Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Divorce à la finlandaise
Mika Kaurismaki  (octobre 2010) 

Réalisé par Mika Kaurismaki. Finlande. Comédie dramatique. Durée : 1h42. (Sortie 20 octobre 2010). Avec Anna Easteden, Elina Knihtilä, Hannu-Pekka Björkman et Kati Outinen.

Depuis les Lumière, quand des frères font du cinéma, ils travaillent généralement en couple fusionnel : Frères Taviani, Frères Coen, Frères Dardenne, Frères Larrieu, Frères Farrelly, Frères Wachowski. Une seule exception : les Kaurismaki qui, s’ils ont écrit en commun des scénarios, n’ont - sauf erreur - pas co-réalisé de films ensemble.

Du coup, à la différence des autres fratries du 7ème art, on a pu établir une hiérarchie entre les deux frangins finlandais. Aki, film après film, a dessiné une oeuvre cohérente, une des rares à traverser son époque pour y exprimer autre chose qu’une simple envie de filmer. Seul héritier de Fassbinder, il a réussi à imposer une vision morale, celle d’un humaniste dont le désespoir s’arrête devant le courage des petites gens.

Face à ce frère qui accumule les louanges et les récompenses, Mika et ses films hétéroclites paraît être le vilain petit canard de la famille. Réalisateur cosmopolite, il a pu ainsi filmer Jean-Pierre Castaldi dans un nanar allemand, "Helsinki Napoli", tourner "Amazon" au Brésil, donner un film hollywoodien réussi mais impersonnel, "I love L.A", et même réussir de très beaux road-movies comme "Rosso" et le très christique "Zombie et le train fantôme".

Avec "Divorce à la finlandaise", Mika Kaurismaki, en ne cherchant plus à filmer dans la même catégorie que son frère, a visiblement trouvédéfinitivement sa voie. Ici, il n’est pas question de plonger dans le quotidien imbibé d’alcool des prolos finlandais, mais de décrire sans pathos les problèmes d’un couple de cadres supérieurs flirtant avec la quarantaine et titillé par le divorce. Qu’ils soient finlandais n’est pas l’essentiel et l’on peut même dire qu’on n’est pas très loin de l’univers décalé d’Almodovar quand il cherchait à amuser ses contemporains et pas à obtenir la Palme d’Or.

Les habitués du cinéma d’Aki auront même la surprise de voir des acteurs qu’ils connaissent bien dans des rôles plutôt doloristes s’amuser à composer des personnages improbables, comme Kari Outinen en chef de la Mafia estonienne. Ils découvriront aussi que Mika prend le contre-pied de son frère en montrant que les Finlandais ne sont pas tous moches et alcooliques. Même un peu empâtée par les années, Madame reste une belle femme et Monsieur, ex nordique svelte quand il avait encore ses cheveux, exhibe un bide bien rebondi qui ne rebute pas tant que ça.

Et que doit penser Aki d’un film où l’enjeu dialectique se déploie autour du frigo qui fait grossir les corps et rend ainsi les êtres frigides ?

Au bout du compte, on pourra lire "Divorce à la finlandaise" comme un divertissement qui propose les images d’une autre Finlande, une Finlande convertie au modèle occidental, voire américain. On n’est sans doute pas très loin des néo-comédies de remariage que propose inlassablement le cinéma américain et pas non plus très loin de l’esprit de certaines séries télés, et ce n’est pas un hasard, si la belle Anna Easteden qui rayonne dans le film est une habituée des séries américaines.

Gros succès en Finlande, “"Divorce à la finlandaise", victoire de Mika sur Aki, confirmera bien des certitudes sur l’avenir en pointillé du cinéma. Mais les Kaurismaki ne sont pas les nouveaux Abel et Caïn : on doit à la fois se laisser aller au charme mineur de "Divorce à la finlandaise" et voir ou revoir le dernier chef d’oeuvre en date d’Aki, "Les Lumières du faubourg".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=