Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hommage à Takeo Kimura
Maison de la Culture du Japon  (Paris)  Du 6 au 20 janvier 2011

On a déjà signalé le travail de la Maison de la Culture du Japon à Paris pour faire connaître la richesse et la diversité du cinéma japonais, qui, l’année dernière, a encore produit deux fois plus de films que son homologue français.

Souvent, la MCJP met l’accent sur un cinéaste ou consacre une longue rétrospective à un studio, comme ce sera encore le cas dès février 2011 avec la deuxième partie du programme consacré au grand studio Tôhô.

Cette fois, l’hommage sera plus original, puisqu’il s’agira d’honorer Takeo Kimura un des plus grands décorateurs du cinéma japonais qui est mort l’année dernière à 92 ans.

Élève de Kisaku Itô (1899-1967), sans doute le plus grand décorateur nippon de théâtre, Kimura acquiert la célébrité et la reconnaissance en 1953, avec son travail pour "L’Oie sauvage" de Shirô Toyoda où il reconstitue le Tokyo du début du vingtième siècle avec une grande fidélité. Les connaisseurs parlèrent même de perfection. Employé par les Studios Daei, il disposait alors de moyens considérables pour reconstituer les périodes du passé.

En rejoignant la firme Nikkatsu, il s’oriente vers les productions de "série B" et devient notamment le partenaire du réalisateur Seijun Suzuki, dont il va contribuer à l’esthétique. Contrairement aux productions de genre du moment, la collaboration Kimura/Suzuki s’affirme volontairement “antiréaliste”. Kimura va réussir la prouesse paradoxale de mettre en place un style décoratif abstrait pour des films noirs. Le film le plus connu de Suzuki, "Le Vagabond de Tokyo" (1966), qu’on pourra voir dans cet hommage, est l’aboutissement formel de cette collaboration hors normes.

Mais les conditions économiques nouvelles du cinéma japonais après 1968 contraignent les deux hommes à s’orienter vers la production indépendante. Kimura travaille alors pour de plus jeunes réalisateurs, comme Kei Kumai, Kazehiko Hasegawa ou Kaizô Hayashi. Il retrouve Suzuki en 1980 pour "Mélodie tsigane" et une ultime fois en 2005 pour "Princesse Raccoon", deux films au programme de cette rétrospective.

Au total, Takeo Kimura aura travaillé sur les décors et les costumes de 230 films.

Outre les films de Seijun Suzuki, que l’on a pu déjà souvent voir, et les classique de Tomi Uchida ("Chacun sa coquille") et Shirô Toyoda ("L’oie sauvage"), l’hommage à Kimura permettra de découvrir des films plus rares, voire inédits comme "Journal d’un policier" de Seiji Hisamatsu - auteur d’une centaine de films ! - ou "Une Ruelle sous le soleil", un film-fleuve de Tomotaka Tasaka, considéré comme un classique au Japon et qui surprendra par la grande originalité de son propos. Par ailleurs, un autre film de Tasaka est également au programme, "L’Enfant favori de la bonne", qui donnera lui aussi envie d’en voir plus d’un cinéaste mal connu en France et qui a pourtant tourné plus de 30 films.

À signaler que tout de suite après cet hommage, on pourra aussi découvrir Takeo Kimura cinéaste, puisqu’il a réalisé plusieurs films à la fin de sa vie, comme ce "Rêve éveillé", diffusé le 21 janvier 2011, et qui est une espèce de poème visuel résumant finalement assez bien une étonnante carrière qui dépasse de loin celle d’un simple décorateur, fut-il de grand talent.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Maison de la Culture du Japon


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=