Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La cuisine d'Elvis
Théâtre Pixel  (Paris)  janvier 2011

Comédie dramatique de Lee hall, mise en scène de Virgine Serre et Jérôme Tomray, avec Emmanuel Siret, Sophie Cadalen, Johanna Mondon et Jérome Tomray.

Confortable et chaleureux, le petit Théâtre Pixel au bout de la rue Championnet, s’est taillé depuis quelques années une jolie réputation grâce à une programmation de qualité.

C’est encore le cas avec cette pièce de Lee Hall créée en 1978 et qui tranche radicalement avec les autres chefs d’œuvres du scénariste de "Billy Elliot" : "Face de cuillère" ou dernièrement "Les Peintres au charbon".

Accrochant dès l’entame, "La cuisine d’Elvis" nous débarque fissa dans l’intérieur d’une cuisine anglaise surannée dans le plus pur style années 60. On y voit débarquer Mam, la mère, et son nouvel amant, Stuart, superviseur de gâteaux chez Mark & Spencer. Il y a aussi Jill, la jeune fille de la maison qui cuisine et mange en permanence, et Dad le père, paralysé à la suite d’un accident de voiture.

La cruauté des dialogues et leur côté provoquant contraste avec l’apparente simplicité des deux personnages principaux : Stuart, assez primaire et tordant dans ses réactions et son attitude maladroite ; Jill, qui compense un besoin d’affection par un intérêt prononcé pour la cuisine (transférant sur des plats élaborés et confectionnés avec amour, celui que sa mère lui refuse).

Tous ces personnages sont plus perdus les uns que les autres et promènent une quête poignante. C’est une tragédie traitée en comédie. Un drame naît. La pièce fustige aussi une société américaine malade qui n’a plus pour se raccrocher que le fantôme d’Elvis, à la fois prophète et déglingué, bouffon sublime, rock’n roll jusqu’au bout.

C’est très drôle. Ecrit avec une plume au vitriol, cinglante et bouleversante à la fois. Oui, Lee Hall est un très grand auteur. On rit, on s’ébahit devant un délire mené à cent à l’heure mais on ne peut éviter un sentiment de malaise devant ce grand bazar dans lequel on prend fait et cause pour la jeune Jill, confondante de sincérité et touchante dans ses élans d’amour perdus. La fin, glaçante, nous terrifie et nous sort d’une hilarité irrésistible comme un électrochoc salutaire.

La mise en scène réussit à trouver l’équilibre juste entre la comédie et l’émotion (pas de doute : Virginie Serre et Jérôme Tomray aux fourneaux savent manier les ingrédients). Dans le rôle de la mère, Sophie Cadalen évite le piège de verser dans l’hystérie et donne une interprétation toute en retenue puissante et radieuse tandis que Jérôme Tomray campe un Elvis irrésistible.

Quant aux deux benjamins, ils sont les joyaux de ce spectacle. Emmanuel Siret est une vraie révélation comique avec une sincérité et une grâce incroyable. Il restera définitivement un Stuart inoubliable. Enfin, Johanna Mondon incarne Jill avec beauté. Elle en montre à la fois la fragilité, les blessures et la gourmandise. Déchirante, elle nous guide tout au long de ce remarquable huis-clos. La prestation de ce quatuor est de haute volée. Le moment qu’on passe en leur compagnie, vraiment excellent. Et cette pièce devrait connaitre le succès pour un bon bout de temps….

Ne ratez sous aucun prétexte ce spectacle gonflé comme un gigantesque gâteau à la crème : écoeurant mais tellement addictif. Ames sensibles et jeunes enfants s’abstenir, l’humour décapant et trash de "La cuisine d’Elvis" est une tornade de chantilly dévastatrice qui emporte tout  sur son passage. Ce n’est pas très politiquement correct mais bon sang, qu’est-ce qu’on se régale !

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=