Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le monde sur le fil
Rainer Werner Fassbinder  octobre 2010

Réalisé par Rainer Werner Fassbinder. Allemagne. Drame. Durée : 1h58. (Sortie 6 octobre 2010 - 1ère sortie en 1973). Avec Klaus Lowistch, Barbara Valentin, Mascha Rabben, Adrian Hoven et Ivan Desny.

On n’en a jamais fini avec Rainer Werner Fassbinder et c’est tant mieux !

Avec "Le monde sur le fil", téléfilm de 1973, rarement vu et restauré pour sa sortie en salles et en DVD, on va découvrir une facette complètement inattendue du réalisateur du "Mariage de Maria Braun".

Ici, Fassbinder adapte un récit de science-fiction bien loin de son univers et sans chercher à imposer ses propres codes à son récit. Bien sûr, on retrouvera ça et là ses thèmes de prédilection, avec en tête la présence de Barbara Valentin, pulpeuse et fragile héroïne comme il les aimait.

Mais ce qui surprendra, et déroutera sans doute, c’est la capacité d’un tel auteur d’accepter de se glisser dans un monde où il n’y a pas de quoi passer par le mélo flamboyant, pas plus que de mettre en avant la sexualité ni de s’attaquer aux tabous esthétiques et politiques d’une société encore gangrénée par les fantômes du nazisme.

Ici, Fassbinder se veut l’illustrateur fidèle de l’univers de Daniel F Galouye, auteur américain de Science-Fiction des années 60, assez peu connu en France et travaillant de manière plus primaire sur le terrain de la paranoïa explorée à la même époque par Philip K. Dick. Le roman adapté par Fassbinder, "Simulacron 3", raconte comment un univers créé de toutes pièces par les hommes fini par rétroagir et s’interpénétrer avec le "vrai" monde.

Evidemment, le prisme choisi par Fassbinder pour faire de la SF est plus proche de celui que Godard a choisi pour "Alphaville" que des grandes fresques de Ridley Scott ou de Steven Spielberg. On est donc en présence d’un futur "cérébral" qui ne nécessite pas d’immenses reconstitutions ni de décors surdimensionnés.

Certains trouveront alors que l’écart entre la réalité d’aujourd’hui et le futur supposé de demain est si imperceptible que le film en devient incompréhensible. Ils percevront aussi une grande naïveté dans cette manière de traiter le fantastique, douteront du  message délivré et en concluront que ce récit ne méritait pas de s’étaler sur plus de trois heures de pellicule.

Ils ajouteront que si le film n’avait pas la signature du grand Fassbinder, personne ne songerait à le sauver d’un oubli éternel. Dès lors, ils passeront complètement à côté d’une oeuvre, certes imparfaite, mais totalement fassbinderienne alors même qu’elle ne prend pas l’apparence de ses films les plus connus et reconnus.

Quel autre réalisateur aurait pu, en effet, s’emparer avec autant d’aisance d’une écriture télévisuelle, où les entrées et les sorties comptent plus que les mouvements, où le "off" est quasi proscrit, où tout doitêtre plus expliqué que montré ?

Fassbinder, qui n’a d’autre objectif, que d’aller jusqu’au bout de ce "monde sur un fil", y parvient en ne se moquant pas  de son histoire, en mimant jusqu’à l’excès une écriture télévisuelle qui flirte parfois avec celle d’un épisode de "Derrick". Et puis, surtout, il n’abandonne jamais ses acteurs en leur faisant jouer sans renâcler des scènes où il n’y a apparemment rien à défendre.

Toute la petite troupe de Fassbinder est présente et c’est grâceà elle que, peu à peu, Fassbinder triomphe de tous les pièges tendus par la forme télévisuelle. C’est l’histoire éternelle du fond qui fait capituler la forme. En l’occurrence, transfiguré par le couple Klaus Lowitsch-Mascha Rabben, cette histoire floue finit par un amour fou.

Sans doute, "Le monde sur le fil" mérite plus qu’une vision pour se garder de l’effet hypnotique que la redondance du filmage télé opère sur le spectateur. C’est là l’intérêt d’une sortie DVD qui permettra de saisir toute la beauté de cette oeuvre impure qu est, envers et contre tout, un grand Fassbinder.

(Le film est passé à l'Arlequin (6e) vendredi 1er octobre 2010 dans le cadre du Festival du film allemand. Ce festival continue jusqu'au mardi 5 octobre 2010 et permet de découvrir un cinéma en plein renouveau)

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=