Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La cuisine d'Elvis
Théâtre Pixel  (Paris)  janvier 2011

Comédie dramatique de Lee hall, mise en scène de Virgine Serre et Jérôme Tomray, avec Emmanuel Siret, Sophie Cadalen, Johanna Mondon et Jérome Tomray.

Confortable et chaleureux, le petit Théâtre Pixel au bout de la rue Championnet, s’est taillé depuis quelques années une jolie réputation grâce à une programmation de qualité.

C’est encore le cas avec cette pièce de Lee Hall créée en 1978 et qui tranche radicalement avec les autres chefs d’œuvres du scénariste de "Billy Elliot" : "Face de cuillère" ou dernièrement "Les Peintres au charbon".

Accrochant dès l’entame, "La cuisine d’Elvis" nous débarque fissa dans l’intérieur d’une cuisine anglaise surannée dans le plus pur style années 60. On y voit débarquer Mam, la mère, et son nouvel amant, Stuart, superviseur de gâteaux chez Mark & Spencer. Il y a aussi Jill, la jeune fille de la maison qui cuisine et mange en permanence, et Dad le père, paralysé à la suite d’un accident de voiture.

La cruauté des dialogues et leur côté provoquant contraste avec l’apparente simplicité des deux personnages principaux : Stuart, assez primaire et tordant dans ses réactions et son attitude maladroite ; Jill, qui compense un besoin d’affection par un intérêt prononcé pour la cuisine (transférant sur des plats élaborés et confectionnés avec amour, celui que sa mère lui refuse).

Tous ces personnages sont plus perdus les uns que les autres et promènent une quête poignante. C’est une tragédie traitée en comédie. Un drame naît. La pièce fustige aussi une société américaine malade qui n’a plus pour se raccrocher que le fantôme d’Elvis, à la fois prophète et déglingué, bouffon sublime, rock’n roll jusqu’au bout.

C’est très drôle. Ecrit avec une plume au vitriol, cinglante et bouleversante à la fois. Oui, Lee Hall est un très grand auteur. On rit, on s’ébahit devant un délire mené à cent à l’heure mais on ne peut éviter un sentiment de malaise devant ce grand bazar dans lequel on prend fait et cause pour la jeune Jill, confondante de sincérité et touchante dans ses élans d’amour perdus. La fin, glaçante, nous terrifie et nous sort d’une hilarité irrésistible comme un électrochoc salutaire.

La mise en scène réussit à trouver l’équilibre juste entre la comédie et l’émotion (pas de doute : Virginie Serre et Jérôme Tomray aux fourneaux savent manier les ingrédients). Dans le rôle de la mère, Sophie Cadalen évite le piège de verser dans l’hystérie et donne une interprétation toute en retenue puissante et radieuse tandis que Jérôme Tomray campe un Elvis irrésistible.

Quant aux deux benjamins, ils sont les joyaux de ce spectacle. Emmanuel Siret est une vraie révélation comique avec une sincérité et une grâce incroyable. Il restera définitivement un Stuart inoubliable. Enfin, Johanna Mondon incarne Jill avec beauté. Elle en montre à la fois la fragilité, les blessures et la gourmandise. Déchirante, elle nous guide tout au long de ce remarquable huis-clos. La prestation de ce quatuor est de haute volée. Le moment qu’on passe en leur compagnie, vraiment excellent. Et cette pièce devrait connaitre le succès pour un bon bout de temps….

Ne ratez sous aucun prétexte ce spectacle gonflé comme un gigantesque gâteau à la crème : écoeurant mais tellement addictif. Ames sensibles et jeunes enfants s’abstenir, l’humour décapant et trash de "La cuisine d’Elvis" est une tornade de chantilly dévastatrice qui emporte tout  sur son passage. Ce n’est pas très politiquement correct mais bon sang, qu’est-ce qu’on se régale !

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=