Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le repas des fauves
Théâtre Michel  (Paris)  septembre 2010

Comédie dramatique de Vahe Katcha, mise en scène de Julien Sibre, avec Cyril Aubin, Olivier Bouana, Pascal Casanova, Stéphanie Hédin, Pierrejean Pagès, Jérémy Prévost ou Alexis Victor, Julien Sibre et Caroline Victoria Hédin, Pierrejean Pagès, Jérémy Prevost, Julien Sibre et Caroline Victoria.

Un appartement bourgeois de banlieue en 1942 où on s’apprête à festoyer pour l’anniversaire de la maîtresse de maison, Sophie, l’épouse du libraire. Les invités arrivent l’un après l’autre. La soirée commence, mais l’assassinat de deux officiers allemands en bas de l’immeuble va faire intervenir un nouveau personnage : un commandant SS, qui va exiger du groupe d’amis la désignation de deux d’entre eux comme otages, pour venger l’attentat qui vient d’avoir lieu. Le commandant, par ailleurs amateur de littérature ancienne, attendra dans la bibliothèque, laissant les convives au "repas des fauves".

Alors que l’on découvre le salon, de brèves images d’archives projetées en fond de scène illustrent le contexte. C’est court mais suffisant pour rentrer tout de suite dans l’histoire. Ce même écran servira à ponctuer la pièce d’une petite merveille de film d’animation dont les séquences illustreront les événements hors-cadre (le meurtre des allemands, les perquisitions dans les appartements, les bombardements …).

La pièce de Vahé Katcha montre comment une situation critique peut révéler les individus au plus profond. Ici, les soi-disant "amis" tenteront les plus basses manœuvres pour s’en sortir, les compromis qu’ils seront prêts à faire paraissant ahurissant du dehors.

Malgré l’enjeu dramatique, on rit donc beaucoup de la lâcheté de certains et des idées tordues pour se sauver (provoquer un incendie, appeler un colonel de connaissance…) mais on est également horrifié de ce qu’ils vont jusqu’à imaginer, avec quelquefois la plus parfaite mauvaise foi. La soirée fera voler en éclat leur amitié, éprouvera leur sens patriotique et les obligera à prendre partie.

Le spectateur est lui aussi invité à la réflexion et tout au long de la pièce, est interpellé par tel ou tel comportement auquel il s’identifie ou non. Impossible de ne pas penser à une certaine actualité récente quant on voit comment, au début de la pièce, certains d’entre eux s’accommodent plutôt bien de la situation et ne sentent pas concernés par les rafles et les déportations. Leurs contradictions vont, au fil des minutes, apparaître et la tension monter.

Julien Sibre signe ici une adaptation très réussie, avec des répliques savoureuses et un rythme soutenu. La pièce au timing parfait et au déroulement palpitant nous tient en haleine jusqu’au dénouement final (qu’il serait bien sûr criminel de trahir) et ménage entre-temps de délectables moments. Elle est effrayante dans le sens où elle dénonce une infinie noirceur de l’homme, son égoïsme et sa lâcheté. Mais c’est heureusement aussi pour mieux rendre hommage à son courage, parfois et à son dévouement.

Bien sûr on peut remarquer Julien Sibre dans un personnage de dandy qu’il interprète avec la finesse d’un Louis Jouvet ou d’un Pierre Brasseur, ou encore Pierrejxean Pagès dans le rôle de l’officier allemand féru de littérature grecque et imprévisible, mais par leur interprétation sans faille, tous les comédiens portent à égalité ce spectacle qui nous procure le bonheur d’une œuvre totalement
réussie.

"Le repas des fauves" est une excellente comédie noire et superbement révélatrice de l’âme humaine. Une très grande pièce. On n’est pas prêt d’oublier cette soirée "entre amis" qui est un remarquable moment de théâtre à la fois divertissant et intelligent.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=