Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Boogie
Gustavo Cova     (17 novembre 2010) 

Réalisé par Gustavo Cova. Argentine-Mexique. Film d'animation. Durée : 1h23. (Sortie 17 novembre 2010).

Prévenir les spectateurs que "Boogie" est un dessin animé strictement réservé aux adultes paraît un avertissement bien trop léger. Gustavo Cova, en adaptant une bande dessinée de Roberto Fontanarrosa datant des années 1980, invente en effet l’ultra dessin animé pour ultra adultes.

Montre en main, il faudra attendre une bonne heure pour avoir une poignée de secondes de répit dans cette boucherie sanguinolente orchestrée par un héros sans foi ni loi, tellement cynique qu’on lui sait gré de ne pas avoir le cynisme d’une minute de fausse compassion pour qu’on s’illusionne sur la goutte de tendresse qui, par hasard, coulerait encore dans ses veines d’assassin.

Boogie endosse l’habit d’un privé classique dérivé de Bogie-Bogart, mais, en fait c’est un transfuge de toutes les sales guerres déclenchées par les États-Unis depuis le Vietnam jusqu’à l’Irak et l’Afghanistan. Comme Rambo, il vide ses chargeurs de mitraillettes sans jamais se donner la peine de les remplacer. Il a la nostalgie de l’odeur du Napalm et des hélicoptères voletant sous le soleil d’Apocalypse Now et aime le Magnum qui arrache les têtes comme l’Inspecteur Harry.

On aura vite compris que les initiateurs de ce monument trash ne portent pas dans leurs coeurs sud-américains les turpitudes de leurs "frères" du Nord de l’Amérique et ne voient pas dans les États-Unis la patrie de la démocratie mais celle de la violence absolue et de l’argent-roi. Pour s’en convaincre, il suffira de voir ce qu’il advient d’un Palais de Justice étasunien après le passage de Boogie.

Autre coup de canif à l’imaginaire américain : un personnage de "super-héros" à la Spiderman pire que Boogie et que celui-ci surachèvera à grands coups de bâton haineux. On n’est pas très loin de l’ambiance surdopé des films de John Woo revus par Tony Scott ou par Quentin Tarantino.

Allant toujours trop loin, mais sans jamais passer par la case mauvais goût, "Boogie" est au final un divertissement très sain dans son utilisation rock’n’roll de l’hyperviolence sous-jacente à tous les films actuels.

Boogie n’est pas une apologie de cette violence gratuite et acceptée qui règne sans partage dans le cinéma, notamment dans le cinéma majoritaire américain. Il feint d’en être la quintessence pour tenter d’en être l’impossible exorcisme et, cerise surprise sur le gâteau ensanglanté, n’est pas loin de réussir son pari transgressif.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=