Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emily Jane White
Ode to Sentience  (Talitres)  novembre 2010

La jeune et prolifique Californienne Emily Jane White (trois albums en autant d’années) poursuit son parcours sans faute et gagne en maturité sans se départir de son innocence et de son timbre magnifique.

On avait découvert sa voix limpide et claire en 2008 sur le désarmant et épuré Dark Undercoat et ses deux flèches "Hole in the Middle" et "Wild Tigers I Have Known" qui avaient fait bruisser les réseaux indépendants ; on l’avait également accompagnée l’année suivante sur un Victorian America (et son chouette titre éponyme), plus étoffé… La belle Américaine était donc attendue au virage de son troisième album (peut-être pas si tôt, mais les longues tournées et ses nombreux voyages semblent avoir alimenté son inspiration).

Pour une fois (ça devient rare de nos jours mais c’est une habitude pour elle), l’esthétique est assurée dès la pochette, véritable objet de promotion pour l’achat du 33T (belle photo en clair obscur, accompagnée d’une police de caractère stylée).

Dès le premier titre (le mélancolique "Oh Katherine"), on constate que l’univers de l’Américaine n’a pas bougé d’un iota : toujours cette folk lumineuse et brillante qui donne la chair de poule. La jonction est désormais faite entre ses deux précédents opus : on retrouve le dépouillement du premier et les arrangements du second (impression confirmée par le fait que certains titres ont été ébauchés durant cette période). La production est impeccable et la voix toujours aussi troublante : cela semble si simple mais une écoute approfondie dévoile la contribution des cordes par ci, l’apport d’une guitare électrique par là, les effets de la section rythmique, toute en toucher. Ce petit monde discret est d’une efficacité redoutable et au chevet du piano ou de la guitare folk de la Maîtresse de cérémonie. Certes, on pense souvent à Chan Marshall et Alela Diane au fil des morceaux mais ces comparaisons ne sont personnellement pas pour me déplaire !

Difficile de sortir un titre du lot, tant l’ensemble est cohérent et de haute facture ; "The Cliff", un des morceaux les plus rythmés de l’album est bouleversant et la pureté du son, écouté sur du matériel de qualité, emporte tout sur son passage. Le refrain de "Black Silk" donne le frisson… Les cordes frémissantes et le sublime pont final au piano de "I Lay to Rest (California)" ont de quoi faire rougir notre Yann Tiersen national (période Rue des Cascades). Je pourrais aussi parler du majestueux "Clipped Wings", de l’inquiétant et sombre "The Preacher" ou du très Country "Broken Words" mais autant laisser l’auditeur plonger de lui-même dans cette douce mélancolie ! D’ailleurs l’album est de saison : le changement de temps, le froid qui reprend le dessus… voilà de bons arguments pour aller chercher du réconfort auprès de ces perles soyeuses.

Vous l’aurez compris, je suis sous le charme de ces dix titres sans fioriture ; ce sentiment est d’ailleurs largement confirmé par l’écoute live des morceaux, qui gagnent en puissance en parvenant à conserver l’atmosphère recueillie du disque.

Rarement un titre d’album n’aura aussi bien tenu ses promesses… Je n’aurai qu’un conseil : jetez de toute urgence une oreille attentive à cette Ode et si Emily passe près de chez vous, foncez écouter son sermon !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album They Moved in Shadow All Together de Emily Jane White
La chronique de l'album Immanent fire de Emily Jane White
Emily Jane White en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Emily Jane White en concert à La Dynamo (vendredi 19 novembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Emily Jane White
Le Bandcamp de Emily Jane White
Le Soundcloud de Emily Jane White
Le Facebook de Emily Jane White


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Emily Jane White (16 novembre 2010)


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=