Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yules - Bjørn Berge
New Morning  (Paris)  samedi 20 novembre 2010

Cette soirée au New Morning commence sous les meilleurs hospices avec une salle comble. Les spectateurs semblent fins prêts à savourer la pause week-end avec la première partie assurer par Yules puis la tête d’affiche, Bjørn Berge !

20h30 passé, entre en scène Yules, duo français fort sympathique, comptant un bassiste et un guitariste/chanteur prêts à nous délivrer un folk très inspiré de l’univers des songwritters américains. Ils viennent nous présenter leur second album intitulé Strike a balance, fraîchement sorti.

Le résultat est sobre, mélodique, d’une appréciable humilité qui se retrouve également dans le comportement des artistes.

Ils ne sont pas sans me rappeler la pudeur et la discrétion d’artistes tels que Neal Casal ou You and You. Les quelques morceaux interprétés dont, un titre dédié à Johnny Cash, nous laissent nostalgiques.

Le public, même s’il paraît conquis, réserve un accueil plutôt timide au binôme qui doit sans doute avoir involontairement transmis une certaine réserve.

Le mini set s’achève alors sur une jolie ballade où l’arpège et les tintements de xylophone sont les maîtres-mots. En d’autres termes, leur prestation est douce, lumineuse et constitue une belle introduction à une soirée captivante.

21h30, apparaît la carrure imposante du chanteur/guitariste iconoclaste, Bjørn Berge. Les trois-quarts de la salle sont venues spécialement pour l’artiste. En effet, tout tend à montrer, avec l’accueil chaleureux qui lui est dédié, que sa notoriété est croissante. Il faut dire qu’à lui seul, ce personnage charismatique dispose de cette faculté incroyable d’occuper l’espace. Je me rappelle que l’an dernier, le norvégien avait cumulé quelques dates au Sunset, club de jazz reconnu mais avec une capacité d’accueil bien inférieure à celle du New Morning.

Cette fois, Mister Berge n’est pas là, comme il le précise à plusieurs reprises, pour faire la promo d’un nouvel album, mais simplement pour le plaisir de partager sa musique. Entre blues, folk, rock et black métal "with blood", le métissage d’influences est parfaitement maîtrisé, et retient l’attention des plus septiques. Il attaque son set avec l’énergie de morceaux comme "Crazy Times" et enchaîne tranquillement avec la légèreté de "These Streets". En fait, il manie parfaitement l’art de souffler le chaud et le froid avec des compositions brutes de forge et d’autres toutes en finesse.

Bjørn Berge va aussi rendre hommage à un maître de la slide en interprétant "Vigilante Man" de Ry Cooder. Alternant toujours entre sa guitare 12 cordes et sa 6 cordes, le guitariste émérite à la voix grave, marque le tempo du pied et parvient à faire à lui seul, le bruit d’un groupe entier. Le guitariste nous offre des riffs diaboliquement rythmés. Ayant compris la valeur ajoutée d’un live par rapport au disque, il emmène ses morceaux loin, très loin. Je suis incapable de dire si la part d’improvisation est grande mais il fait voyager ses morceaux et si parfois, le spectateur perd le fil, il parvient sans difficulté à le remettre sur la voie.

Je ne parlerai pas de son air filou, ni même de ses petites blagues (bien exploitées) qui entrecoupent habituellement ses sets. Cela contribue tout de même à la sympathie du personnage en créant une belle interaction avec le public. Pour en revenir à la musique, j’attribue une mention spéciale au titre qui swing, "One Meat Ball".

Le plaisir de jouer étant sans limites, il ne se fait pas prier longtemps pour les rappels et nous offre un bon bonus avec "Paris", instrumental dédié à notre jolie capitale.

Puis il conclut avec nonchalance par un medley allant de "Black Jesus" à "Zebra" de John Butler Trio, en passant par la reprise efficace de "Buena", titre du groupe Morphine. Les spectateurs médusés se lèvent pour saluer l’artiste qui n’a pas oublié de venir avec son enthousiasme et son talent. Ce fou furieux de la musique sait mettre le public dans sa poche et c’est tant mieux !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Strike a balance de Yules
La chronique de l'album A Thousand Voices de Yules
L'interview de Yules (mardi 24 mai 2016)
La chronique de l'album I'm the antipop de Bjorn Berge
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Fretwork de Bjørn Berge
La chronique de l'album Blackwood de Bjørn Berge
La chronique de l'album Who else ? de Bjørn Berge
Bjorn Berge en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
Bjorn Berge en concert au Nouveau Casino (21 mars 2005)
Bjorn Berge en concert à l'Espace Vauban (12 mai 2005)
Bjorn Berge en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Bjorn Berge en concert à L'Européen (31 mars 2008)
Bjorn Berge en concert au New Morning (15 octobre 2008)
Bjorn Berge en concert à Sunset (lundi 16 novembre 2009)
Bjorn Berge en concert au New Morning (mardi 26 novembre 2013)
L'interview de Bjorn Berge (27 février 2008)
L'interview de Bjørn Berge (lundi 16 novembre 2009)
L'interview de Bjørn Berge (13 octobre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Bjørn Berge
Le Myspace de Bjørn Berge
Le site officiel de Yules
Le Soundcloud de Yules
Le Facebook de Yules

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


Sarah Defaye         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Yules (24 mai 2016)
Yules (16 novembre 2010)
Bjorn Berge (13 octobre 2011)
Bjorn Berge (16 novembre 2009)
Bjorn Berge (27 février 2008)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=