Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Notre besoin de consolation
Théâtre des Abbesses  (Paris)  octobre 2010

Spectacle écrit par Julie Bérès, Elsa Dourdet, Nicolas Richard et David Wahl, mis en scène par Julie Bérès, avec Virginie Frémaux, Éric Laguigné, Mike Hayford et Agnès Joessel.

Le titre du spectacle de Julie Bérès, "Notre besoin de consolation", est tiré du court essai de Stig Dagerman. Dans ce texte, Dagerman écrit "Pour moi, ce n'est pas le devoir avant tout mais la vie avant tout".

Dans ce spectacle - on peut difficilement parler de pièce de théâtre -, Julie Bérès met en scène les différents progrès actuels de la science qui visent à vaincre la mort (cryogénisation, clonage, biogénétique...) et montre que cette obsession de prolongation de la vie remonte aux origines de l'Histoire.

Simplement, aujourd'hui les progrès de la médecine sont tels que ce qui jadis relevait de la science-fiction tend à devenir de l'anticipation. Ceci doit donc amener l'espèce humaine à se poser des questions d'ordre éthique, et les groupes humains à légiférer sur le sujet.

A travers sa mise en scène et l'atmosphère qui se dégage des différents tableaux, Julie Bérès exprime le malaise qu'elle peut ressentir face à cette évolution contre nature de la science, et les questions sociétales qui en découlent (science accessible uniquement à une élite financière, eugénisme, négation de la notion d'égalité entre les hommes...).

L'utilisation de treuils sous une scène tendue de matières déformables (plastiques, tissus, latex...), un décor conçu par un scénographe, Mathias Baudry, et une plasticienne, Juliette Barbier, donne l'impression d'un plateau mou, organique. Les projections de lumière sur le plateau, de Hugo Oudin, accentuent pour le spectateur la perte de notion de perspective par rapport à une scène de théâtre généralement solide, dure et figée.

Elle peut faire disparaître ses personnages à travers le sol symbolisant la mise en terre, ou grâce à des éclairages par en-dessous de ce second plateau tendu comme une peau, Julie Bérès peut créer l'illusion d'un homme allongé dans un cercueil de glace.

Des marionnettistes, qui utilisent des techniques proches des spectacles de lanterne magique, contribuent à donner une impression entre rêve et cauchemar aux propos tenus, par le biais de projections vidéo, par les véritables protagonistes de cette aventure de la vie (une mère-porteuse, le directeur suédois d'une banque de sperme qui propose un choix sur catalogue des "meilleurs" spécimens).

Ce spectacle, interprété par deux comédiens (Agnès Joessel et Eric Laguiné), une circassienne (Virginie Frémaux) et un danseur (Mike Hayford), est d'abord une claque visuelle. Esthétiquement novateur, délirant, ce spectacle qui entremêle les techniques et les styles de jeu (théâtre, marionnettes, mime, chorégraphie, chant...) se rapproche beaucoup plus de la recherche visuelle rencontrée dans certains spectacles de danse contemporaine.

Le propos, entre documentaire et interrogation citoyenne, s'adresse au spectateur afin de lui ouvrir les yeux sur certaines pratiques, le spectacle mis en scène l'invite à se forger sa propre opinion.

En choisissant ce titre, Julie Bérès  donne déjà une indication sur son propre point de vue. Son spectacle retrouve le côté hypnotique du texte de Stig Dagerman. Mais dans son essai,  Stig Dagerman cherche une consolation à la douleur de vivre, peine à continuer son existence dans un monde écrasant et cruel, dans une société où n'existe plus de liberté. Il se suicidera d'ailleurs à l'âge de trente-et-un ans, deux ans après avoir écrit cet essai.

Julie Bérès, dans ce spectacle, montre un monde dans lequel des hommes, en cherchant à s'affranchir de la mort, entraînent la société à sa perte plutôt que vers la lumière et l'espoir.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=