Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Young Gods - Evelinn Trouble
La Maroquinerie  (Paris)  mardi 7 décembre 2010

Bien qu'ils soient passés plusieurs fois à Paris cette année, la Maroquinerie était noire de monde pour accueillir The Young Gods qui venaient à la fois présenter sur scène leur nouvel album Everybody Knows et fêter leurs vingt-cinq ans de carrière. Pourtant, la musique des Young Gods n'est pas forcément facile à aborder. C'est surtout et d'abord une musique difficile à classer. A l'heure où les disquaires comme les lecteurs mp3 ont besoin de mettre une étiquette sur les groupes et les albums, comment estampiller les Young Gods? En électro-indus, en rock, en indie, en ambient, en chanson française ?... D'autant que leur précédent album était acoustique, et qu'ils sont venus, l'année dernière, à l'invitation de la Cité de la Musique pour réinterpréter des chansons de Woodstock à leur manière.

L'avantage des Young Gods par rapport à d'autres groupes, leur secret pour durer, est d'oser explorer des pistes où on ne les attend pas, de surprendre son public tout en continuant à être intègres. C'est pour cela que leur public est mélangé. Ils embrassent beaucoup de genres musicaux, mais toujours avec honnêteté.

Mais, avant de goûter au plaisir des versions live des chansons du nouvel album des Gods, Evelinn Trouble, jeune artiste de Zürich, présentait son album à paraître prochainement. Seule en scène, sa guitare électrique grince et sa boîte à rythme claque sèchement. Les compositions sont dépouillées, sans fioritures. C'est sec et sexy. On fera par contre remarquer à la jeune demoiselle que "Nightclubbing", qu'elle reprend dans une version minimaliste, a certes été interprétée auparavant par Grace Jones, mais qu'il faudrait en rendre la paternité à David Bowie et Iggy Pop. Les influences très variées d'Evelinn Trouble nourrissent un style qui lui est propre, à ranger entre Suicide et Laurie Anderson, mais qui fait aussi parfois le grand écart entre Nirvana et Giorgio Moroder, un mélange excitant. C'est donc avec beaucoup de brio et de classe qu'elle ouvrait une soirée où les genres étaient appelés à se percuter dans un grand big bang sonique.

Les Young Gods jouent désormais à quatre, leur son s'est étoffé mais reste très tendu lors des concerts électriques. Pas vraiment du style à faire des concessions, les Gods continuent, concert après concert, à invoquer le tonnerre et la tempête. En ouverture, "Sirius Business" donne le ton avec ses samples de riffs acides de guitares. Sur "Tenter le grillage", le public commence à pogoter.

Le dernier album Everybody knows regorge de morceaux rapides et agressifs qui chauffent le public. "Mr. Sunshine", beaucoup plus doux, calme les ardeurs, et permet à Franz Treichler de montrer l'étendue de sa palette vocale en montant dans les aigües sur ce très beau morceau. Ensuite, avec "Miles away", le rythme s'accélère jusqu'à virer à la transe techno. En fin de concert, le groupe revient vers des morceaux plus anciens mais néanmoins récents parmi lesquels "I'm the Drug", "Freeze", "C'est quoi c'est ça" ou "Supersonic". "Skinflower" sera le morceau le plus ancien interprété ce soir pour les vingt-cinq ans du groupe.

Franz Treichler continue de vivre ses concerts comme si c'était le premier. Il saute, se balance d'un pied sur l'autre, va vers le public. Al Comet, derrière de petites lunettes, jette parfois un sourire à untel ou untel dans la fosse et des regards de complicité à Bernard Trontin derrière ses fûts. C'est lui, Bernard Trontin, qui donne leurs structures très aux morceaux. Malgré la puissance, c'est un batteur solide et d'une grande finesse, jouant des nuances, qui laisse une grande liberté à Al Comet aux claviers et à Vincent Hänni aux guitares.

Le son claquait mais était riche, enveloppant et net. Ce concert a démontré que les nouveaux morceaux de Everybody knows étaient taillés pour la scène et que, même après vingt-cinq années de carrière, les Young Gods étaient toujours aussi inspirés et modernes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album XXY - XX years 1985-2005 de The young Gods
La chronique de l'album Super ready-Fragmenté de The Young Gods
La chronique de l'album Everybody Knows de The Young Gods
La chronique de l'album Data Mirage Tangram de The Young Gods
The Young Gods en concert au Nouveau Casino (5 décembre 2005)
The Young Gods en concert au Centre Culturel Suisse (19 avril 2007)
The Young Gods en concert à La Maroquinerie (21 mai 2007)
The Young Gods en concert à La Boule Noire (29 mai 2008)
The Young Gods en concert au Fil (5 mars 2009)
The Young Gods en concert au 4AD (jeudi 14 avril 2011)
L'interview de The Young Gods (19 avril 2007)
L'interview de The Young Gods (7 décembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de The Young Gods
Le Myspace de The Young Gods
Le Myspace de Evelinn Trouble


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=