Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Président
Yves Jeuland    (décembre 2010) 

Réalisé par Yves Jeuland. France. Documentaire. Durée : 1h38. (Sortie 15 décembre 2010).

En suivant pas à pas George Frêche dans sa dernière campagne électorale pour conserver la tête de la région Languedoc-Roussillon, Yves Jeuland savait qu’il tenait là un bon sujet de documentaire.

Mais le pétulant "Président" Frêche n’était pas simple à appréhender : fallait-il le montrer, à l’instar des médias, comme un intellectuel dévoyé devenu un populiste sans plus aucune retenue, en faire un maître ès-politique ayant choisi d’incarner le personnage capable de conserver à la gauche une région qui, sans lui, aurait peut-être répondu aux sirènes d’extrême-droite, ou décrire un vieil homme pathétique fuyant son destin dans le feu d’un vain combat ?

Évitant tout discours, en se passant d’un commentaire off, et en ne pratiquant aucune interview, Jeuland a préféré donner des images sous une forme apparemment objective.

Évidemment, ce sont des images montées, choisissant un angle plutôt qu’un autre, mais, au bout du compte, on peut mettre à son crédit d’avoir laissé à chacun le soin de penser ce qu’il veut de ce politicien hors pair. Certains seront confortés dans une vision négative d’un personnage surpris en flagrant délit de mensonge, pis le revendiquant, d’autres souligneront ses qualités d’animal politique, capable de fédérer beaucoup d’énergies autour de lui, voire de susciter de l’admiration ou tout au moins d’entraîner l’adhésion populaire.

Une des grandes vertus du film est de ne pas s’être totalement laissé envoûté par le charisme extraordinaire de Georges Frêche. Il y parvient finalement grâce à l’entourage du "Président", et particulièrement ses hommes-lige, pour ne pas oser ses "âmes damnées", que sont Laurent Blondiau, son directeur de la communication, et Frédéric Bort son directeur de cabinet.

En s’attachant au jeu compliqué entre Frêche et ses différents conseillers, Jeuland montre très minutieusement ce que sont les mécanismes d’une campagne électorale. C’est là peut-être l’intérêt majeur du film par rapport à "1974, une partie de campagne", le film de Raymond Depardon qui ciblait davantage le candidat Giscard d’Estaing, ou à"La Conquête de Clichy", celui de Christophe Otzemberger, qui s’intéressait avant tout aux coups que se portaient Didier Schuller et son rival.

Frêche est ici au centre d’une équipe politique, on pourrait presque dire d’une "cour politique". Il tient, feint de tenir ou ne tient pas compte des conseils que ces courtisans lui donnent, mais la description faite de sa machinerie électorale peut être généralisée à d’autres candidats, la différence se mesurant non pas en termes d’organisation mais en termes d’efficacité.

Jeuland réussit donc parfaitement son travail de documentariste. On pourra peut-être émettre quelques réserves sur une vision du monde qui aboutit, à l’inverse d’un Pierre Carles dans "Fin de Concession", a, par exemple, montré un Jean-Pierre Elkabbach sous un jour de journaliste et pas de façonneur d’opinion.

On croit comprendre entre ses images que Jeuland croit en une démocratie dans laquelle les Georges Frêche n’auraient pas la part belle. Sans prendre de paris pour l’avenir, il est à craindre qu’au contraire Frêche ne soit pas le "dernier des dinosaures" que Jeuland aimerait qu’il soit. Ex maoïste diplômé d’HEC, Frêche n’était pas un ancien, mais un moderne maîtrisant toutes les techniques de communication, et même capable de manœuvrer un bon documentariste au point que celui-ci s’en fasse parfois l’apologiste.

Il ne faut donc pas voir cet excellent travail comme le portrait d’un système mort le 24 octobre 2010 avec la disparition de son créateur bourru et colérique. Non, "Le Président" décrit un cas spécifique, certains diraient folklorique, de ce qui domine dans tous ces systèmes politiques représentatifs d’aujourd’hui qui s’auto-qualifient de démocratiques et qui laissent des mégalomanes démagogues faire peu de cas d’un peuple qui n’existe que pour les élire et les réélire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=