Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Rocktambule 2010 (16ème édition)
Casey - IAM  (Esplanade, Porte de France, Grenoble)  jeudi 21 octobre 2010

La ville de Grenoble s'agite depuis une semaine au rythme du festival Rocktambule. La programmation de l’évènement n'a plus grand chose de rock cette année, mais le titre perdure comme un vestige d'une gloire passée.

Dès l'ouverture des portes, le spectacle commence sur scène. Une troupe de B-Boys et de B-girls organise un freestyle de break dance au fur et à mesure que la salle se remplit. Mais ce genre de spectacle s'intègre assez mal dans une salle de concert standard. En effet, il est assez difficile d'apprécier la partie au sol car presque entièrement caché par la foule et dans ce domaine, c'est souvent la moitié de l'impro. Cela dit, la prestation est plus qu'honorable et le public ponctue chaque figure de haut niveau par des acclamations. L'ambiance est bon enfant mais retombe légèrement devant l'impatience grandissante du public. Le deuxième spectacle s'ouvre alors. Deux danseurs hip-hop entrent en scène et évoluent au son du saxophoniste qui les accompagne. L'ensemble est moins technique, plus travaillé, plus chorégraphié, mais pas mieux pensé pour autant. Une histoire se développe sous nos yeux sans réel enthousiasme, sans émotion ou passion. On en vient à regretter la fraicheur et la ferveur de la troupe précédente. De nombreux applaudissements viennent toutefois saluer la prestation.

Le concert commence enfin. 10namite a dû décommander et en lieu et place du rappeur, ce sont d'autres locaux qui le remplacent au pied levé. Sur une instru impulsive, une voix de journal télévisé décrivant les heurts ayant animé Villeneuve (ndla : quartier chaud de Grenoble) fait l'effet d'un premier coup de poing en pleine face. Mais je ne gâcherai pas le suspense, le résultat du match sera un très gros KO... pour le groupe remplaçant. Deux rappeurs viennent compléter le trio, malgré le gabarit du DJ, le tout fait l'effet d’un poids mouche à côté du reste de la programmation. Soyons clairs : aucun vocabulaire, aucun sens des mots, la rime pauvre, des paroles vulgaires, creuses, rébarbatives pour ne pas dire juste nazes. Ces gars rappent de la même manière qu’ils parlent à leurs potes au quartier, c’est là-bas qu’ils auraient dû rester pour travailler un peu leurs lyrics…

C’est avec soulagement que commence le set de Casey… ou pas. L’intro est complètement plantée à cause d’un micro aphone. On rembobine et on reprend. Casey est une rappeuse atypique et peu de concurrents mâles oseraient empiéter sur ses plates-bandes. Casey, c’est du rap hardcore, engagé, en particulier contre le racisme et l’héritage colonial français. Accompagné d’un blanc bec aux platines et de B James compère du collectif Anfalsh, Casey pose son univers sans concessions et réveille un peu le festival. Déjà bien énervé sur Cd, le son et le flow sont encore plus lourds et implacables, un bulldozer qui ne laisse rien indemne. L’oreille peut enfin alors apprécier de vrais textes et la tête remuer en rythme. Malgré les invectives de l’artiste, le public a du mal à rentrer dans un monde qu’il ne connaît visiblement pas en détail, et entraîne quelques longueurs dans le show. Mais cela ne l’empêche pas de s’enflammer en fin de set sur "Libérez la bête", la bombe tirée du dernier album éponyme.

La dernière partie du concert arrive enfin, il y a des signes qui ne trompent pas : le public se densifie à vue d’œil, et j’ai même droit à un beauf nouvelle génération pour me pourrir l’ambiance, un jambon blanc en survèt’, bob vissé sur la tête, effritant du mauvais shit, filmant la moitié du concert avec son téléphone, du nuisible d’élevage. Mais le parasite n’arrivera pas à gâcher la suite, car IAM débarque et il suffit d’une ombre s’installant derrière les platines pour que le feu prenne instantanément à travers toute la salle. L’instru du micro d’argent est lancé et le reste du groupe arrive sur scène sous un tonnerre d’acclamations assourdissant.

Le concert est un immense best of, un enchaînement de tubes dont la majeure partie est évidement issue de l’école du micro d’argent. Accompagnés par le clavier et le bassiste, le groupe se réapproprie certains morceaux comme chez le mac dans une ambiance funky terrible. Au milieu du set, visiblement ému, Akhénaton fait un break dans l’enchainement pour dédier un morceau touchant à son père mort la semaine précédente, le public en osmose se calme le temps de ce morceau plus grave.

Après les remerciements d’Akh, la machine IAM reprend à pleine puissance et continue à débiter les tubes. Autant sur scène que dans la fosse, on sent que le concert est jouissif et après un rappel obligatoire, le groupe termine avec l’incontournable "Demain c’est loin", le morceau parfait s’il devait en avoir un. La boucle est bouclée et c’est la tête vibrant encore au son de Marseille que je retourne dans mes pénates après ce concert majeur.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les contes du chaos de Zone Libre vs Casey & B. James
Casey en concert au Festival GéNéRiQ 2009
Casey en concert au Fil (28 mars 2009)
Casey en concert au Festival Furia Sound 2009
Casey en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Casey en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mardi 13)
Casey en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 30 juillet 2010)
Casey en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi
Casey en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
IAM en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
IAM en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (dimanche)
IAM en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Samedi
IAM en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - dimanche
IAM en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
IAM en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
IAM en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Rocktambule
Le Myspace du Festival Rocktambule


Bubba         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Benjamin Diamond (10 octobre 2008)


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=