Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 3 Décades de Einstürzende Neubauten
Goethe Institut - Cité de la Musique      (15 et 16 novembre 2010) 

Pour fêter les trente années d'existence d'Einstürzende Neubauten, le Goethe Institut diffusait deux films que le groupe avait réalisé et réservé aux fans qui suivent le groupe par internet et soutiennent financièrement ses projets.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe, il est emmené par Blixa Bargeld, ancien membre de Birthday Party, puis durant quinze années de Nick Cave and The Bad Seeds. C'est un des groupes pionniers de la musique industrielle, c'est-à-dire d'un style musical qui se veut expérimental, et interroge l'auditeur sur son rapport à la société, en particulier la société de consommation, la société industrielle, mais pas seulement.

Les thèmes abordés par ces groupes sont souvent sont volontiers provocateurs, tout comme leur musique qui se veut de "l'anti-musique", selon l'expression de Genesis P-Orridge, le leader des Throbbing Gristle, autre groupe phare de cette scène.

Effectuée à partir d'instruments de musique, parfois détournés de leur utilisation première, d'outils, de matériaux de récupération, la musique industrielle, proche du punk dans l'esprit et dans ses revendications sociétales, est à rapprocher à la fois de la musique concrète, du rock et du métal.

Einstürzende Neubaten n'est cependant pas seulement ce groupe qu'on présentait dans les années 80 comme le groupe qui, sur scène, tapait sur des bidons et des enclumes avec des marteaux, et utilisait des scies circulaires, des perceuses et des os pour faire des percussions. Einstürzende Neubaten a évolué au fil du temps vers une musique qui parfois connaissait des accalmies. Ils ont été une influence majeure de groupes populaires comme Depeche Mode, période "Some Great Reward", Nine Inch Nails ou Ministry.

Le premier film, daté de 2007, suit le processus d'enregistrement de morceaux destinés aux fans et disponibles uniquement par souscription sur internet. Le groupe s'était donné des impératifs créatifs : chaque membre tirait trois cartes sur lesquelles étaient données des indications sous forme de noms ou d'adjectifs. Chaque musicien avait alors une journée pour trouver comment s'intégrer à la composition en répondant à ces indications.

Par exemple, le bassiste du groupe qui tire les cartes "piano", "à travers" et "cinq", pour répondre à ses obligations créatives, fera glisser cinq cordelettes entre les cordes du piano et jouera du piano en instrument à cordes frottées et non frappées. Blixa Bargeld, qui tirera la carte "drone" sortira afin d'obtenir l'enregistrement d'un avion survolant le studio, à intégrer dans le morceau.

Le second film est la vidéo d'un concert, saisi en 2004 à Berlin, dans le Palais de la République, le parlement de l'ancienne République Démocratique d'Allemagne, alors en démolition. Lors de ce concert, Einstürzende Neubaten avait amplifié l'ensemble des structures métalliques du bâtiment afin de faire des percussions directement avec les fondations du bâtiment.

Le concert commence avec "Haus der Luege" (la maison du mensonge). Au sol des kilomètres de câbles. Autour des musiciens toute sorte d'objets métalliques, mais aussi des bidons de plastique, du carton ou du polystyrène. De quoi donner envie d'aller voir le groupe qui se produit le lendemain à la Cité de la Musique, bien que ce concert affichait depuis longtemps complet.

Après la projection de ces deux films, le public avait la possibilité d'échanger avec trois des membres du groupe : Alexander Hacke (basse, guitares et voix), N.U. Unruh (le percussionniste à l'origine de la plupart des sons d'EN) et Jochen Arbeit (guitares).

Durant cet échange, ils expliquent que c'est Blixa Bargeld qui a écrit les mots sur les bristols qui servaient de point de départ pour leurs créations, qu'ils avaient trois jours pour finaliser les morceaux, que le fait d'être filmé apaise les tensions qu'il peut parfois y avoir au sein du groupe, qu'ils composent selon trois méthodes : soit une improvisations complète, soit autour d'un son amené par N.U. Unruh, soit autour d'un mot ou d'une phrase amenée par Blixa Bargeld, et expliquent la difficulté d'être musicien, et vivre de sa musique, aujourd'hui à Berlin dans une Allemagne réunifiée.

Enfin, ils expliquent que chaque concert du groupe est désormais filmé par trois caméras au minimum, et que ces films viennent enrichir les archives du groupe.

Le lendemain, à la Cité de la Musique, on retrouvait sur scène le bric-à-brac de plastique et de métal. Le groupe interprétait, pendant presque deux heures, des versions excellentes de morceaux de toutes les époques de sa carrière : "The Garden", "Let's Do It A Da Da", "Total Eclipse Of The Sun",  de très belles versions de "Silence Is Sexy et Redukt", et un "Headcleaner" remarquable.

En terme d'amplification et de technique, le son était, comme toujours à la Cité de la Musique, somptueux. Pour ceux qui soit veulent revoir ce concert, soit n'ont pas pu venir ou obtenir de place, soit voudrait découvrir ce groupe, le concert filmé est en visionnage gratuit sur le site de la Cité de la Musique pendant quatre mois.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=