Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Maison Tellier - Lisa Portelli
L'Alhambra  (Paris)  mercredi 24 novembre 2010

Mercredi dernier, ce n'était pas un temps à mettre un chroniqueur dehors. Mais l'occasion était trop belle pour admirer, dans la salle de l'Alhambra, l'un des fers de lance de la scène pop-folk hexagonale, La Maison Tellier.

La salle se remplit progressivement et l'impatience se fait sentir. Il est 20h30, la jeune chanteuse Lisa Portelli débarque sur la scène pour la première partie, prête à en découdre devant la salle à demi remplie.

Seule avec sa  Fender telecaster et son sampler, elle nous embarque dans ses chansons rock'roll et intimistes avec des textes en français bien ciselés.

On pense à une Dominique A au féminin, à P.J. Harvey voire à Vanessa Paradis. En prévision de la sortie de son premier album pour 2011, elle a entre autres interprété "Le tableau" et "Animal K", pour un final très théâtral où le public a enfin pu s'exprimer.

L'attente se fait un peu longue, mais voilà enfin La Maison Tellier qui entre sur une scène plongée dans le noir, en file indienne, portant chacun une lanterne de mineur à la main. Ils débutent en anglais et a cappella une chanson dans l'esprit folk des chercheurs d'or américains. Pour les néophytes, cela donne la tonalité de ce groupe. Même le look du chanteur rappelle cette époque mythique.

Ce quintet est composé d'un chanteur-guitariste, un contrebassiste-bassiste, un batteur, un guitariste et d'un trompettiste. La scène a même été aménagée,  une petite table et des chaises sont à disposition des musiciens qui ne jouent pas sur tous les morceaux, ce qui est assez rare pour le signaler. Cela donne véritablement un côté plus familier au concert.

Jouant un véritable éventail de titres issus de leurs trois albums, le groupe va alterner l'anglais et le français, pour des chansons à la tonalité folk. Helmut Tellier s'en donne à cœur joie en entonnant "L'Art de la Fugue" accompagné à la trompette par Léopold. S'en suit "Cul de Sac" et son banjo endiablé qui commence à faire bouger le public.

On note de nombreux changements de configuration, soit le chanteur en solo pendant quelques morceaux,  soit en version trio guitare/basse/chant, sortes d'interludes qui font de ce concert un spectacle sans temps mort.

On a même le droit à quelques reprises notamment de Bruce Springsteen ("I aint got no home"), de l'instrumental d'Ennio Morricone, bande originale du western A fistful of dollars, joué par le trompettiste (très beau moment pour moi qui apprécie ce compositeur italien) et même une reprise étonnante de "Time to pretend" de MGMT.

J'avoue que je m'attendais à ce qu'ils interprètent la reprise qui me les avait fait connaître en 2008 "Killing in the Name" de Rage Against the Machine, mais malheureusement, elle n'était pas au programme.

Helmut Tellier ponctue le set de nombreuses anecdotes, comme celle de l'origine de leur nom. Il vient du nom du bordel de la nouvelle de Maupassant, "mais attention, un bordel classe".

C'est une introduction parfaite pour le titre de leur premier album La Chambre Rose, qui semble ravir les fans de la première heure.

L'apogée du concert est atteinte avec le single "Suite royale" : groupe acclamé, ils doivent revenir pour un premier rappel avec deux titres.

On aura même droit à un extrait de "Lambada", le chanteur, très communicatif avec le public et toujours prêt à commenter les chansons, s'était risqué à faire un parallèle entre le nom de la salle et l'Espagne…

Le groupe est rappelé de nouveau après un long salut au public, en version acoustique pour deux titres "débranchés".

Le public est invité à s'asseoir pour une fin de concert en douceur et très réussie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'art de la fugue de La Maison Tellier
La chronique de l'album Avalanche de La Maison Tellier
La Maison Tellier en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (samedi)
La Maison Tellier en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
La Maison Tellier en concert au Café de la Danse (mardi 6 avril 2010)
La Maison Tellier en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 23 juillet 2010)
La Maison Tellier en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - samedi 23 juillet
L'interview de La Maison Tellier (11 mars 2010)
La chronique de l'album Le Régal de Lisa Portelli
La chronique de l'album La Nébuleuse de Lisa Portelli
Lisa Portelli en concert à Ben Mazué - Namasté - Lisa Portelli - Twin Twin (mardi 1er février 2011)
Lisa Portelli en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - vendredi 14 septembr
Lisa Portelli en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - jeudi 13 septembre
Lisa Portelli en concert à La Maroquinerie (samedi 15 décembre 2012)
L'interview de Lisa Portelli (mardi 27 novembre 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de La Maison Tellier
Le Soundcloud de La Maison Tellier
Le Facebook de La Maison Tellier
Le site officiel de Lisa Portelli
Le Facebook de Lisa Portelli

Crédits photos : Camille Promérat (Toute la série sur Taste of Indie)


Filou         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Maison Tellier (26 janvier 2010)
Lisa Portelli (27 novembre 2012)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=