Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Memory Lane
Mikhaël Hers     (24 novembre 2010) 

Réalisé par Mikhaël Hers. France. Drame. Durée : 1h38. (Sortie 24 novembre 2010). Avec Thibaut Vinçon, Lolita Chammah, Dounia Sichov, Thomas Blanchard, Louis-Ronan Choisy, Didier Sandre et Marie Rivière.

En cette période de l’année, où chaque semaine un quinzaine de films nouveaux arrive sur les écrans, on a envie de soutenir, peut-être en se forçant un peu, des films fragiles qu’on sent pas forcément bien armés pour lutter contre les divisions blindées commandées par Harry Potter et Bruce Willis.

C’est le cas de "Memory Lane", premier long-métrage de Mikhaël Hers qui suit le devenir de pré-trentenaires devenus récemment adultes et qui font, en quelque sorte, le deuil de leur jeunesse prolongée.

Chronique on ne peut plus fragile, surtout qu’elle s’intéresse à des personnages plutôt introvertis, qu’on attrape par petites touches. Il y a quelques semaines, les lecteurs de ces chroniques s’en souviennent peut-être, un film au sujet voisin, "La Vie au Ranch", jouait la carte inverse et gagnait la partie en suivant des filles bavardes, surexcitées et fêtardes.

"Memory Lane" n’a pas les mêmes atouts, et même, ajoute quelques handicaps, en premier lieu un titre qui ne définit rien du film.

C’est bien dommage car Mikhaël Hers réussit un vrai premier film original. D’abord, il traite d’une population mal connue, celle des jeunes gens issus de banlieues "chics", genre Boulogne ou Saint-Cloud, qui ne souffrent pas d’exclusion sociale mais vivent dans un monde plus urbain qu’urbanisé, où les maisons en pierre meulière possèdent des grands jardins, où l’on peut profiter des parcs et des zones boisées à quelque mètres du périphérique et du RER, où l’on peut vivre là tranquillement en vase-clos ou s’en échapper en quelques minutes.

Ensuite, il place ses personnages à un âge de la vie où l’on s’embarque définitivement et sans possibilité de retour pour le monde adulte. C’est l’âge où certains vont dériver, d’autres découvrir que leurs parents peuvent mourir, d’autres s’accrocher le plus longtemps possible à cette jeunesse qui s’éloigne, et quelques-uns enfin faire le pas entre l’amitié et l’amour. C’est ce qui va arriver à Vincent et à Christelle.

Mikhaël Hers filme avec une grande justesse l’évolution des sentiments des deux jeunes gens, et saisit alors l’indicible : l’instant précis où le passage s’opère, où les doigts des mains se touchent, se mêlent doucement et se serrent pour dire que l’amour est là. On n’oubliera pas les belles performances de Thibault Vinçon et de Dounia Sichov qui, pour son premier rôle au cinéma, irradie vraiment sur l’écran.

D’ailleurs, aucun des sept jeunes acteurs principaux de "Memory Lane" ne laisse indifférent. Tous ont un rôle à défendre, tous incarnent des personnages consistants, crédibles, loin de tout stéréotype et de toute caricature.

On mettra donc au crédit de Mikhaël Hers de belles qualités d’écriture et de direction d’acteurs, ainsi qu’une capacité méticuleuse à s’en tenir à des choix et à des parti-pris très personnels.

Bref, à l’heure où triomphe "Les Petits Mouchoirs", film qui prétend lui aussi dresser le portrait d’un groupe de “jeunes gens”, on ne doit pas négliger la proposition de Mikhaël Hers puisqu’elle a un avantage sur celle de Guillaume Canet : elle croit au cinéma.

Si affirmer que "Memory Lane" est l’anti "Petits Mouchoirs" peut convaincre le public très sollicité d’aller voir le film, on n’hésitera pas à l’affirmer péremptoirement.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=