Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le repas des fauves
Théâtre Michel  (Paris)  septembre 2010

Comédie dramatique de Vahe Katcha, mise en scène de Julien Sibre, avec Cyril Aubin, Olivier Bouana, Pascal Casanova, Stéphanie Hédin, Pierrejean Pagès, Jérémy Prévost ou Alexis Victor, Julien Sibre et Caroline Victoria Hédin, Pierrejean Pagès, Jérémy Prevost, Julien Sibre et Caroline Victoria.

Un appartement bourgeois de banlieue en 1942 où on s’apprête à festoyer pour l’anniversaire de la maîtresse de maison, Sophie, l’épouse du libraire. Les invités arrivent l’un après l’autre. La soirée commence, mais l’assassinat de deux officiers allemands en bas de l’immeuble va faire intervenir un nouveau personnage : un commandant SS, qui va exiger du groupe d’amis la désignation de deux d’entre eux comme otages, pour venger l’attentat qui vient d’avoir lieu. Le commandant, par ailleurs amateur de littérature ancienne, attendra dans la bibliothèque, laissant les convives au "repas des fauves".

Alors que l’on découvre le salon, de brèves images d’archives projetées en fond de scène illustrent le contexte. C’est court mais suffisant pour rentrer tout de suite dans l’histoire. Ce même écran servira à ponctuer la pièce d’une petite merveille de film d’animation dont les séquences illustreront les événements hors-cadre (le meurtre des allemands, les perquisitions dans les appartements, les bombardements …).

La pièce de Vahé Katcha montre comment une situation critique peut révéler les individus au plus profond. Ici, les soi-disant "amis" tenteront les plus basses manœuvres pour s’en sortir, les compromis qu’ils seront prêts à faire paraissant ahurissant du dehors.

Malgré l’enjeu dramatique, on rit donc beaucoup de la lâcheté de certains et des idées tordues pour se sauver (provoquer un incendie, appeler un colonel de connaissance…) mais on est également horrifié de ce qu’ils vont jusqu’à imaginer, avec quelquefois la plus parfaite mauvaise foi. La soirée fera voler en éclat leur amitié, éprouvera leur sens patriotique et les obligera à prendre partie.

Le spectateur est lui aussi invité à la réflexion et tout au long de la pièce, est interpellé par tel ou tel comportement auquel il s’identifie ou non. Impossible de ne pas penser à une certaine actualité récente quant on voit comment, au début de la pièce, certains d’entre eux s’accommodent plutôt bien de la situation et ne sentent pas concernés par les rafles et les déportations. Leurs contradictions vont, au fil des minutes, apparaître et la tension monter.

Julien Sibre signe ici une adaptation très réussie, avec des répliques savoureuses et un rythme soutenu. La pièce au timing parfait et au déroulement palpitant nous tient en haleine jusqu’au dénouement final (qu’il serait bien sûr criminel de trahir) et ménage entre-temps de délectables moments. Elle est effrayante dans le sens où elle dénonce une infinie noirceur de l’homme, son égoïsme et sa lâcheté. Mais c’est heureusement aussi pour mieux rendre hommage à son courage, parfois et à son dévouement.

Bien sûr on peut remarquer Julien Sibre dans un personnage de dandy qu’il interprète avec la finesse d’un Louis Jouvet ou d’un Pierre Brasseur, ou encore Pierrejxean Pagès dans le rôle de l’officier allemand féru de littérature grecque et imprévisible, mais par leur interprétation sans faille, tous les comédiens portent à égalité ce spectacle qui nous procure le bonheur d’une œuvre totalement
réussie.

"Le repas des fauves" est une excellente comédie noire et superbement révélatrice de l’âme humaine. Une très grande pièce. On n’est pas prêt d’oublier cette soirée "entre amis" qui est un remarquable moment de théâtre à la fois divertissant et intelligent.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=