Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hommage à Takeo Kimura
Maison de la Culture du Japon  (Paris)  Du 6 au 20 janvier 2011

On a déjà signalé le travail de la Maison de la Culture du Japon à Paris pour faire connaître la richesse et la diversité du cinéma japonais, qui, l’année dernière, a encore produit deux fois plus de films que son homologue français.

Souvent, la MCJP met l’accent sur un cinéaste ou consacre une longue rétrospective à un studio, comme ce sera encore le cas dès février 2011 avec la deuxième partie du programme consacré au grand studio Tôhô.

Cette fois, l’hommage sera plus original, puisqu’il s’agira d’honorer Takeo Kimura un des plus grands décorateurs du cinéma japonais qui est mort l’année dernière à 92 ans.

Élève de Kisaku Itô (1899-1967), sans doute le plus grand décorateur nippon de théâtre, Kimura acquiert la célébrité et la reconnaissance en 1953, avec son travail pour "L’Oie sauvage" de Shirô Toyoda où il reconstitue le Tokyo du début du vingtième siècle avec une grande fidélité. Les connaisseurs parlèrent même de perfection. Employé par les Studios Daei, il disposait alors de moyens considérables pour reconstituer les périodes du passé.

En rejoignant la firme Nikkatsu, il s’oriente vers les productions de "série B" et devient notamment le partenaire du réalisateur Seijun Suzuki, dont il va contribuer à l’esthétique. Contrairement aux productions de genre du moment, la collaboration Kimura/Suzuki s’affirme volontairement “antiréaliste”. Kimura va réussir la prouesse paradoxale de mettre en place un style décoratif abstrait pour des films noirs. Le film le plus connu de Suzuki, "Le Vagabond de Tokyo" (1966), qu’on pourra voir dans cet hommage, est l’aboutissement formel de cette collaboration hors normes.

Mais les conditions économiques nouvelles du cinéma japonais après 1968 contraignent les deux hommes à s’orienter vers la production indépendante. Kimura travaille alors pour de plus jeunes réalisateurs, comme Kei Kumai, Kazehiko Hasegawa ou Kaizô Hayashi. Il retrouve Suzuki en 1980 pour "Mélodie tsigane" et une ultime fois en 2005 pour "Princesse Raccoon", deux films au programme de cette rétrospective.

Au total, Takeo Kimura aura travaillé sur les décors et les costumes de 230 films.

Outre les films de Seijun Suzuki, que l’on a pu déjà souvent voir, et les classique de Tomi Uchida ("Chacun sa coquille") et Shirô Toyoda ("L’oie sauvage"), l’hommage à Kimura permettra de découvrir des films plus rares, voire inédits comme "Journal d’un policier" de Seiji Hisamatsu - auteur d’une centaine de films ! - ou "Une Ruelle sous le soleil", un film-fleuve de Tomotaka Tasaka, considéré comme un classique au Japon et qui surprendra par la grande originalité de son propos. Par ailleurs, un autre film de Tasaka est également au programme, "L’Enfant favori de la bonne", qui donnera lui aussi envie d’en voir plus d’un cinéaste mal connu en France et qui a pourtant tourné plus de 30 films.

À signaler que tout de suite après cet hommage, on pourra aussi découvrir Takeo Kimura cinéaste, puisqu’il a réalisé plusieurs films à la fin de sa vie, comme ce "Rêve éveillé", diffusé le 21 janvier 2011, et qui est une espèce de poème visuel résumant finalement assez bien une étonnante carrière qui dépasse de loin celle d’un simple décorateur, fut-il de grand talent.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Maison de la Culture du Japon


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 décembre 2021 : Ca sent le sapin

C'est bientôt Noël ! ça sent le sapin dans les maisons et les appartements, il ne vous reste plus qu'à vous inspirer de notre sélection culturelle pour y glisser quelques beaux cadeaux dessous. Voici donc notre sélection et bien entendu le replay de la MAG #38

Du côté de la musique :

"Le cirque de consolation" de Léonie Pernet
"Elements" de Thomas Gonzalez Trio
"Pensées rotatives" de Théo Girard
"Ins & outs" de Skalli
"Ilium - Complexe" de Pierre de Bethmann
"Juste derrière toi" de Ottis Coeur
"Jonathan Richman & The Modern Lovers" est le thème de la nouvelle émission de Listen In Bed
"Still moving" de Justin Adams & Mauro Durante
"Last of the fishing days" de Jérôme Piétri
"Concerto pour piano en ré mineur, Sonates pour violon de Brahms" de Geoffroy Couteau et Amaury Coeytaux
"Tuberose" de Amanda Lear
et toujours :
"Voltiges" de Tristan Pfaff
"Tormenta" de Sweet Needles
"Padre padrone" de Nicolas Paugam
"Merci bisou" de Monokini
"En la selva numerica" de Mekanik Kantatik
"Little odetta" de Little Odetta
"Galles / Ecosse" le mix de la semaine de Listen In Bed
"Excuse my french" de Julien Bouchard
"Gottfried von der Goltz - Concerti all'arrabbiata" de Freiburger Barockorchester
"Bardainne Jaumet" de Bardainne Jaumet
Maidavale et Cavale en concert au Fil

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Music-Hall" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Belles Amies" au Théâtre du Roi René
"My dead bird" au Théâtre Les Déchargeurs
"100% Marianne" au Théâttre du Petit Gymnase
"J'ai toujours voulu faire bien" au Théâttre Les Déchargeurs
"Soixante minutes dans la vie d'une forêt" au Théâtre La Reine Blanche
les reprises :
"Là-bas - Chansons d'aller-retour" au Théâtre Le Local
"Les dézingués du vocal" à la Comédie Bastille
"Opérapiécé" au Théâtre Le Lucernaire
et les autres spectacles à l'affiche en décembre

Expositions :

"Alexej von Jawlensky - La promesse du visage" à La Piscine à Roubaix
"Jean-Jacques Henner, dessinateur" au Musée des Beaux-Arts de Mulhouse
et les autres expositions à l'affiche en décembre

Cinéma :

la semaine cinéma en 5 bandes-annonce
en streaming gratuit avec :
"Toni Erdman" de Toni Erdmann
un spécial Espions avec :
"Espions" de Nicolas Saada
"Le Dossier 51" de Michel Deville
"L'espion de la dernière chance" de Werner Klinger
"Mata Hari, Agent H21" de Jean-Louis Richard

Lecture avec :

"3 minutes pour comprendre la 2de guerre mondiale" de Benoit Rondeau
"47 cordes, première partie" de Timothé Le Boucher
"Les détectives sauvages" de Roberto Bolano
et toujours :
"American predator" de Maureen Callahan
"Je suis l'abysse" de Donato Carrisi
"La première guerre mondiale dans le pacifique" de Maxime Reynaud
"Le cabanon à l'étoile" de Hélène Legrais
"Rock'n'roll justice" de Fabrice Epstein

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=