Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eiffel
Le Zénith  (Paris)  vendredi 15 octobre 2010

Alors, on y est... Eiffel est au Zénith ! Oublié l'Olympia et l'avenir incertain du groupe. Depuis, il y a eu le succès de l'album A Tout Moment et une grosse tournée (90 concerts à ce jour), avec des salles remplies tous les soirs. C'est le plus gros concert d'Eiffel en tête d'affiche. Certains fans, "Les Ahuris", ont passé une bonne partie de l'après-midi devant la salle, d'autres ont pris leur journée ou sont partis plus tôt pour être sûrs de ne rien rater. Les portes s'ouvrent et le zénith a du mal à se remplir.

Julien Pras débute cette soirée. Un fond d'Elliott Smith dans la voix et des ballades, jouées en guitare acoustique / voix. Viendront ensuite les Stuck In The Sound. Personnellement, je n'ai vraiment pas accroché. En plus, le son très médiocre et les basses surpuissantes n'ont rien arrangé. Changement de matos. On a le temps de voir que le public est arrivé ; la salle est pleine. Les lumières s'éteignent enfin...

Après une petite intro sonore, les membres du groupe entrent en scène chacun leur tour en saluant le public. Ils commencent par "Tomorrow Never Knows", la chanson finale de l'album Revolver des Beatles. C'est la première fois que le groupe joue ce titre sur scène. Premier à entrer en scène, Joe Doherty les accompagnera au saxo sur ce titre. Le son, sur le devant de la fosse, est très mauvais, on n'entend quasiment rien à part les basses. Ce problème va se régler au fur et à mesure des titres.

Passée cette chanson d'introduction, le public jette des ballons sur scène et le groupe enchaîne sur une playlist plus conventionnelle : "Minouche", "Le Cœur Australie" et "Il Pleut Des Cordes". On sent le groupe en grande forme et très heureux d'être là. Petit clin d’œil à l'album Tandoori avec "Saoul" et "Ma Part d'ombre", toujours aussi percutants sur scène. Au milieu de "Saoul", Romain entonnera un couplet de "Billie Jean".

Le groupe va un peu calmer le rythme effréné du concert avec "Tu Vois Loin". Le poème de François Villon mit en chanson donnera le sublime "Mort J'appelle". Les lumières deviennent rouges et on entend le sample de "A Tout Moment La Rue". Le public connaît la chanson par cœur et ne se prive pas pour chanter... voire scander le refrain à la fin du titre. Un texte forcément d'actualité ces jours-ci.

Joe Doherty revient sur scène avec son banjo (qu'on a toujours du mal à entendre) et c'est parti pour "Sous Ton Aile". Il prendra ensuite son violon pour "Je M'obstine" et finira le titre au saxo baryton. On rebranche les distos car "Bigger Than The Biggest" arrive à toute vitesse; On aura bien sûr droit au "petit break" de Romain au milieu du titre.

On se calmera un peu pour "Dispersés" et "Nous Sommes Du Hasard". On retrouve ensuite un titre issu d'Abricotine (premier album du groupe), "Inverse-Moi". C'est toujours aussi sympa de réentendre d'anciens morceaux. Le groupe terminera la première partie du concert sur "Sombre", avec son refrain repris en chœur  par le public.

Acclamé par le public, Eiffel ne remontera pas sur scène mais ira s'installer au milieu de la fosse. Romain demandera au public de s'asseoir par terre. C'est en acoustique qu'ils interprèteront "Chamade", un titre inédit. Romain précisera qu'ils le joueront en pensant à des personnes qu'ils ont perdues cette année. Le texte est excellent. Le public se relève pour applaudir et se rassoit aussitôt pour "Les Yeux Fermés", de nouveau accompagné par Joe Doherty et son violon. A la fin du titre, le groupe traversera le public pour rejoindre la scène et y jouer "Ma Nébuleuse Mélancolie", "Clash" et "Ma Blonde".

Romain plaque quelques accords de guitare en précisant qu'on les connait. Evidemment, tout le monde reconnaît puisqu'il s'agit du titre phare des Pixies : "Where Is My Mind". Un juste retour des choses puisque le groupe est fan des Pixies et que le nom du groupe provient d'une de leurs chansons : "Alec Eiffel". Pour finir, on retrouve Estelle au clavier pour "Hype" et ses traditionnels confettis. Eiffel reviendra jouer un dernier titre : "Je Ne Voudrais Pas Crever" et son texte de Boris Vian.

Malgré un son qui laissait à désirer devant la scène, Eiffel a réussi son pari : remplir le Zénith. Le groupe s'est donné à fond dans un concert de plus de deux heures, nous ayant permis de retrouver de vieux morceaux mêlés aux titres du dernier album, ainsi que des surprises avec les reprises et bien sûr le titre inédit. Dernier petit détail, un grand bravo pour les lumières qui étaient magnifiques ce soir.

Suite au concert, Romain Humeau postait un message sur le site d'Eiffel en disant : "cela restera un souvenir très fort pour nous". Pour nous aussi, cela restera un grand moment dans l'histoire du groupe !

Si vous avez raté cet évènement, sachez qu'Eiffel continue sa tournée. Ils repasseront en Ile-de-France, le 11 décembre, à Guyancourt et à Villeneuve La Garenne, le 25 mars 2011.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les yeux fermés de Eiffel
La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
La chronique de l'album A Tout Moment de Eiffel
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
La chronique de l'album Stupor Machine de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert à La Maroquinerie (15 janvier 2007)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert au Festival Class'Eurock 2007
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Fil (jeudi 29 octobre 2009)
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Eiffel
Le Myspace de Eiffel

Crédits photos : Fabrice Delanoue (Toute la série sur Taste of Indie)


Frizet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Eiffel (26 avril 2019)
Eiffel (12 septembre 2012)
Eiffel (7 août 2010)
Eiffel (31 aout 2009)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=