Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lettres à Génica
Théâtre de l'Atelier  (Paris)  octobre 2010

Lecture de la correspondance d'Antonin Artaud par Carole Bouquet.

Difficile d'imaginer Antonin Artaud en amoureux transi, voire simplement en amant. Il reste avant tout le poète maudit, interné à Rodez, qui subissait d'interminables scéances d'électrochocs, l'auteur d'un recueil torturé et essentiellement consacré à la douleur, "L'ombilic des limbes", ou encore l'auteur d'un essai révolutionnaire sur le théâtre paru dans la blanche de la NRF, "Le théâtre et son double". Artaud reste dans l'imaginaire un esprit essentiellement tourné vers l'intérieur de lui-même.

Carole Bouquet, quant à elle, depuis ses débuts au cinéma dans "Cet obscur objet du désir" de Luis Buñuel et malgré ses rôles dans des comédies ou son engagement citoyen, n'a jamais réussi à se débarrasser de l'image d'une femme à la beauté froide, un coeur de glace sous une carapace splendide .

C'est Carole Bouquet elle-même qui a choisi les lettres extraites de l'échange épistolaire entre Artaud et Genica Athanasiou, actrice qu'il a rencontré au Théâtre de l'Atelier dirigé alors par Charles Dullin. Lorsqu'il la rencontre, elle a vingt-cinq ans. Artaud tombe immédiatement sous le charme de cette jeune femme venue de Roumanie pour se consacrer au théâtre. Chaque jour où ils ne partagent pas leur quotidien, de 1922 à 1927, ils échangent des lettres d'amour, d'un amour nourri par la folie d'Artaud. Au théâtre, Artaud la dirigera trois fois, dans des pièces d'Aragon, Claudel et Vitrac.

Carole Bouquet suit le fil chronologique de la correspondance. Mais en fait, les lettres lues ne sont que celles adressées par le poète à sa "belle roumaine". On devine les réponses de Génica, les reproches face à la maladie d'Artaud ou ses inquiétudes devant les effets de l'opium qu'Artaud prend pour se soulager.

Dès le début de cette correspondance, Artaud se révèle en quête d'absolu. Il s'agit d'abord de la recherche d'un absolu dans l'amour, il se déprécie face à sa "Chérie", son "âme". Mais au fil du temps, il s'emportera face aux remontrances de Génica. Ses lettres deviennent alors un mélange de reproches et d'analyse de son état. Il parle de la douleur, et envisage le suicide. Cette correspondance à sens unique ressemble alors de plus en plus à des appels à l'aide envoyés dans le vide.

La mise en scène est minimale. Carole Bouquet, habillée d'une sobre robe noire, tient un grand cahier à la main. Elle s'assoit devant le rideau en métal de la scène, parfois se lève, sort de scène. on entend alors quelques notes de musique. Seul un faisceau de lumière habille la scène de ses tons chauds.

Avec ce choix d'une sobriété complète, il naît comme un non-sens par rapport aux théories d'Artaud sur le "théâtre de la cruauté", théâtre dans lequel l'ensemble des sens est mis à contribution et dans lequel il refuse le langage articulé comme un médium de communication logique.

D'autant que ce spectacle se joue dans les lieux même où Artaud et Génica se sont rencontrés, et où il l'a dirigée sur scène. D'autant que le texte est ardu et que le spectateur doit faire preuve d'un grande concentration pour suivre la pensée d'Artaud. Peut-être ne doit-on donc pas voir ce spectacle comme une pièce de thèâtre, mais le tenir pour une lecture.

Cependant le plaisir évident de Carole Bouquet à jouer, sa voix singulière, la beauté vénéneuse du texte, la lumière que les lettres apportent sur le milieu culturel de l'époque font de cette lecture une intéressante rencontre avec l'univers d'un Artaud intime.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=