Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ben l'Oncle Soul - Irma
Le Plan  (Ris-Orangis)  vendredi 10 décembre 2010

Le Plan accueille ce soir Ben l'Oncle Soul, lequel conclut en trombe une année 2010 qui lui a particulièrement souri : sympathique espoir il y a encore quelques mois, il s'impose désormais comme une révélation incontestable et un artiste avec lequel il va falloir compter. Pour preuve, un Zénith de Paris d'ores et déjà complet le 8 avril prochain et des récompenses qui se profilent (NRJ Music Awards, Victoires de la musique...).

En première partie, la charmante Irma fait mieux que tirer son épingle du jeu : accompagnée d'une simple guitare acoustique et de sa voix délicate, elle envoûte complètement l'assemblée. Dans un style rappelant Asa ou Corinne Bailey Rae, ses compositions entraînantes et malignes font la part belle au chant. Celui-ci, mis en relief par l'habile utilisation d'un sampler, est épatant. Irma se risque également avec succès au difficile exercice de la reprise, qui plus est des Jackson 5 ("I Want You Back" et "ABC"). A en juger par cette excellente prestation, on risque d'entendre parler d'elle en 2011.

L'obscurité se fait dans la salle. Une trompette, un saxophone, une guitare électrique, une basse, une batterie, un clavier puis deux choristes montés sur ressorts viennent s'installer face au public. On se pourlèche les babines avant même la première note : c'est une formation à l'ancienne que nous propose Ben l'Oncle Soul, dans la plus pure tradition soul. Ben fait irruption, danse, chauffe la foule puis lance "Crazy", la très bonne reprise de Gnarls Barkley. La choré du chanteur et ses choristes est chiadée, le groupe parfaitement en place. Ben réussit le tour de force de faire sonner ce tube de 2006 comme un titre Motown des années 60.

On l'aura compris : pas de publicité mensongère chez Ben l'Oncle Soul. Le spectacle sera soul jusqu'au bout des ongles. Les fans de shows pétillants et de soul vintage en auront pour leur argent. Car entre un "Soulman" endiablé, un "Seven Nation Army" qu'il a pris la peine de réarranger pour le live (le catalogue Motown, une fois encore, n'est pas bien loin), la fin intense et touchante de "L'Ombre d'Un Homme", les hommages sincères et passionnés à ses idoles ("Georgia" de Ray Charles, "What's Going On" de Marvin Gaye, "I Feel Good" de James Brown), on s'avoue vaincu devant la performance galvanisante de Ben l'Oncle Soul.

Si sur disque, toute plaisante qu'elle est, la formule s’essouffle un peu, le cocktail du Tourangeaux s'avère explosif en live, où le chanteur se révèle en showman aguerri. On pourra certes pointer du doigt un spectacle très rodé, mais comment résister à tant de fougue ? Surtout que l'on rit beaucoup à la performance parfois très théâtrale du chanteur (l'ostensible complicité avec ses choristes n'y est sans doute pas pour rien).

Ben - bien épaulé par ses danseurs survoltés - ne ménage pas sa peine pour nous séduire : il danse et chante dans la fosse, harangue le public, joue à "1-2-3 Soleil" avec lui, aligne les mimiques en tous genres, imite un golfeur à la fin de "I Feel Good", s'amuse aux claviers pour mieux mettre en valeur son impassible mais impeccable bassiste, fait mine de se transformer en boxeur quand le choriste lui chipe le micro sur "What's Going On", transforme son groupe en statue au beau milieu d'une chanson (classique, mais ça marche à chaque fois)... "Est-ce que vous pouvez faire ça ?" demande Ben en claquant des doigts. Réponse (féminine) dans la salle : "Fais-moi ce que tu veux !". Ce qui résume bien l'état d'esprit du public : l'opération séduction fonctionne à la perfection.

Après "Come Home", le groupe sort de scène. Il revient pour un "Petite Soeur" enflammé en rappel. Dernière facétie du chanteur : faire participer le public à une jubilatoire chorégraphie collective. Ben fait durer le plaisir, sort de scène plusieurs fois pour mieux revenir en courant vers son micro. Après de longs remerciements (dont un sympathique petit mot pour les élèves du Collège Camus), le chanteur tire sa révérence, suivi par ses excellents musiciens.

Une chose est sûre : on va se coucher un peu plus soul qu'hier. Affichant une générosité de tous les instants, Ben l'Oncle Soul nous a offert un show exaltant. Le chanteur embrasse la soul avec passion pour mieux la dynamiser, assume à fond son délire rétro et son style vestimentaire complètement décalé, s'amuse des codes du genre avec beaucoup d'humour et ne se prend à aucun moment au sérieux. Mieux : il va chercher le public avec ses tripes, lequel se laisse prendre avec plaisir dans les filets du chanteur.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Ben l'Oncle Soul
Ben l'Oncle Soul en concert au Festival Les Francos Gourmandes #3 (édition 2014) - samedi 14 juin
Irma en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche
Irma en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi

En savoir plus :
Le site officiel de Ben l'Oncle Soul
Le Myspace de Ben l'Oncle Soul
Le Myspace de Irma
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=