Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emily Jane White
La Dynamo  (Toulouse)  vendredi 19 novembre 2010

Du folk soyeux, un groupe généreux, un public recueilli et comblé, compte-rendu du passage magique de la belle Californienne en terres Toulousaines.

Il fallait de la volonté et une bonne dose de ferveur pour retourner assister à un concert d’Emily Jane White. En effet, son dernier passage à Toulouse n’avait pas laissé que de bons souvenirs ; c’était en 2009, à l’époque de la longue tournée de Dark Undercoat que l’Américaine était venue s’échouer dans une minuscule salle improbable (le "Samba Resille", plus connue pour ses cours de Batucada que pour ses prestations scéniques). Manifestement déboussolée par le local exigu et malgré l’accueil chaleureux qui lui avait été réservé, elle avait livré une prestation très contenue, un peu hautaine, qui en avait décontenancé plus d’un. Seul le rappel final au piano avait un peu ravivé les espoirs ressentis à l’écoute de l’album.

C’est donc dans un nouveau contexte et surtout un nouveau lieu ("La Dynamo", beau loft aménagé en plein centre de la ville, d’une capacité de 200 personnes et à la programmation de qualité) qu’Emily retentait sa chance, à l’occasion de la sortie de son dernier opus (le magnifique et bien nommé Ode to Sentience). La salle est parfaite : murs de briques rouges parsemés de tableaux, rochelle agrémentée de fauteuils confortables, bars accueillants, acoustique soignée… Bref, on se sent comme à la maison. Le public se presse en masse malgré une publicité très discrète. Tous les âges sont représentés et l’atmosphère est recueillie (aidée en cela par une bienveillante statue polychrome de la vierge qui surplombe la foule !).

Le groupe se fait attendre mais finit par débarquer en toute simplicité sous la forme d’un quatuor : chant (+ guitare folk / piano), guitare électrique, basse (en la présence du talentueux Julien Pras du groupe Bordelais Calc), batterie. Pas de violoncelle ni de violon ce coup-ci mais les premiers titres vont vite dissiper les inquiétudes : le son est parfait et la voix est encore plus profonde que sur disque. Des frissons parcourent l’assemblée et, chose rare pour ce type de concert quasi-acoustique, la grande majorité du public est attentif et respectueux.

Les deux premiers titres ("A Shot Rang Out" et "Bessie Smith") tirés des deux premiers albums constituent une belle entrée en matière, mais c’est réellement sur l’enchaînement "Black Silk" et "The Cliff" que le concert décolle pour atteindre des sommets.

Les musiciens sont à l’écoute de la chanteuse et étoffent les morceaux de petites touches discrètes, se retirant sur certains titres, revenant pour d’autres. Le tout est harmonieux (à part peut-être une batterie parfois un peu à côté). La concentration et l’application dont ils font preuve me font irrésistiblement penser au concert des Broken Bells à Benicassim (Julien Pras qui fait les chœurs a d’ailleurs aussi un petit côté James Mercer !). Emily est aux anges, n’est pas avare de sourires et communique dans un très bon français (souvenir de ses études Bordelaises). La Californienne ayant dénoncé la ville d’origine de son bassiste, celui-ci se fait chambrer gentiment (la traditionnelle rivalité des berges de la Garonne…) mais tout ça reste bon enfant.

La setlist est homogène et pioche allègrement dans les trois albums, ce qui donne l’occasion de constater s’il en était besoin qu’ils contiennent un sacré nombre de pépites. Certains titres interprétés en solo manquent certes un peu d’entrain et on frôle parfois l’assoupissement en cette fin de semaine ; mais il suffit alors d’un "Wild Tigers" ou d’un "The Preacher" pour relancer la machine et on se prend à rêver d’une interprétation plus étoffée ou de variations plus musclées qui pourraient faire merveille en live.

Ne boudons pas notre plaisir : le concert s’interrompt sur le doux "Victorian America", avant que le groupe ne fasse un traditionnel pseudo-repli en coulisses (qui passe ici par l’escalade d’un périlleux escalier en colimaçon) avant de revenir pour quelques titres bien sentis ("Dagger", "Hole in the Middle", "Country Life").

Après 1h30 d’un concert généreux, la soirée s’achève par des dédicaces interminables où le groupe fait montre d’une disponibilité et d’une gentillesse rares ! Emily Jane White et sa bande auront donc rassuré son monde avec une belle prestation, effaçant (largement) l’ardoise laissée lors de son passage précédent.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ode to Sentience de Emily Jane White
La chronique de l'album They Moved in Shadow All Together de Emily Jane White
La chronique de l'album Immanent fire de Emily Jane White
Emily Jane White en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009

En savoir plus :
Le site officiel de Emily Jane White
Le Bandcamp de Emily Jane White
Le Soundcloud de Emily Jane White
Le Facebook de Emily Jane White


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Emily Jane White (16 novembre 2010)


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=