Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hindi Zahra - Slow Joe & The Ginger Accident
Le Fil  (Saint-Etienne)  vendredi 19 novembre 2010

Le temps est venu de remercier cet australopithèque distrait qui a attaché des boyaux de dodo à une défense de mammouth, qui a trouvé la vibration sympa, qui en a fait part à ses compères préhistoriques, qui s’est fait gronder par le chef de la tribu, qui s’est retrouvé de corvée de tannage de peau, qui en a tendu une et a tapé dessus, qui a trouvé le son sympa, qui s’est fait gronder, qui s’est retrouvé collé à l’atelier d’extraction de moelle d’os creux…

Bref, tout ça pour dire que si ce vieil hominidé bipède du fond des âges n’avait pas eu ces idées folles, il n’y aurait pas de musique, et ça nous aurait bien manqué. Oui, parce que des rencontres comme Slow Joe & The Ginger Accident, et bien ça donne envie de faire brûler des cierges à la gloire des génies.

D’abord, un groupe, avec un rouquin et ses poteaux, genre le meilleur copain d’Harry Potter, avec une chemise aux motifs improbables, genre la tapisserie de ma mémé, oui, c’est moche. Mais on s’en fout, parce que ya un vieil indien en costard qui zone tranquillou, from les loges, jusqu’à la place vedette. Une main dans la poche, nonchalant, un petit bonhomme qui se penche au micro et qui en impose rien que par sa présence, genre qu’est-ce qu’il fait là lui, c’est qu’il aurait presque l’air perdu. Et ben non, genre je vous ai bien eu les minets, vous allez voir ce que vous allez entendre...

Le rock des années 60, celui où les filles twistent avec des cheveux impeccables pendant toute la nuit, celui qui gratte avec ce truc en plus qui file des fourmis dans les pieds, c’est Ginger Accident… savamment mélangé à une voix de crooner blues, de celles qui ont vécu mille vies et qui ont fait le tour du monde, c’est Slow Joe…

Et ce qui peut paraître cocasse pendant les premières secondes devient rapidement incomparable et bourré de talent.

L’origine, c’est celle d’un troubadour qui rencontre un ex-SDF-drogué en Inde, et c’est le coup de foudre (artistique, le reste ne nous regarde pas, voyons !). Le rouquin, c’est Cédric et l’indien c’est Joe (le lent).

A l’image d’une immersion au pays des merveilles, ça laisse des étoiles dans les oreilles et des paillettes dans les yeux, c’est énergique, c’est punch et sexy, c’est sensuel et rythmé, c’est pour moi nouveau et inconnu, surprenant, déroutant et à la fois mystérieusement familier.

Une fort belle surprise pour commencer… Mais ce n’est pas tout, parce que Hindi Zahra arrive.

Gagnante du prix Constantin 2010, un prix destiné à valoriser le travail d’artistes peu (voire pas) connus. Franchement, je me suis dit : "Ah, un trophée, si c’est comme le Goncourt, on n’est pas dans la merde, je vais choper une migraine à me vriller la cervelle pour trois jours". Mais, c’est bien connu, je suis une langue de vipère (parfois), et je suis ravie de m’être bien plantée.

Des musiciens s’installent tranquillement (Slow Joe est contagieux). Un timide murmure sort du coin là, mais je ne suis pas bien placée, je ne vois rien, ah si, une superbe paire de chaussures, façon escarpins préférés de princesse à ne porter que pour les grandes occasions, et je suis tout de suite séduite, ceux qui aiment ces chaussures sont des gens bien, point final.

A l’autre bout des chaussures, un petit bout de femme timide, le visage caché derrière une frange trop longue pour un "Beautiful tango" qui laisse parfois apparaître un minois quasi-craintif. Mais c’est bien connu, surtout, surtout, surtout, ne pas se fier aux apparences. Parce qu’elle n’attend pas cinq minutes pour libérer la sauvageonne qui sommeille en elle.

Hindi Zahra et ses acolytes offrent un numéro façon bête de scène, tout en mélange jazz-électro-rock-berbère coloré. C’est une véritable Zingara, crinière au vent, souriante et complice, qui chante presque dans la douleur, la folie, l’euphorie… la passion quoi… Elle invite le public enthousiaste à partager ses morceaux, et elle se fiche bien qu’on les massacre. Sa musique, elle la donne, gratos, tiens, prenez les gens, c’est pour vous, c’est à vous. Et c’est un cadeau remarquable.

En fouinant un peu, vous trouverez cette photo d’une Esmeralda au regard insolent, les bras saturés de bracelets qui cliquent à chaque mouvement, dans une caverne d’Ali Baba aux étagères bondées de bocaux au contenu mystérieux et coloré, et bien c’est Hindi Zahra, exactement.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Hindi Zahra
Le Myspace de Hindi Zahra
Le Facebook de Slow Joe & The Ginger Accident

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=