Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Micah P. Hinson
Théâtre Marigny  (Paris)  dimanche 17 octobre 2010

Micah P. Hinson sur la scène du Théâtre Marigny, c'est un peu comme un éléphant dans une boutique de porcelaine. Un cheveu sur la soupe. Un ex à ma soirée d'anniversaire.

Avec ses grosses Nike bleues, sa chemise à carreaux, ses bretelles et son jean délavé, le trublion se qualifie lui-même de clown. C'est sûr qu'on a plutôt tendance à l'imaginer au Café de la Danse que sur une scène des Champs Elysées.

On est d'ailleurs loin du show de 2009 où on l'avait justement découvert dans le cadre d'une soirée Eldorado Club. Le songwriter y apparaissait seul avec sa guitare devant un public d'initiés, sur une scène à sa mesure, humble mais de qualité.

Aussi, on se demande qui sont les gens qui composent le public de ce soir : endimanchés (c'est le cas de le dire), guindés. Des fans déguisés pour l'occasion ? Des abonnés aventureux du Marigny ? Quelle surprise quand mon voisin de siège me demande de baisser le son de mon appareil photo... (quiconque a déjà utilisé un réflex comprendra mon étonnement). Toujours est-il que la salle est loin d'être comble et que certains la quittent avant la fin du spectacle.

On ne peut pas plaire à tout le monde ! Et c'est tant mieux. Les quelques irréductibles que nous sommes en prennent plein leurs oreilles, dans une ambiance recueillie, privilégiée.

Pas question pour autant de sacrifier sa personnalité. Le zig, lui, est le même. Pas impressionné pour un sou, toujours drôle et irrévérencieux. Il fume, enchaîne les "fuck" et les anecdotes sur son grand-père (qui dissuadait le futur prof qu'il était de faire de la musique), ses amis alcooliques et cocaïnomanes (morts...), évoque sa femme, qui montera d'ailleurs sur scène pour l'accompagner sur un morceau. On trouvera l'épisode, au choix, émouvant (ce qu'ils ont l'air amoureux !) ou inutile (on entend à peine le chant susurré de la jeune femme).

Tantôt seul, tantôt accompagné de musiciens (trois violonistes, un violoncelliste), sa guitare toujours en bandoulière, le crooner est pour le moins... décalé. Et pourtant la mayonnaise prend.

Entre folk et country, tel un Johnny Cash fantasque, il raconte sa souffrance, sa vie dissolue, ses rencontres, les personnages atypiques qui peuplent son imaginaire et sa vie. C'est aussi ce qui participe de son charme : sa propension à raconter des histoires de son Amérique natale, avec ce qu'il faut de vécu pour rendre la chose attachante. Mais sous sa bonhommie se cache un personnage sombre, bouleversant. Et étrangement drôle, hors du commun.

Il alterne des titres de son dernier album (Micah P Hinson & the Pioneer Saboteurs, sorti en 2010) et de ses précédents opus. Sa voix est toujours intense, ses morceaux profonds et mélancoliques.

Et l'on passe par tous les états : le rire, la tristesse. On chante et on déchante. Alors certes, le show n'est pas parfait. Sa mémoire lui faut défaut : il peine à retrouver les accords de "Seven horses seen" et après deux tentatives, finit par abandonner. Ses interprétations sont parfois approximatives. D'ailleurs, il ne s'en cache pas : "I've never said I was perfect, I've never said I was a professional". Et après ? Et ce n'est pas, justement, pour ce genre d'aspérités qu'on aime les gens ? Car malgré elles, le tout s'enchaîne à merveille et on ressort enchanté. Alors thank you fucking much Micah !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Micah P. Hinson and the Red Empire Orchestra de Micah P. Hinson
La chronique de l'album Micah P. Hinson and the Pioneer Saboteurs de Micah P. Hinson
La chronique de l'album Micah P. Hinson and the Nothing de Micah P. Hinson
Micah P. Hinson en concert au Festival International Benicàssim 2008
Micah P. Hinson en concert au Café de la danse (17 septembre 2009)
L'interview en VO de Micah P. Hinson(29 avril 2008)
L'interview de Micah P. Hinson (vendredi 25 mars 2016)
L'interview de Micah P Hinson (29 avril 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Micah P. Hinson
Le Myspace de Micah P. Hinson
Le Facebook de Micah P. Hinson

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Micah P. Hinson (25 mai 2010)
Micah P Hinson (28 avril 2008)


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=