Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Notre besoin de consolation
Théâtre des Abbesses  (Paris)  octobre 2010

Spectacle écrit par Julie Bérès, Elsa Dourdet, Nicolas Richard et David Wahl, mis en scène par Julie Bérès, avec Virginie Frémaux, Éric Laguigné, Mike Hayford et Agnès Joessel.

Le titre du spectacle de Julie Bérès, "Notre besoin de consolation", est tiré du court essai de Stig Dagerman. Dans ce texte, Dagerman écrit "Pour moi, ce n'est pas le devoir avant tout mais la vie avant tout".

Dans ce spectacle - on peut difficilement parler de pièce de théâtre -, Julie Bérès met en scène les différents progrès actuels de la science qui visent à vaincre la mort (cryogénisation, clonage, biogénétique...) et montre que cette obsession de prolongation de la vie remonte aux origines de l'Histoire.

Simplement, aujourd'hui les progrès de la médecine sont tels que ce qui jadis relevait de la science-fiction tend à devenir de l'anticipation. Ceci doit donc amener l'espèce humaine à se poser des questions d'ordre éthique, et les groupes humains à légiférer sur le sujet.

A travers sa mise en scène et l'atmosphère qui se dégage des différents tableaux, Julie Bérès exprime le malaise qu'elle peut ressentir face à cette évolution contre nature de la science, et les questions sociétales qui en découlent (science accessible uniquement à une élite financière, eugénisme, négation de la notion d'égalité entre les hommes...).

L'utilisation de treuils sous une scène tendue de matières déformables (plastiques, tissus, latex...), un décor conçu par un scénographe, Mathias Baudry, et une plasticienne, Juliette Barbier, donne l'impression d'un plateau mou, organique. Les projections de lumière sur le plateau, de Hugo Oudin, accentuent pour le spectateur la perte de notion de perspective par rapport à une scène de théâtre généralement solide, dure et figée.

Elle peut faire disparaître ses personnages à travers le sol symbolisant la mise en terre, ou grâce à des éclairages par en-dessous de ce second plateau tendu comme une peau, Julie Bérès peut créer l'illusion d'un homme allongé dans un cercueil de glace.

Des marionnettistes, qui utilisent des techniques proches des spectacles de lanterne magique, contribuent à donner une impression entre rêve et cauchemar aux propos tenus, par le biais de projections vidéo, par les véritables protagonistes de cette aventure de la vie (une mère-porteuse, le directeur suédois d'une banque de sperme qui propose un choix sur catalogue des "meilleurs" spécimens).

Ce spectacle, interprété par deux comédiens (Agnès Joessel et Eric Laguiné), une circassienne (Virginie Frémaux) et un danseur (Mike Hayford), est d'abord une claque visuelle. Esthétiquement novateur, délirant, ce spectacle qui entremêle les techniques et les styles de jeu (théâtre, marionnettes, mime, chorégraphie, chant...) se rapproche beaucoup plus de la recherche visuelle rencontrée dans certains spectacles de danse contemporaine.

Le propos, entre documentaire et interrogation citoyenne, s'adresse au spectateur afin de lui ouvrir les yeux sur certaines pratiques, le spectacle mis en scène l'invite à se forger sa propre opinion.

En choisissant ce titre, Julie Bérès  donne déjà une indication sur son propre point de vue. Son spectacle retrouve le côté hypnotique du texte de Stig Dagerman. Mais dans son essai,  Stig Dagerman cherche une consolation à la douleur de vivre, peine à continuer son existence dans un monde écrasant et cruel, dans une société où n'existe plus de liberté. Il se suicidera d'ailleurs à l'âge de trente-et-un ans, deux ans après avoir écrit cet essai.

Julie Bérès, dans ce spectacle, montre un monde dans lequel des hommes, en cherchant à s'affranchir de la mort, entraînent la société à sa perte plutôt que vers la lumière et l'espoir.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=