Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une vie de chat
Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli   (janvier 2011) 

Réalisé par Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli. France. Animation. Durée : 1h10. (Sortie 15 décembre 2010).

100 % ! C’est le taux de réussite parfaite du studio d’animation "Folimage" situé en plein cœur de la Drôme.

Après "La Prophétie des Grenouilles" et "Mia et le Migou", tous deux chefs-d'oeuvre de Jacques-Rémy Girerd, voilà, avec "Une vie de chat" de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol, la troisième réalisation gagnante de Folimage.

Évidemment, il ne va pas être facile d’éviter d’entonner le refrain attendu sur le "petit dessin animé français" qui résiste à l’invasion hebdomadaire des produits 3D standardisés, qui ne se donnent même plus la peine de trouver de nouveaux titres mais se contentent de se numéroter. Mais on est bien tenté de prendre un pari : il n’y aura pas "Une vie de chat" n°2,3,4,5, Felicioli et Gagnol laissent ça à leurs confrères qui fabriquent la routine animée avec "Shrek" ou "L’Age de glace".

"Une vie de chat", c’est le contraire de tout ce que tout le monde croit aimer ailleurs : pas de second degré pour que les adultes viennent sans leurs enfants, pas d’histoires lénifiantes où le héros rebelle finit toujours par rejoindre le troupeau des bestioles dégoulinantes de bien-pensance, pas de séquences construites sur le même principe que celles des jeux vidéos et préfigurant le jeu vidéo du film déjà en vente, pas non plus de personnages qui font craquer les enfants et qui seront déclinés en peluches, en statuettes et en draps de bains.

Ici, pas de merchandising en vue, sauf un bel album où l’on retrouvera avec plaisir les dessins non animés, où l’on pourra apprécier la subtilité des partis-pris, la richesse des couleurs et la qualité des décors dans lesquels évoluent le chat et son voleur d’ami.

Mais, animées, les images d'une vie de chat sont aussi délectables. Quand les personnages courent sur les toits, le rendu est d’une très grande fluidité. Chacun se meut avec aisance en traversant des décors extrêmement soignés et jamais traités à la va-vite, comme on peut le voir dans des "blockbusters" animés.

La marque imprimée au Studio Folimage par son âme, Jacques-Rémy Girerd, est au contraire de soigner chaque détail, sans tomber dans le maniérisme, ni chercher - une des tares historiques de l’animation "à la française" - à faire poétique.

"Une vie de chat" a de la modestie sans avoir des moyens modestes : inutile d’épater le spectateur par l’animation. Elle est de grande qualité mais cherche surtout à ne pas se faire voir. Du coup, tout est pour l’histoire. Une histoire qui, à l’inverse de biens des produits déjà décriés plus haut, ne fonctionne pas sur la redondance, n’empile pas les morceaux de bravoure et peaufine les situations, le rythme, le suspens. La lutte finale entre le bon voleur et le méchant assassin au milieu des gargouilles de Notre-Dame arrive à entremêler Hitchcock et King Kong, ce qui est déjà bon signe !

Pour revenir sur Victor Costa, le méchant, il est à la fois décrit comme l’assassin du père de Zoé, et comme quelqu’un en quête d’un fétiche, souvenir perdu de son enfance... Aucun manichéisme donc et des sacrées audaces : Jeanne, la maman de Zoé, est commissaire de police et s’occupe si mal de sa fille qu’elle la laisse aux mains de Claudine, la maîtresse de Costa. La policière qui finira d’ailleurs par faire les yeux doux au beau voleur...

Tout à l’heure, étaient fustigés les films d’animation qui cherchaient à mettre dans leurs poches les spectateurs adultes aux séances où les enfants doivent être couchés. “Une vie de chat” peut lui aussi être vu sans chères petites têtes blondes ou brunes. Il faut seulement prévenir les plus de dix-huit ans qu’ils ne s’attendent pas à une démagogie pro-grands avec des gags ou des jeux de mots faits pour eux.

Eh oui ! Il faut y aller avec l’esprit d’enfance, le vrai pas un frelaté par le mauvais esprit de Bart Simpson...

Bonne nouvelle, il faut le répéter : avec Sylvain Chomet ("L’Illusionniste"), Michel Ocelot ("Azur et Aznar"), Jacques-Rémy Girerd ("Mia et le Migou") et les deux nouveaux venus d’"ne vie de chat", l’animation à la française, celle qui n’a pas oublié les leçons de Jean-François Laguionie, est en plein renouveau...

Que vous ayez des enfants ou pas, que vous aimiez les chats ou non, que vous détestiez autant le précédent Pixar que le prochain Disney ou vice versa, le chat Dino espère vos caresses et en ronronne d’avance. Sa "vie de chat" sera sûrement la vôtre !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=