Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Boogie
Gustavo Cova     (17 novembre 2010) 

Réalisé par Gustavo Cova. Argentine-Mexique. Film d'animation. Durée : 1h23. (Sortie 17 novembre 2010).

Prévenir les spectateurs que "Boogie" est un dessin animé strictement réservé aux adultes paraît un avertissement bien trop léger. Gustavo Cova, en adaptant une bande dessinée de Roberto Fontanarrosa datant des années 1980, invente en effet l’ultra dessin animé pour ultra adultes.

Montre en main, il faudra attendre une bonne heure pour avoir une poignée de secondes de répit dans cette boucherie sanguinolente orchestrée par un héros sans foi ni loi, tellement cynique qu’on lui sait gré de ne pas avoir le cynisme d’une minute de fausse compassion pour qu’on s’illusionne sur la goutte de tendresse qui, par hasard, coulerait encore dans ses veines d’assassin.

Boogie endosse l’habit d’un privé classique dérivé de Bogie-Bogart, mais, en fait c’est un transfuge de toutes les sales guerres déclenchées par les États-Unis depuis le Vietnam jusqu’à l’Irak et l’Afghanistan. Comme Rambo, il vide ses chargeurs de mitraillettes sans jamais se donner la peine de les remplacer. Il a la nostalgie de l’odeur du Napalm et des hélicoptères voletant sous le soleil d’Apocalypse Now et aime le Magnum qui arrache les têtes comme l’Inspecteur Harry.

On aura vite compris que les initiateurs de ce monument trash ne portent pas dans leurs coeurs sud-américains les turpitudes de leurs "frères" du Nord de l’Amérique et ne voient pas dans les États-Unis la patrie de la démocratie mais celle de la violence absolue et de l’argent-roi. Pour s’en convaincre, il suffira de voir ce qu’il advient d’un Palais de Justice étasunien après le passage de Boogie.

Autre coup de canif à l’imaginaire américain : un personnage de "super-héros" à la Spiderman pire que Boogie et que celui-ci surachèvera à grands coups de bâton haineux. On n’est pas très loin de l’ambiance surdopé des films de John Woo revus par Tony Scott ou par Quentin Tarantino.

Allant toujours trop loin, mais sans jamais passer par la case mauvais goût, "Boogie" est au final un divertissement très sain dans son utilisation rock’n’roll de l’hyperviolence sous-jacente à tous les films actuels.

Boogie n’est pas une apologie de cette violence gratuite et acceptée qui règne sans partage dans le cinéma, notamment dans le cinéma majoritaire américain. Il feint d’en être la quintessence pour tenter d’en être l’impossible exorcisme et, cerise surprise sur le gâteau ensanglanté, n’est pas loin de réussir son pari transgressif.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=