Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le repas des fauves
Théâtre Michel  (Paris)  septembre 2010

Comédie dramatique de Vahe Katcha, mise en scène de Julien Sibre, avec Cyril Aubin, Olivier Bouana, Pascal Casanova, Stéphanie Hédin, Pierrejean Pagès, Jérémy Prévost ou Alexis Victor, Julien Sibre et Caroline Victoria Hédin, Pierrejean Pagès, Jérémy Prevost, Julien Sibre et Caroline Victoria.

Un appartement bourgeois de banlieue en 1942 où on s’apprête à festoyer pour l’anniversaire de la maîtresse de maison, Sophie, l’épouse du libraire. Les invités arrivent l’un après l’autre. La soirée commence, mais l’assassinat de deux officiers allemands en bas de l’immeuble va faire intervenir un nouveau personnage : un commandant SS, qui va exiger du groupe d’amis la désignation de deux d’entre eux comme otages, pour venger l’attentat qui vient d’avoir lieu. Le commandant, par ailleurs amateur de littérature ancienne, attendra dans la bibliothèque, laissant les convives au "repas des fauves".

Alors que l’on découvre le salon, de brèves images d’archives projetées en fond de scène illustrent le contexte. C’est court mais suffisant pour rentrer tout de suite dans l’histoire. Ce même écran servira à ponctuer la pièce d’une petite merveille de film d’animation dont les séquences illustreront les événements hors-cadre (le meurtre des allemands, les perquisitions dans les appartements, les bombardements …).

La pièce de Vahé Katcha montre comment une situation critique peut révéler les individus au plus profond. Ici, les soi-disant "amis" tenteront les plus basses manœuvres pour s’en sortir, les compromis qu’ils seront prêts à faire paraissant ahurissant du dehors.

Malgré l’enjeu dramatique, on rit donc beaucoup de la lâcheté de certains et des idées tordues pour se sauver (provoquer un incendie, appeler un colonel de connaissance…) mais on est également horrifié de ce qu’ils vont jusqu’à imaginer, avec quelquefois la plus parfaite mauvaise foi. La soirée fera voler en éclat leur amitié, éprouvera leur sens patriotique et les obligera à prendre partie.

Le spectateur est lui aussi invité à la réflexion et tout au long de la pièce, est interpellé par tel ou tel comportement auquel il s’identifie ou non. Impossible de ne pas penser à une certaine actualité récente quant on voit comment, au début de la pièce, certains d’entre eux s’accommodent plutôt bien de la situation et ne sentent pas concernés par les rafles et les déportations. Leurs contradictions vont, au fil des minutes, apparaître et la tension monter.

Julien Sibre signe ici une adaptation très réussie, avec des répliques savoureuses et un rythme soutenu. La pièce au timing parfait et au déroulement palpitant nous tient en haleine jusqu’au dénouement final (qu’il serait bien sûr criminel de trahir) et ménage entre-temps de délectables moments. Elle est effrayante dans le sens où elle dénonce une infinie noirceur de l’homme, son égoïsme et sa lâcheté. Mais c’est heureusement aussi pour mieux rendre hommage à son courage, parfois et à son dévouement.

Bien sûr on peut remarquer Julien Sibre dans un personnage de dandy qu’il interprète avec la finesse d’un Louis Jouvet ou d’un Pierre Brasseur, ou encore Pierrejxean Pagès dans le rôle de l’officier allemand féru de littérature grecque et imprévisible, mais par leur interprétation sans faille, tous les comédiens portent à égalité ce spectacle qui nous procure le bonheur d’une œuvre totalement
réussie.

"Le repas des fauves" est une excellente comédie noire et superbement révélatrice de l’âme humaine. Une très grande pièce. On n’est pas prêt d’oublier cette soirée "entre amis" qui est un remarquable moment de théâtre à la fois divertissant et intelligent.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=