Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le monde sur le fil
Rainer Werner Fassbinder  octobre 2010

Réalisé par Rainer Werner Fassbinder. Allemagne. Drame. Durée : 1h58. (Sortie 6 octobre 2010 - 1ère sortie en 1973). Avec Klaus Lowistch, Barbara Valentin, Mascha Rabben, Adrian Hoven et Ivan Desny.

On n’en a jamais fini avec Rainer Werner Fassbinder et c’est tant mieux !

Avec "Le monde sur le fil", téléfilm de 1973, rarement vu et restauré pour sa sortie en salles et en DVD, on va découvrir une facette complètement inattendue du réalisateur du "Mariage de Maria Braun".

Ici, Fassbinder adapte un récit de science-fiction bien loin de son univers et sans chercher à imposer ses propres codes à son récit. Bien sûr, on retrouvera ça et là ses thèmes de prédilection, avec en tête la présence de Barbara Valentin, pulpeuse et fragile héroïne comme il les aimait.

Mais ce qui surprendra, et déroutera sans doute, c’est la capacité d’un tel auteur d’accepter de se glisser dans un monde où il n’y a pas de quoi passer par le mélo flamboyant, pas plus que de mettre en avant la sexualité ni de s’attaquer aux tabous esthétiques et politiques d’une société encore gangrénée par les fantômes du nazisme.

Ici, Fassbinder se veut l’illustrateur fidèle de l’univers de Daniel F Galouye, auteur américain de Science-Fiction des années 60, assez peu connu en France et travaillant de manière plus primaire sur le terrain de la paranoïa explorée à la même époque par Philip K. Dick. Le roman adapté par Fassbinder, "Simulacron 3", raconte comment un univers créé de toutes pièces par les hommes fini par rétroagir et s’interpénétrer avec le "vrai" monde.

Evidemment, le prisme choisi par Fassbinder pour faire de la SF est plus proche de celui que Godard a choisi pour "Alphaville" que des grandes fresques de Ridley Scott ou de Steven Spielberg. On est donc en présence d’un futur "cérébral" qui ne nécessite pas d’immenses reconstitutions ni de décors surdimensionnés.

Certains trouveront alors que l’écart entre la réalité d’aujourd’hui et le futur supposé de demain est si imperceptible que le film en devient incompréhensible. Ils percevront aussi une grande naïveté dans cette manière de traiter le fantastique, douteront du  message délivré et en concluront que ce récit ne méritait pas de s’étaler sur plus de trois heures de pellicule.

Ils ajouteront que si le film n’avait pas la signature du grand Fassbinder, personne ne songerait à le sauver d’un oubli éternel. Dès lors, ils passeront complètement à côté d’une oeuvre, certes imparfaite, mais totalement fassbinderienne alors même qu’elle ne prend pas l’apparence de ses films les plus connus et reconnus.

Quel autre réalisateur aurait pu, en effet, s’emparer avec autant d’aisance d’une écriture télévisuelle, où les entrées et les sorties comptent plus que les mouvements, où le "off" est quasi proscrit, où tout doitêtre plus expliqué que montré ?

Fassbinder, qui n’a d’autre objectif, que d’aller jusqu’au bout de ce "monde sur un fil", y parvient en ne se moquant pas  de son histoire, en mimant jusqu’à l’excès une écriture télévisuelle qui flirte parfois avec celle d’un épisode de "Derrick". Et puis, surtout, il n’abandonne jamais ses acteurs en leur faisant jouer sans renâcler des scènes où il n’y a apparemment rien à défendre.

Toute la petite troupe de Fassbinder est présente et c’est grâceà elle que, peu à peu, Fassbinder triomphe de tous les pièges tendus par la forme télévisuelle. C’est l’histoire éternelle du fond qui fait capituler la forme. En l’occurrence, transfiguré par le couple Klaus Lowitsch-Mascha Rabben, cette histoire floue finit par un amour fou.

Sans doute, "Le monde sur le fil" mérite plus qu’une vision pour se garder de l’effet hypnotique que la redondance du filmage télé opère sur le spectateur. C’est là l’intérêt d’une sortie DVD qui permettra de saisir toute la beauté de cette oeuvre impure qu est, envers et contre tout, un grand Fassbinder.

(Le film est passé à l'Arlequin (6e) vendredi 1er octobre 2010 dans le cadre du Festival du film allemand. Ce festival continue jusqu'au mardi 5 octobre 2010 et permet de découvrir un cinéma en plein renouveau)

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=