Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yasujirô Shimazu ou les plaisirs de la modernité
Maison de la Culture du Japon  (Paris)  Du 6 au 16 octobre 2010

Pendant longtemps, par commodité ou paresse intellectuelle, on a résumé le cinéma classique japonais à deux génies du 7ème art, Yasujiro Ozu et Kenji Mizogushi, rejoints à partir des années quarante par un troisième très grand, Akira Kurosawa.

Même si les spécialistes affirmaient que le cinéma japonais avait connu un âge d’or dans les années trente comparable à celui vécu par le cinéma hollywoodien à la même époque, personne ne demandait à voir.

Heureusement, depuis les années 90, le cinéma japonais a profité de la création à Paris de la Maison de la Culture du Japon pour remettre les choses en place d’une manière plus systématique que les quelques rétrospectives parcimonieuses que la Cinémathèque Française accordaità la cinématographie nippone.

Dès lors, grâce à plusieurs cycles par an, rendant des hommages à des cinéastes ou organisant des parcours dans la production des principaux studios japonais, on a pu se rendre à l’évidence : le cinéma japonais, ce n’est pas seulement quelques grands chefs d’oeuvre et quelques cinéastes d’exception, c’est une cinématographie, riche, foisonnante, très créative et surtout très abondante en nombre de films de qualité, une qualité qui perdure encore aujourd’hui.

Pour en rester à "l’âge d’or", il y a quelques semaines la Maison de la Culture du Japon a permis de découvrir les trois magnifiques films de Sadao Yamanaka, un réalisateur mort prématurément à 28 ans alors qu’il avait été enrôlé dans l’armée japonaise qui avait envahi la Chine.

À partir de mercredi, la Maison de la Culture du Japon  va faire connaître un autre grand maître méconnu des années trente : Yasujiro Shimazu.

Sept films de ce cinéaste mort à moins de cinquante ans en 1945, vont permettre au spectateur parisien de juger par lui-même si Shimazu à sa place aux côtés des Naruse, Gosho, Uchida, Ito, Itami (Mansaku), Toyoda, Kinoshita, etc, dont a pu découvrir dans ce même lieu un aperçu conséquent des oeuvres souvent elles aussi conséquentes.

Comme Ozu, Shimazu s’intéresse en priorité à la cellule familiale de base. Il y installe ses drames situés dans la petite bourgeoisie des villes et leur fait prende souvent la forme du mélodrame.

Parmi les films de Shimazu que l’on a déjà pu voir , "Ainsi va l’amour" et "Un frère et sa petite soeur" expriment la capacité du Japon d’avant la déflagration de 1945 d’analyser très tôt son passageà la modernité occidentale. Outre le plaisir cinématographique qu’ils procurent, ils ont donc une grande vertu sociologique et historique.

Bien des raisons, d’aller voir Shimazu et de se convaincre que le cinéma a eu au Japon le même rôle qu’aux États-Unis, celui de montrer un monde en mutation à ceux qui en étaient les acteurs, actifs ou passifs.

 
En savoir plus :

Le site officiel de la Maison de la Culture du Japon


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=