Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fix me
Raed Andoni     (novembre 2010) 

Réalisé par Raed Andoni. France-Suisse-Palestine. Documentaire. Durée : 1h381. (Sortie 17 novembre 2010). Avec Raed Andoni, Nasri Qumsia et Fathi Flefel.,

Tous les films palestiniens ont en commun une évidence : à défaut de pouvoir participer à la "naissance d’une nation" qui semble reportée toujours pour plus tard, si l’on est optimiste, compromise à jamais si l’on est un peu moins optimiste, ils inventent à chaque fois un cinéaste palestinien dépositaire du cinéma palestinien le temps fugace où son œuvre vit sa vie médiatique.

Ce fut le cas naguère de Michel Khleifi et plus récemment d’Elia Suleiman. C’est aujourd’hui le tour de Raed Andoni. Personnage à la Sempé navigant dans le cinéma de Nanni Moretti, Raed Andoni s’installe dans ce rôle du cinéaste palestinien portant sur ses frêles épaules le cinéma palestinien avec un mal de tête carabinée.

Est-ce la situation palestinienne qui lui prend la tête ou l’impossibilité de ne parler que de cette situation quand on a la malchance d’être un cinéaste palestinien qui la lui casse ?

En allant voir cette œuvre infiniment personnelle, il ne faudra pas s’attendre à crouler sous les rires. Au contraire, Raed Andoni est un pince-sans-rire caustique, presque tragique comme tous les grands humoristes dépressifs auxquels il se rattache. Peut-être a posteriori pourra-t-on s’amuser d’avoir vu sur l’écran, une version inédite de la "psychanalyse" qu’on pourrait qualifier de "version arabe".

Là, on ne s’allonge pas sur un divan mais on grimpe sur une chaise ou l’on s’allonge par terre. Pas grand-chose à voir avec la version "traditionnelle" de la psychanalyse que l’on pratique de l’autre côté du Mur. On est bien loin de Woody Allen, même si le dépliant du film affirme qu’Andoni est son "cousin palestinien". Pas de gags, pas de mots d’auteurs ni de bons mots, mais une politesse aiguë du désespoir.

Raed Andoni n’élève jamais la voix. Il prend sa voiture, une BMW rouge, et se contente de rouler sur des routes où l’on croise des militaires israéliens, des checks-points et où on longe le long mur de séparation. Curieusement, on se croirait parfois dans un "road-movie" où l’on traverse de grands espaces et pas un territoire qui a la superficie de deux ou trois gros départements français.

Même manière détachée de parler des années passées en prison, d’évoquer avec les camarades des mauvais jours le bon temps de leur jeunesse cabossée en pleine Intifada. Raed Andoni ne dit rien de bien méchant mais sa parole passe, forte malgré sa voix fluette.

Ce qui surprend, c’est sa manière de filmer "positivement" Ramallah et les régions qu’il traverse en voiture. Oui, sa Palestine est belle, même si elle n’a pas la forme vivable qu’il aimerait qu’elle prenne. On sent chez ce cinéaste forcément condamné à être plus ailleurs qu’ici, un amour fort et triste de son pays en pointillé.

Bref, ce film n’est pas fait exclusivement pour les "amis" des Palestiniens. Il permettra aux autres, à ceux qui ne les connaissent pas, ou pire qui les stigmatisent comme leurs ennemis, de découvrir que ces gens-là leur ressemblent bigrement. Raed Andoni pourrait être autre chose que Palestinien mais, puisqu’il l’est, pourquoi n’aurait-il pas le droit de l’être ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=