Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tindersticks
Le Grand Théâtre  (Angers)  mardi 2 novembre 2010

Après un week-end sur les bords de Loire, profitant de couleurs de l'automne, l'occasion était trop belle de rester une journée supplémentaire afin d'assister au concert donné par les Tindersticks dans la cité angevine. Organisé par le Chabada, la salle rock d'Angers, Stuart Staples et ses compères étaient programmés au Grand Théâtre, un cadre qui d'après les organisateurs convenait mieux à la musique élégante et érudite des Tindersticks, aux atmosphères feutrées de leurs chansons.

Après un verre de coteaux du Layon, accompagné de la plus charmante jeune femme de la soirée, il est temps de se diriger vers le lieu du concert. Ce soir-là, un crachin persistant mouille les pavés des rues piétonnes, et c'est une place du Ralliement défigurée par les travaux qu'il faut traverser pour accéder à l'entrée du théâtre. Le lieux est somptueux, un petit théâtre à l'italienne d'environ 700 places, avec trois balcons, une coupole peinte par Lenepveu autour du thème des quatre éléments, une Vénus à la toilette veille sur la salle. Le concert est prévu à 20h30, le parterre et les balcons se remplissent doucement, un personnel attentif oriente les spectateurs vers leur fauteuil tendu de velours rouge. La salle est pleine et bruisse des conversations avant le concert. Mais le public n'aura pas à attendre longtemps puisque les Tindersticks entrent en scène avec seulement cinq minutes de retard par rapport à l'horaire prévu.

Les sept musiciens semblent détendus. Une fois n'est pas coutume, Stuart Staples, cheveux gris courts, les yeux bleus délavés, en jeans, chemise blanche et gilet brun sourit. Le lieu semble lui convenir. La scène est couverte d'instruments : orgues, guitares, percussions, une batterie, un harmonium... Après un bref salut, il est temps que les lumières s'éteignent.

Les Tindersticks ne sont pas de grand communicants, Stuart Staples chante les yeux fermés, à la fin de presque chaque morceau, il sussure un "Thank you !" un peu sourd dans le micro. Le public est sous le charme de cette voix à la texture de velours. Le son se met bien vite en place, et dès le second morceau, sur un "Keep You Beautiful" doux et élégant où les voix se superposent, chaque instrument est à sa place.

Le concert est très équilibré entre morceaux anciens et nouveaux. Parmi les nouveaux morceaux, on retiendra le jazzy et expérimental "Falling Down A Mountain", "Peanuts" demandé à cor et à cri par mon voisin ou l'enjoué "Black Smoke" sur lequel le public tape dans les mains. Pour les anciens morceaux, des versions magnifiques se succèdent de "Bathtime", "Dying Slowly" ou "A Night In".

Durant toute cette première partie, Andy Nice à gauche de la scène, qui parfois troque son violoncelle pour un sax, et Neil Fraser aux guitares, à droite, couvent les premiers rangs de sourires très doux. Avant le rappel, Stuart Staple, très souriant remercie le public d'avoir accueilli les Tindersticks en un si beau lieu. Les applaudissements sont nourris. En rappel, le public s'emballe pour "Can We Start Again ?" et succombe aux notes de "City Sickness". Puis les Tindersticks reviennent une seconde fois pour interpréter en final un "Tiny Tears" toujours aussi émouvant. Ils tardent un peu à quitter la scène, applaudissent le public, debout, qui les acclame avec ferveur.

A la sortie du concert, chacun semble heureux, détendu, rasséréné. Comme souvent, ce concert des Tindersticks a été une parenthèse de grâce et d'émotion arrachée au temps. Mieux équilibré que le concert parisien, conclu par un "Tiny Tears" auquel le public parisien n'avait pas eu droit, la date d'Angers fut splendide, d'autant que les conditions en étaient idéales. Quant à Stuart Staples, il semble, depuis cette tournée, beaucoup plus serein qu'auparavant, plus souriant, plus chaleureux. Grand bien lui fasse, grand bien nous fasse aussi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Waiting for the moon de Tindersticks
La chronique de l'album The hungry saw de Tindersticks
La chronique de l'album Falling down a mountain de Tindersticks
Tindersticks en concert à La Cigale (26 septembre 2003)
Tindersticks en concert à Folies Bergères (5 mai 2008)
Tindersticks en concert au Festival La Route du Rock 2008
Tindersticks en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Tindersticks en concert à Splendid (jeudi 11 octobre 2012)
Tindersticks en concert au Fil (dimanche 14 octobre 2012)
Tindersticks en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Tindersticks en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)
L'interview de Tindersticks (janvier 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Tindersticks
Le Myspace de Tindersticks


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=