Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fix me
Raed Andoni     (novembre 2010) 

Réalisé par Raed Andoni. France-Suisse-Palestine. Documentaire. Durée : 1h381. (Sortie 17 novembre 2010). Avec Raed Andoni, Nasri Qumsia et Fathi Flefel.,

Tous les films palestiniens ont en commun une évidence : à défaut de pouvoir participer à la "naissance d’une nation" qui semble reportée toujours pour plus tard, si l’on est optimiste, compromise à jamais si l’on est un peu moins optimiste, ils inventent à chaque fois un cinéaste palestinien dépositaire du cinéma palestinien le temps fugace où son œuvre vit sa vie médiatique.

Ce fut le cas naguère de Michel Khleifi et plus récemment d’Elia Suleiman. C’est aujourd’hui le tour de Raed Andoni. Personnage à la Sempé navigant dans le cinéma de Nanni Moretti, Raed Andoni s’installe dans ce rôle du cinéaste palestinien portant sur ses frêles épaules le cinéma palestinien avec un mal de tête carabinée.

Est-ce la situation palestinienne qui lui prend la tête ou l’impossibilité de ne parler que de cette situation quand on a la malchance d’être un cinéaste palestinien qui la lui casse ?

En allant voir cette œuvre infiniment personnelle, il ne faudra pas s’attendre à crouler sous les rires. Au contraire, Raed Andoni est un pince-sans-rire caustique, presque tragique comme tous les grands humoristes dépressifs auxquels il se rattache. Peut-être a posteriori pourra-t-on s’amuser d’avoir vu sur l’écran, une version inédite de la "psychanalyse" qu’on pourrait qualifier de "version arabe".

Là, on ne s’allonge pas sur un divan mais on grimpe sur une chaise ou l’on s’allonge par terre. Pas grand-chose à voir avec la version "traditionnelle" de la psychanalyse que l’on pratique de l’autre côté du Mur. On est bien loin de Woody Allen, même si le dépliant du film affirme qu’Andoni est son "cousin palestinien". Pas de gags, pas de mots d’auteurs ni de bons mots, mais une politesse aiguë du désespoir.

Raed Andoni n’élève jamais la voix. Il prend sa voiture, une BMW rouge, et se contente de rouler sur des routes où l’on croise des militaires israéliens, des checks-points et où on longe le long mur de séparation. Curieusement, on se croirait parfois dans un "road-movie" où l’on traverse de grands espaces et pas un territoire qui a la superficie de deux ou trois gros départements français.

Même manière détachée de parler des années passées en prison, d’évoquer avec les camarades des mauvais jours le bon temps de leur jeunesse cabossée en pleine Intifada. Raed Andoni ne dit rien de bien méchant mais sa parole passe, forte malgré sa voix fluette.

Ce qui surprend, c’est sa manière de filmer "positivement" Ramallah et les régions qu’il traverse en voiture. Oui, sa Palestine est belle, même si elle n’a pas la forme vivable qu’il aimerait qu’elle prenne. On sent chez ce cinéaste forcément condamné à être plus ailleurs qu’ici, un amour fort et triste de son pays en pointillé.

Bref, ce film n’est pas fait exclusivement pour les "amis" des Palestiniens. Il permettra aux autres, à ceux qui ne les connaissent pas, ou pire qui les stigmatisent comme leurs ennemis, de découvrir que ces gens-là leur ressemblent bigrement. Raed Andoni pourrait être autre chose que Palestinien mais, puisqu’il l’est, pourquoi n’aurait-il pas le droit de l’être ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=