Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Young Gods - Evelinn Trouble
La Maroquinerie  (Paris)  mardi 7 décembre 2010

Bien qu'ils soient passés plusieurs fois à Paris cette année, la Maroquinerie était noire de monde pour accueillir The Young Gods qui venaient à la fois présenter sur scène leur nouvel album Everybody Knows et fêter leurs vingt-cinq ans de carrière. Pourtant, la musique des Young Gods n'est pas forcément facile à aborder. C'est surtout et d'abord une musique difficile à classer. A l'heure où les disquaires comme les lecteurs mp3 ont besoin de mettre une étiquette sur les groupes et les albums, comment estampiller les Young Gods? En électro-indus, en rock, en indie, en ambient, en chanson française ?... D'autant que leur précédent album était acoustique, et qu'ils sont venus, l'année dernière, à l'invitation de la Cité de la Musique pour réinterpréter des chansons de Woodstock à leur manière.

L'avantage des Young Gods par rapport à d'autres groupes, leur secret pour durer, est d'oser explorer des pistes où on ne les attend pas, de surprendre son public tout en continuant à être intègres. C'est pour cela que leur public est mélangé. Ils embrassent beaucoup de genres musicaux, mais toujours avec honnêteté.

Mais, avant de goûter au plaisir des versions live des chansons du nouvel album des Gods, Evelinn Trouble, jeune artiste de Zürich, présentait son album à paraître prochainement. Seule en scène, sa guitare électrique grince et sa boîte à rythme claque sèchement. Les compositions sont dépouillées, sans fioritures. C'est sec et sexy. On fera par contre remarquer à la jeune demoiselle que "Nightclubbing", qu'elle reprend dans une version minimaliste, a certes été interprétée auparavant par Grace Jones, mais qu'il faudrait en rendre la paternité à David Bowie et Iggy Pop. Les influences très variées d'Evelinn Trouble nourrissent un style qui lui est propre, à ranger entre Suicide et Laurie Anderson, mais qui fait aussi parfois le grand écart entre Nirvana et Giorgio Moroder, un mélange excitant. C'est donc avec beaucoup de brio et de classe qu'elle ouvrait une soirée où les genres étaient appelés à se percuter dans un grand big bang sonique.

Les Young Gods jouent désormais à quatre, leur son s'est étoffé mais reste très tendu lors des concerts électriques. Pas vraiment du style à faire des concessions, les Gods continuent, concert après concert, à invoquer le tonnerre et la tempête. En ouverture, "Sirius Business" donne le ton avec ses samples de riffs acides de guitares. Sur "Tenter le grillage", le public commence à pogoter.

Le dernier album Everybody knows regorge de morceaux rapides et agressifs qui chauffent le public. "Mr. Sunshine", beaucoup plus doux, calme les ardeurs, et permet à Franz Treichler de montrer l'étendue de sa palette vocale en montant dans les aigües sur ce très beau morceau. Ensuite, avec "Miles away", le rythme s'accélère jusqu'à virer à la transe techno. En fin de concert, le groupe revient vers des morceaux plus anciens mais néanmoins récents parmi lesquels "I'm the Drug", "Freeze", "C'est quoi c'est ça" ou "Supersonic". "Skinflower" sera le morceau le plus ancien interprété ce soir pour les vingt-cinq ans du groupe.

Franz Treichler continue de vivre ses concerts comme si c'était le premier. Il saute, se balance d'un pied sur l'autre, va vers le public. Al Comet, derrière de petites lunettes, jette parfois un sourire à untel ou untel dans la fosse et des regards de complicité à Bernard Trontin derrière ses fûts. C'est lui, Bernard Trontin, qui donne leurs structures très aux morceaux. Malgré la puissance, c'est un batteur solide et d'une grande finesse, jouant des nuances, qui laisse une grande liberté à Al Comet aux claviers et à Vincent Hänni aux guitares.

Le son claquait mais était riche, enveloppant et net. Ce concert a démontré que les nouveaux morceaux de Everybody knows étaient taillés pour la scène et que, même après vingt-cinq années de carrière, les Young Gods étaient toujours aussi inspirés et modernes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album XXY - XX years 1985-2005 de The young Gods
La chronique de l'album Super ready-Fragmenté de The Young Gods
La chronique de l'album Everybody Knows de The Young Gods
La chronique de l'album Data Mirage Tangram de The Young Gods
The Young Gods en concert au Nouveau Casino (5 décembre 2005)
The Young Gods en concert au Centre Culturel Suisse (19 avril 2007)
The Young Gods en concert à La Maroquinerie (21 mai 2007)
The Young Gods en concert à La Boule Noire (29 mai 2008)
The Young Gods en concert au Fil (5 mars 2009)
The Young Gods en concert au 4AD (jeudi 14 avril 2011)
L'interview de The Young Gods (19 avril 2007)
L'interview de The Young Gods (7 décembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de The Young Gods
Le Myspace de The Young Gods
Le Myspace de Evelinn Trouble


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=