Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Carmen Maria Véga - Loïc Lantoine
Le Transbordeur  (Villeurbanne)  vendredi 19 novembre 2010

Crise de mauvaise foi au transbordeur

Chère Carmen,

Je n’ose écrire "très chère Carmen", vu qu’invité par C’Kel prod, tu ne m’as rien coûté pour l’occasion. Comme tu le sais, en ce bas monde il n’est pas de petite économie… Pour autant je ne peux me résoudre à entamer cette correspondance par "Carmen gratuite" ou "Carmen exonérée" par peur, en ces périodes de troubles sociaux, d’attaques en direction de ma personne, pour cause de privilèges abusifs ostensiblement affichés… Tu sais comment sont les pauvres ! Mais rassure-toi Carmen, ma rigueur éthique de chroniqueur, mon immense intégrité morale et mon honnêteté intellectuelle sans faille m’ont forcé à la plus grande vigilance pour ne pas abuser de la situation. Aussi je suis arrivé bien après le milieu de ton concert, me préservant ainsi de toutes accusations désagréables !

Permets-moi de t’écrire, Carmen, en tout premier lieu, que j’ai trouvé ce bout de concert de 40 minutes bien court ! Je suis bien heureux de ne pas avoir payé ! Ne serais-tu pas en train de te faire influencer par les revendications anarcho-syndicalistes de vagues intermittents du spectacle, qui poussent la provocation jusqu’à afficher sur scène, dans un élan de populisme machiavélique, un vert maillot de l’ASSE, pour s’attirer les faveurs du public et te tenir encore un peu plus en otage chaque jour ! Méfie-toi Carmen… Tu sais comment sont les pauvres… Matthieu Côte t’avais prévenu ! Quoi qu’on leur dise, et surtout quand on leur parle de foot, "ils disent OK… Qu’est-ce qu’ils sont cons !".

Tu as intérêt à remettre de l’ordre dans tout ça ! Oui Carmen, rappelle-leur, à ces graines de terroristes socialo-comploteurs, encore et encore, ces principes sacrés que tu défends avec ardeur : "Hiérarchie, hiérarchie, ma chérie" !

Rappelle-leur qui est la patronne ! Et rappelle-le à tous… Car maintenant qu’on en parle... Ne trouves-tu pas comme moi, que tes musiciens aussi commencent à prendre un peu trop de liberté ? Tout le monde chante, tout le monde salue… et pourquoi ne pas mettre leur nom sur l’affiche aussi ! Méfie-toi de ces gens, Carmen... Envoyés par le Komintern, ils ont commencé à t’amadouer en excellant, qui à la batterie, qui à la contrebasse, qui à la guitare, et puis petit à petit, centimètre par centimètre ils gagnent un peu plus de place sur scène, ces petits vicieux…

Méfie-toi particulièrement du grand là, Max, qui, sous prétexte qu’il écrit et compose pour toi, se prend pour un intouchable ! Il ne recule devant rien. Il te traite de "menteuse", se moque de tes "antidépresseurs"… Carmen, toi qui a largué Brad Pitt et Johnny Depp, que t’embarrasses-tu de ce petit personnel ? Ce Max porte sur son visage cette déviance calculatrice et je le soupçonne de travailler en sous-marin pour te pousser vers la sortie… Ne prend-il pas déjà ta place au chant pendant le concert ? Ne chante-t-il pas déjà ses compositions personnelles à ton public ? Et puis je te le demande Carmen, peut-on avoir confiance en un homme qui "aime la chanson française à la sauce béarnaise" ? Et s’il commence à affirmer qu’il "aime la chanson rebelle à la sauce béchamel", il ne reste qu’un pas avant qu’il ne te double pour affirmer qu’il préfère la chanson en solo à la sauce marengo !

Et le public dira : "OK…" Qu’est-ce qu’ils sont cons ! Parlons-en de ce public… trop nombreux ! C’est insupportable… impossible de circuler tranquillement dans cette salle. Et que ça hurle, et que ça gesticule, et que ça chante ! Carmen, tu as raison, nous vivons dans "une société de fous" ! Bon OK, cette date préfigurait la fin de ta longue tournée. Bon d’accord tu jouais pour l’occasion un peu chez toi, en famille, à Lyon… Mais était-ce vraiment une raison pour venir si nombreux et si excités ? Les gens ne sont pas raisonnables… Ils crient avec toi que "la jeunesse est perdue", ils pleurent en bord de scène les méfaits de "la picole", ils scandent que "les gens sont gentils" bras au ciel… Mais ils ne savent pas ce qu’ils veulent ! "Des fois il vaut mieux se taire, à vouloir bien faire, on aggrave son cas…" ! Bien dit Carmen ! Remarque ça n’a pas vraiment calmé tes amis… Enfin ces gens qui ont dû te croiser une fois à Lyon il y a quelques années et qui viennent se pavaner crânement au milieu de la fosse en poussant des hurlements de connivence pour mieux profiter à leur niveau d’un moment de gloire indirecte…

Bon… Et bien ça marche ! Je suis encore vert de jalousie… Jalousie qui a atteint son paroxysme quand Loïc Lantoine et sa bande de petites frappes sont entrés en scène pour finir le concert en ta compagnie ! Serais-je le seul dans cette salle à ne pas être ami avec toi Carmen ? Tu ne m’as pas adressé un regard de tout le concert – enfin le bout auquel j’ai assisté. Pourtant nous nous connaissons bien, nous nous sommes vu au festival Paroles et Musique il y a quelques mois. Nous avions vécu ensemble un moment intense ! Si, si, rappelle-toi Carmen… Tu étais sur scène… et moi au 18ème rang… à gauche… J’avais un pull noir… Non ? Bon tant pis…

De toute façon, en réalité, Carmen, je ne souhaite pas vraiment compter parmi tes amis. Et ce pour deux raisons. Un, parce que je boude et que je fais ce que je veux. Et deux, parce que la Carmen forte en gueule, punk, agressive, provocatrice, à la voix hors du commun, à l‘interprétation juste à tous les coups, cette Carmen scénique me va bien, très bien. Et si on imagine derrière le maquillage une autre Carmen, plus douce, moins sûre, une Carmen de l’intime sous la croûte épaisse, celle qui parfois pointe le bout de son nez en toute fin de chanson, l’espace d’une seconde, celle qui est touchée par ce qui lui arrive, reconnaissante du travail de chacun, cette Carmen mérite de vibrer en coulisse entourée de son petit monde.

Carmen, je conclus quand même en te confessant que je suis en fait très déçu que tu ne m’aies pas attendu pour commencer ton show mais que je ne t’en veux pas car, si ce courrier ne vaut pas une chronique, ces 40 minutes de concert valaient bien 4 heures de la plus grande symphonie !  Et la prochaine fois je te le dis, peu importe la hiérarchie je serai là à l’heure… Même s’il m’en coûte tout l’or du monde, très chère Carmen…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Santa Maria de Carmen Maria Vega
Carmen Maria Véga en concert au Fil (18 décembre 2008)
Carmen Maria Véga en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Carmen Maria Véga en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Carmen Maria Véga en concert au Festival Les Nuits Peplum d'Alesia #11 (édition 2011) - dimanche
Carmen Maria Véga en concert aux Trois Baudets (jeudi 14 janvier 2016)
La chronique de l'album Badaboum de Loic Lantoine
La chronique de l'album Tout est calme de Loïc Lantoine
La chronique de l'album Nous de Loïc Lantoine & the Very Big experimental Toubifri Orchestra
Loïc Lantoine en concert au Thabor (11 avril 2005)
Loïc Lantoine en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Loïc Lantoine en concert à l'Olympia (18 septembre 2006)
Loïc Lantoine en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Loïc Lantoine en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - dimanche
L'interview de Loic Lantoine et François Pierron (30 avril 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Carmen Maria Vega
Le Facebook de Carmen Maria Vega
Le Myspace de Loïc Lantoine

Crédits photos : Cyril Hortala


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=