Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le monde sur le fil
Rainer Werner Fassbinder  octobre 2010

Réalisé par Rainer Werner Fassbinder. Allemagne. Drame. Durée : 1h58. (Sortie 6 octobre 2010 - 1ère sortie en 1973). Avec Klaus Lowistch, Barbara Valentin, Mascha Rabben, Adrian Hoven et Ivan Desny.

On n’en a jamais fini avec Rainer Werner Fassbinder et c’est tant mieux !

Avec "Le monde sur le fil", téléfilm de 1973, rarement vu et restauré pour sa sortie en salles et en DVD, on va découvrir une facette complètement inattendue du réalisateur du "Mariage de Maria Braun".

Ici, Fassbinder adapte un récit de science-fiction bien loin de son univers et sans chercher à imposer ses propres codes à son récit. Bien sûr, on retrouvera ça et là ses thèmes de prédilection, avec en tête la présence de Barbara Valentin, pulpeuse et fragile héroïne comme il les aimait.

Mais ce qui surprendra, et déroutera sans doute, c’est la capacité d’un tel auteur d’accepter de se glisser dans un monde où il n’y a pas de quoi passer par le mélo flamboyant, pas plus que de mettre en avant la sexualité ni de s’attaquer aux tabous esthétiques et politiques d’une société encore gangrénée par les fantômes du nazisme.

Ici, Fassbinder se veut l’illustrateur fidèle de l’univers de Daniel F Galouye, auteur américain de Science-Fiction des années 60, assez peu connu en France et travaillant de manière plus primaire sur le terrain de la paranoïa explorée à la même époque par Philip K. Dick. Le roman adapté par Fassbinder, "Simulacron 3", raconte comment un univers créé de toutes pièces par les hommes fini par rétroagir et s’interpénétrer avec le "vrai" monde.

Evidemment, le prisme choisi par Fassbinder pour faire de la SF est plus proche de celui que Godard a choisi pour "Alphaville" que des grandes fresques de Ridley Scott ou de Steven Spielberg. On est donc en présence d’un futur "cérébral" qui ne nécessite pas d’immenses reconstitutions ni de décors surdimensionnés.

Certains trouveront alors que l’écart entre la réalité d’aujourd’hui et le futur supposé de demain est si imperceptible que le film en devient incompréhensible. Ils percevront aussi une grande naïveté dans cette manière de traiter le fantastique, douteront du  message délivré et en concluront que ce récit ne méritait pas de s’étaler sur plus de trois heures de pellicule.

Ils ajouteront que si le film n’avait pas la signature du grand Fassbinder, personne ne songerait à le sauver d’un oubli éternel. Dès lors, ils passeront complètement à côté d’une oeuvre, certes imparfaite, mais totalement fassbinderienne alors même qu’elle ne prend pas l’apparence de ses films les plus connus et reconnus.

Quel autre réalisateur aurait pu, en effet, s’emparer avec autant d’aisance d’une écriture télévisuelle, où les entrées et les sorties comptent plus que les mouvements, où le "off" est quasi proscrit, où tout doitêtre plus expliqué que montré ?

Fassbinder, qui n’a d’autre objectif, que d’aller jusqu’au bout de ce "monde sur un fil", y parvient en ne se moquant pas  de son histoire, en mimant jusqu’à l’excès une écriture télévisuelle qui flirte parfois avec celle d’un épisode de "Derrick". Et puis, surtout, il n’abandonne jamais ses acteurs en leur faisant jouer sans renâcler des scènes où il n’y a apparemment rien à défendre.

Toute la petite troupe de Fassbinder est présente et c’est grâceà elle que, peu à peu, Fassbinder triomphe de tous les pièges tendus par la forme télévisuelle. C’est l’histoire éternelle du fond qui fait capituler la forme. En l’occurrence, transfiguré par le couple Klaus Lowitsch-Mascha Rabben, cette histoire floue finit par un amour fou.

Sans doute, "Le monde sur le fil" mérite plus qu’une vision pour se garder de l’effet hypnotique que la redondance du filmage télé opère sur le spectateur. C’est là l’intérêt d’une sortie DVD qui permettra de saisir toute la beauté de cette oeuvre impure qu est, envers et contre tout, un grand Fassbinder.

(Le film est passé à l'Arlequin (6e) vendredi 1er octobre 2010 dans le cadre du Festival du film allemand. Ce festival continue jusqu'au mardi 5 octobre 2010 et permet de découvrir un cinéma en plein renouveau)

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=