Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Contrat De Défiance
Michela Marzano  (Editions Grasset)  octobre 2010

Le libéralisme a aujourd’hui atteint un tel degré de gravité qu’il est devenu difficile de s’y opposer concrètement. Les résistances globales ne suffisent plus parce qu’elles reposent sur une incompréhension des rapports de pouvoir, entre les dirigeants et ce qu’on est encore en droit d’appeler le peuple. Au contraire les micro-résistances qui s’effectuent au niveau individuel, et s’exerçant dans tous les domaines de la vie quotidienne, ont plus de chances de construire une opposition au pouvoir libéral. Et c’est la fragilité des rapports sociaux dominés par l’économie qui amènent une réelle détérioration des relations humaines.

La philosophe italienne et francophone Michela Marzano, dans son dernier livre Le Contrat de Défiance, a tenté d’analyser ce point en plaçant au centre de sa réflexion le rapport que nous entretenons avec la confiance. Cette analyse commence par une déconstruction du mythe de la "société de confiance", en pointant ses pièges, ses mensonges et faux-semblants, et montre ce qu’au point de vue moral ce mythe implique. La voie contractuelle en est l’expression importante : c’est la méfiance systématique qui pousse à acheter une plus-value de confiance, pour se protéger des risques possibles (trahison, rupture, retournement de situation). Mais le contrat ne fait que renforcer l’angoisse de la perte et de l’échec ; et plus le contrat établi entre deux personnes sera durci, plus les contraintes, donc la méfiance, seront fortes, au contraire de ce qui aura été prévu.

Dans un deuxième temps, Marzano réussit à dire ce qu’implique le parti pris de la confiance, à condition que celle-ci ne soit pas aveugle : faire confiance à quelqu’un, c’est entrer dans une logique asymétrique, et se mettre dans une situation de dépendance à l’endroit de l’autre. On devient ainsi vulnérable, mais on gagne en contrepartie la possibilité de découvrir l’autre, et plus encore de se découvrir soi-même. Un engagement se pose, une reconnaissance mutuelle se crée, et surtout une spontanéité dans la relation prend le dessus sur des réflexes d’obligation, habituellement rencontrés dans le milieu du travail salarié.

Pour que cette confiance soit possible, Marzano précise avec raison qu’un certain mode d’existence doit être construit : il s’agit d’une existence philosophique, où la liberté, la solitude, et une certaine sagesse priment sur les désagréments que cause une vie dispersée, c’est-à-dire inquiète. Sans une certaine forme de confiance en soi, aucune relation durable n’est possible. Aussi à partir du moment où l’on s’expose aux autres, on risque la déception, voire la trahison, mais on permet aussi à l’espace des possibles de s’élargir, à l’intérieur d’un nouveau rapport au temps. Dans quelques pages très justes de la fin de son livre, Marzano explique que l’homme de confiance choisit de faire un saut dans l’inconnu − un peu à la manière du saut qualitatif de Kierkegaard où le Chevalier de la Foi, dans la crainte et le tremblement, franchit un seuil au-dessus d’un abîme − et ce saut implique nécessairement de se montrer tel qu’on est, autant avec ses imperfections qu’avec ses points forts : "Si je refuse de montrer le moindre signe de faiblesse, je dépends en réalité étroitement de la reconnaissance des autres, (…) et c’est parce que nous avons une certaine confiance en nous que nous pouvons nous exposer à la critique ou au rejet."

La confiance est donc un pari nécessaire, et une trace d’humanité. Dans ce livre, Marzano a poursuivi le travail entrepris dans ses précédents livres, s’étant depuis longtemps interrogée sur le sens de mots comme "fidélité", "consentement", "manipulation", "désir" : sur ce que ces mots signifient réellement au XXIème siècle. Même si la forme de ce travail pose quelques problèmes : par exemple ces citations systématiques à chaque page (au risque de composer avec la "méthode Philippe Sollers", c’est-à-dire de favoriser l’excès de citations parce que finalement on n’a rien à dire) ; et l’abandon de l’étude philosophique (où sont les nouveaux concepts capables de résoudre les problèmes posés ?) au profit d’un travail de psychologue, voire de vulgarisation psychologique (Christophe André n’est pas cité plusieurs fois par hasard) ; malgré ces problèmes donc, je crois cette étude salutaire, alors que les valeurs humaines continuent de se détourner de leur centre vital. Michela Marzano n’est pas une grande styliste, au contraire par exemple de quelqu’un comme Michel Onfray (que je n’ai jamais cessé de défendre), mais a cette qualité de parler de notions importantes en allant droit à l’essentiel. Pour le vérifier, lisez ou relisez un de ses premiers livres : La pornographie ou l’épuisement du désir.

 

David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=