Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hommage à Takeo Kimura
Maison de la Culture du Japon  (Paris)  Du 6 au 20 janvier 2011

On a déjà signalé le travail de la Maison de la Culture du Japon à Paris pour faire connaître la richesse et la diversité du cinéma japonais, qui, l’année dernière, a encore produit deux fois plus de films que son homologue français.

Souvent, la MCJP met l’accent sur un cinéaste ou consacre une longue rétrospective à un studio, comme ce sera encore le cas dès février 2011 avec la deuxième partie du programme consacré au grand studio Tôhô.

Cette fois, l’hommage sera plus original, puisqu’il s’agira d’honorer Takeo Kimura un des plus grands décorateurs du cinéma japonais qui est mort l’année dernière à 92 ans.

Élève de Kisaku Itô (1899-1967), sans doute le plus grand décorateur nippon de théâtre, Kimura acquiert la célébrité et la reconnaissance en 1953, avec son travail pour "L’Oie sauvage" de Shirô Toyoda où il reconstitue le Tokyo du début du vingtième siècle avec une grande fidélité. Les connaisseurs parlèrent même de perfection. Employé par les Studios Daei, il disposait alors de moyens considérables pour reconstituer les périodes du passé.

En rejoignant la firme Nikkatsu, il s’oriente vers les productions de "série B" et devient notamment le partenaire du réalisateur Seijun Suzuki, dont il va contribuer à l’esthétique. Contrairement aux productions de genre du moment, la collaboration Kimura/Suzuki s’affirme volontairement “antiréaliste”. Kimura va réussir la prouesse paradoxale de mettre en place un style décoratif abstrait pour des films noirs. Le film le plus connu de Suzuki, "Le Vagabond de Tokyo" (1966), qu’on pourra voir dans cet hommage, est l’aboutissement formel de cette collaboration hors normes.

Mais les conditions économiques nouvelles du cinéma japonais après 1968 contraignent les deux hommes à s’orienter vers la production indépendante. Kimura travaille alors pour de plus jeunes réalisateurs, comme Kei Kumai, Kazehiko Hasegawa ou Kaizô Hayashi. Il retrouve Suzuki en 1980 pour "Mélodie tsigane" et une ultime fois en 2005 pour "Princesse Raccoon", deux films au programme de cette rétrospective.

Au total, Takeo Kimura aura travaillé sur les décors et les costumes de 230 films.

Outre les films de Seijun Suzuki, que l’on a pu déjà souvent voir, et les classique de Tomi Uchida ("Chacun sa coquille") et Shirô Toyoda ("L’oie sauvage"), l’hommage à Kimura permettra de découvrir des films plus rares, voire inédits comme "Journal d’un policier" de Seiji Hisamatsu - auteur d’une centaine de films ! - ou "Une Ruelle sous le soleil", un film-fleuve de Tomotaka Tasaka, considéré comme un classique au Japon et qui surprendra par la grande originalité de son propos. Par ailleurs, un autre film de Tasaka est également au programme, "L’Enfant favori de la bonne", qui donnera lui aussi envie d’en voir plus d’un cinéaste mal connu en France et qui a pourtant tourné plus de 30 films.

À signaler que tout de suite après cet hommage, on pourra aussi découvrir Takeo Kimura cinéaste, puisqu’il a réalisé plusieurs films à la fin de sa vie, comme ce "Rêve éveillé", diffusé le 21 janvier 2011, et qui est une espèce de poème visuel résumant finalement assez bien une étonnante carrière qui dépasse de loin celle d’un simple décorateur, fut-il de grand talent.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Maison de la Culture du Japon


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=