Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Apostille au Crépuscule : pour une psychanalyse non freudienne
Michel Onfray  (Editions Grasset)  novembre 2010

L’émoi suscité par son Crépuscule d’une idole retombe à peine que Michel Onfray retourne à l’assaut de Freud. Disons plutôt qu’il se met en position de répondre aux attaques qu’il a dû lui-même subir en retour de son texte. Il est vrai que la réception de l’ouvrage par le grand public fut étonnante, et méritait peut-être une mise au point de son auteur. Ne parlons pas des psychanalystes qui se sentirent attaqués dans leur exercice même (et à raison, même si Michel Onfray s’en défend) et ont adopté une attitude défensive "mordante". Onfray propose une mise au point qui touchera sans doute plus les lecteurs qui étaient intéressés par sa démarche avec la contre histoire de la philosophie, son travail à l’université populaire de Caen, son traité d’athéologie… mais qui ne l’ont pas suivi dans son travail de briseur d’idole dès lors qu’il touchait le maître de la psychanalyse. Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’en rencontrer de ces "déçus d’Onfray" qui, alors même qu’ils n’avaient pas jeté le moindre coup d’œil sur le texte, étaient convaincus que cette fois-ci leur philosophe préféré était allé trop loin. Attitude étonnante qui montre combien le personnage de Freud a pris, chez beaucoup, le statut de véritable icône, justifiant ainsi le titre du livre incriminé. Ce livre a déchaîné les passions, tant celles des zélés défenseurs de Freud, que celles des adversaires de la psychanalyse qui avaient enfin les moyens de démasquer le sens profond du jargon freudien.

Ce nouvel ouvrage a-t-il un sens, ou tout avait-il été dit ? Le Crépuscule d’une idole représentait dans son essentiel un travail de démystification du freudisme. Cette caractéristique a été suffisamment dénoncée et reprochée à Onfray : que mettre à la place de la psychanalyse une fois qu’on l’a détruite ? Argument étrange puisqu’il sous entend que l’on pourrait se contenter d’une fabulation pour peu qu’elle soit porteuse d’un ordonnancement du monde dont on doit se satisfaire faute de mieux. Onfray présente dans ce second volume les prémisses d’une psychanalyse non freudienne. Au menu, réhabilitation des figures psychanalytiques évincées par Freud : Breuer (inventeur du terme psycho-analyse), qui fut injustement mis de côté et même décrédibilisé par ce dernier, Reich dont les préoccupations de thérapeute ne se cantonnaient pas au cabinet de consultation, mais embrassaient une véritable conscience sociale. Reconsidération, également du rôle de certains philosophes dans ce que pourrait être un nouveau modèle thérapeutique : celui d’une psychanalyse existentielle. Antiphon, six siècles avant notre ère, proposait déjà une thérapie fondée sur l’analyse des rêves et est la preuve, s’il en fallait, que Freud ne doit pas être considéré comme une exception dans l’histoire des idées. Lucrèce et son modèle d’une âme corporelle sont réinvestis suivant le modèle de la thérapeutique épicurienne chère à Onfray. La figure de Sartre et de son existentialisme, est également convoquée : la recherche du projet originaire qui anime chacune de nos modalités d’être au monde et qui n’est pas immédiatement consciente peut être l’objectif d’une thérapeutique.

Plusieurs pistes sont proposées. Malheureusement elles ne sont qu’esquissées alors qu’elles mériteraient un approfondissement conséquent. Au lieu de quoi, il faut reconnaître que la plus grande partie de ce texte reproduit les griefs déjà formulés dans le premier livre pour justifier, sans doute, la probité intellectuelle d’Onfray. Mais la répétition n’est pas un motif d’explication, elle peut même la desservir. En enlevant cette fois-ci le contexte d’analyse des résonances entre les extraits de lettres, anecdotes diverses et la pensée freudienne, Onfray fait tomber son travail dans un simple catalogue de petites histoires qui nous montrent à quel point Freud n’était pas un homme recommandable. Ceux qui ne l’avaient pas sentis dans le premier texte n’en seront sans doute pas plus convaincus par celui-ci, quant aux autres, ils se contenteront de la lecture d’un reader digest qui brise ce qui faisait l’homogénéité du premier opus. Ma conviction est que ceux qui ont lu le Crépuscule d’une idole attentivement ne tireront pas grand bénéfice de cette apostille. Quant aux autres, effrayés peut-être par son volume et par le temps nécessaire à sa lecture, ils passeront à côté de l’essence du premier ouvrage : une analyse nietzschéenne des concepts freudiens ; un premier essai de psychanalyse existentielle de Freud présenté à celui qui aura su le repérer. La différence peut paraître ténue, c’est pourtant elle qui faisait toute l’originalité du travail d’Onfray.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Une histoire de France - Tome 1 - La dalle rouge"
La chronique de "Rendre la raison populaire"
La chronique de "Abrégé hédoniste"
La chronique de "La construction du surhomme : contre-histoire de la philosophie"
La chronique de "Le crépuscule d'une idole : l'affabulation freudienne"
La chronique de "L'art de jouir"

En savoir plus :
Le site officiel de Michel Onfray


Philippe Gauthier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=