Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le monde sur le fil
Rainer Werner Fassbinder  octobre 2010

Réalisé par Rainer Werner Fassbinder. Allemagne. Drame. Durée : 1h58. (Sortie 6 octobre 2010 - 1ère sortie en 1973). Avec Klaus Lowistch, Barbara Valentin, Mascha Rabben, Adrian Hoven et Ivan Desny.

On n’en a jamais fini avec Rainer Werner Fassbinder et c’est tant mieux !

Avec "Le monde sur le fil", téléfilm de 1973, rarement vu et restauré pour sa sortie en salles et en DVD, on va découvrir une facette complètement inattendue du réalisateur du "Mariage de Maria Braun".

Ici, Fassbinder adapte un récit de science-fiction bien loin de son univers et sans chercher à imposer ses propres codes à son récit. Bien sûr, on retrouvera ça et là ses thèmes de prédilection, avec en tête la présence de Barbara Valentin, pulpeuse et fragile héroïne comme il les aimait.

Mais ce qui surprendra, et déroutera sans doute, c’est la capacité d’un tel auteur d’accepter de se glisser dans un monde où il n’y a pas de quoi passer par le mélo flamboyant, pas plus que de mettre en avant la sexualité ni de s’attaquer aux tabous esthétiques et politiques d’une société encore gangrénée par les fantômes du nazisme.

Ici, Fassbinder se veut l’illustrateur fidèle de l’univers de Daniel F Galouye, auteur américain de Science-Fiction des années 60, assez peu connu en France et travaillant de manière plus primaire sur le terrain de la paranoïa explorée à la même époque par Philip K. Dick. Le roman adapté par Fassbinder, "Simulacron 3", raconte comment un univers créé de toutes pièces par les hommes fini par rétroagir et s’interpénétrer avec le "vrai" monde.

Evidemment, le prisme choisi par Fassbinder pour faire de la SF est plus proche de celui que Godard a choisi pour "Alphaville" que des grandes fresques de Ridley Scott ou de Steven Spielberg. On est donc en présence d’un futur "cérébral" qui ne nécessite pas d’immenses reconstitutions ni de décors surdimensionnés.

Certains trouveront alors que l’écart entre la réalité d’aujourd’hui et le futur supposé de demain est si imperceptible que le film en devient incompréhensible. Ils percevront aussi une grande naïveté dans cette manière de traiter le fantastique, douteront du  message délivré et en concluront que ce récit ne méritait pas de s’étaler sur plus de trois heures de pellicule.

Ils ajouteront que si le film n’avait pas la signature du grand Fassbinder, personne ne songerait à le sauver d’un oubli éternel. Dès lors, ils passeront complètement à côté d’une oeuvre, certes imparfaite, mais totalement fassbinderienne alors même qu’elle ne prend pas l’apparence de ses films les plus connus et reconnus.

Quel autre réalisateur aurait pu, en effet, s’emparer avec autant d’aisance d’une écriture télévisuelle, où les entrées et les sorties comptent plus que les mouvements, où le "off" est quasi proscrit, où tout doitêtre plus expliqué que montré ?

Fassbinder, qui n’a d’autre objectif, que d’aller jusqu’au bout de ce "monde sur un fil", y parvient en ne se moquant pas  de son histoire, en mimant jusqu’à l’excès une écriture télévisuelle qui flirte parfois avec celle d’un épisode de "Derrick". Et puis, surtout, il n’abandonne jamais ses acteurs en leur faisant jouer sans renâcler des scènes où il n’y a apparemment rien à défendre.

Toute la petite troupe de Fassbinder est présente et c’est grâceà elle que, peu à peu, Fassbinder triomphe de tous les pièges tendus par la forme télévisuelle. C’est l’histoire éternelle du fond qui fait capituler la forme. En l’occurrence, transfiguré par le couple Klaus Lowitsch-Mascha Rabben, cette histoire floue finit par un amour fou.

Sans doute, "Le monde sur le fil" mérite plus qu’une vision pour se garder de l’effet hypnotique que la redondance du filmage télé opère sur le spectateur. C’est là l’intérêt d’une sortie DVD qui permettra de saisir toute la beauté de cette oeuvre impure qu est, envers et contre tout, un grand Fassbinder.

(Le film est passé à l'Arlequin (6e) vendredi 1er octobre 2010 dans le cadre du Festival du film allemand. Ce festival continue jusqu'au mardi 5 octobre 2010 et permet de découvrir un cinéma en plein renouveau)

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=