignino retrouve une ambition perdue en décrivant comment une famille de grands industriels milanais sombre dans la tragédie alors qu’elle est en train de vendre son âme au capitalisme financier mondial.

Le nom de Luchino Visconti vient forcément sous la plume, d’autant que l’on retrouve dans "Amore" une actrice viscontienne, Marisa Berenson et que Tilda Swinton, avec son élégance androgyne et sa sensualité post-chrétienne, n’aurait pas déplu au prince cinéaste.

Luca Guadagnino décrit avec un soin méticuleux la vie de la famille Recchi. Quand on fait l’amour, on enlève soigneusement ses bijoux, quand on prépare une réception, on dispose avec un raffinement de supplice chinois les ingrédients dans les assiettes de porcelaine.

Tout est beau jusqu’au mauvais goût et Luca Guadagnino ose avec un plaisir d’esthète jouer tous les coups permis du mélodrame en les installant dans un décor d’opéra. Plus que de mise en scène, il s’occupe de scénographie et ce n’est pas un hasard si on est à deux pas de la Scala.

Mais Luca Guadignino n’est pas un imitateur académique de Visconti. Sa caméra n’a pas le maniérisme de celle du créateur des "Les damnés" et ses personnages sont à la fois moins douloureux et moins schématiques. Il évoque plus qu’il incarne et n’ose ni lyrisme ni le déraisonnable.

On pourra regretter qu’il n’aille jamais dans l’excès et la grandiloquence, alors qu’avec Tilda Swinton il dispose d’une des actrices les plus extraordinaires du moment.

On pourra au contraire le remercier de ce "viscontisme" dégraissé et le féliciter d’assumer ses différences, avec une photographie de Yorick Le Saux qui ne surligne pas la beauté des décors et s’attache plutôt à trouver celle des corps et préfère magnifier la nature que la culture.

Au bout du compte, les spectateurs seront forcément repoussés dans deux camps terriblement antagoniques : ceux qui apprécieront les partis-pris, la cérébralité de ce travail qui rend riche une fiction qui sur le papier pourrait n’être que platitude, et ceux qui n’y verront à l’inverse qu’une construction vaine, chic et toc.

Les deux camps se réconcilieront sans doute sur le devenir de Luca Guadagnino qui a tout pour faire une grande carrière. Reste à savoir s’il elle se développera sur le registre de la controverse ou si elle réussira à dépasser cette étape pour parvenir à un cinéma plus unanime, voire populaire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=