Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Chute d'une nation 2 - Fratricide
Manufacture des Abbesses  (Paris)  janvier 2011

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Yann Reuzeau, avec Emmanuel De Sablet, Raphaël D'Olce, Walter Hotton, Didier Mérigou, Leïla Moguez, Manga N'Djomo et Sophie Vonlanthen.

Avec "Chute d'une nation", Yann Reuzeau s'est attelé à une fresque théâtrale d'envergure : une fiction épique et politique en 4 épisodes pour plonger de manière haletante, tant en la forme - quasi cinétique - qu'au fond, dans les luttes de pouvoir et les arcanes de la politique politicienne ce qui, de surcroît, s'avère particulièrement d'actualité compte tenu de la toute prochaine échéance électorale.

Le premier volet, tout à fait réussi, intitulé "La petite phrase", dévoilait la manipulation et la stratégie opérées au sein des hautes instances d'un parti, de gauche en l'occurrence et quelque peu en déroute, confronté à une élection présidentielle périlleuse face à une très populaire présidente sortante de droite assurée de sa réélection et la menace d'une poussée de l'extrême droite.

Pour éliminer un retour de flamme d'un vieux dinosaure du parti à l'auréole quelque peu ternie, est désigné d'office pour le rôle de bombe humaine un obscur député anonyme et laborieux qui se laisse prendre au piège de l'aventure et à la montée d'adrénaline qu'elle déclenche.

Ledit député, catalogué par ses homologues comme faisant du tourisme politique mais ayant reçu une belle audience médiatique, se pique au jeu et postule pour l'investiture de son parti. Ainsi, le deuxième opus, bien nommé "Fratricide", qui pourrait être sous-titré "campagne au bord de la crise de nerfs", immerge le spectateur dans les coulisses impitoyables d'une campagne pour les primaires.

Face à sa principale adversaire, campée avec assurance par Manga N'Djomo, une redoutable professionnelle sans états d'âme, pris dans la tourmente de ce qui s'avère davantage une course au pouvoir qu'un démocratique combat d'idées, Walter Hotton, impérial dans cette irrésistible ascension d'un député ordinaire fort de ses convictions et fiers de ses valeurs, connaît le baptême du feu avec son équipe de néophytes.

Dans son aréopage, naissent tensions et dissensions entre son assistante devenue sa porte-parole officielle dont la pugnacité et l'enthousiasme demeurent inébranlables (Sophie Vonlanthen subtile dans l'évolution d'un personnage qui s'affirme et manifeste des velléités d'ambition personnelle), la jeune militante propulsée chargée de communication qui commence à déchanter face aux réalités concrètes (Leila Moguez tout à fait juste dans la ferveur érodée) et son directeur de campagne submergé tant par ses problèmes personnels que par ce trio incontrôlable (Didier Mérigou qui passe du jeune loup au looser pathétique).

Par ailleurs, le rôle de la presse et du leadership économico-financier n'est pas oublié avec un journaliste à la solde d'un journal dit "d'opinion" enchaîné par les impératifs commerciaux de son employeur et un homme d'affaires ultra-libéral devenu un populaire gourou du micro-crédit qui marche à l'instinct, interprétés avec beaucoup de verve et d'humour à froid respectivement par Raphaël d'Olce et Emmanuel de Sablet.

La plume de Yann Reuzeau est toujours aussi inspirée et efficace, intrigue rondement menée et dialogues vifs, et il a su décoder et distiller en édifiant nectar satirique le réalité-show politique. Par ailleurs, dans cette deuxième époque, il a su insufflé un rythme crescendo en introduisant des inattendus rebondissements et ajouter une tonalité supplémentaire en greffant les prémisses de relations extra-professionnelles qui intéressent l'intime des personnages.

Le spectacle à la mise en scène toujours aussi cinétique, impulsée par les scènes courtes d'une écriture à l'anglaise, est porté par le jeu nerveux des comédiens qui concourt à sa réussite ainsi qu'à l'addiction inexorable du spectateur qui se perdra en conjectures dans l'attente du prochain épisode.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=