Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Au-delà du voile
Théâtre du Lucernaire  (Paris)  février 2011

Comédie dramatique de Slimane Benaïssa, mise en scène de Agnès Renaud, avec Fatima Aïbout, Khadija El Mahdi, Myriam Loucif et Pascal Portejoie.

En Algérie, en 90, débute une décennie qui fut surnommée "les années de braise". Devant les difficultés économiques qui étaient apparues suite à la chute du prix du baril de pétrole, le FLN, parti unique en place au pouvoir depuis l'indépendance, est dépassé par la grogne sociale et la colère de la rue.

Après des émeutes sanglantes, en novembre 1988, une nouvelle constitution est proposée qui reconnaît l'existence d'autres partis religieux et promet des élections libres. Un changement de régime et la création d'un état islamique semble à un nombre croissant d'algériens une réponse politique et sociale à la crise très dure que traverse le pays. Le FIS (Front Islamique du Salut) devient alors un des partis les plus populaires entraînant des modifications radicales dans la vie quotidienne, en particulier en ce qui concerne la place des femmes dans la société.

C'est à travers la conversation entre deux soeurs que Slimane Benaïssa aborde, dans "Au-delà du voile", le sujet du voile de la femme musulmane. La cadette, jeune femme éduquée, universitaire, refuse de porter le hidjab, alors que son frère, le dernier homme de la maison, veut l'y obliger.

L'aînée, quant à elle, femme au foyer élevée dans la tradition, voit dans le voile, bien évidemment l'obéissance au principe religieux, mais aussi le respect dû à son mari et à son frère, dernier représentant masculin entre les murs de la maison. La conversation entre les deux soeurs, pourtant toutes deux musulmanes, tournera à la confrontation des points de vue autour de ce morceau de tissu qui cristallise toutes les passions.

Ce voile c'est aussi ce qui sépare le monde des femmes du monde des hommes, et qui de ce point de vue sépare le monde en deux. La scènographie de Patricia Lacoulonche l'illustre en tendant un voile en arrière-plan, un voile transparent derrière lequel des silhouettes se profilent.

Le seul homme sur scène, le musicien Pascal Portejoie, restera toujours une silhouette derrière ce voile. Quant au frère, il est évoqué mais n'apparaîtra jamais.

La mise en scène d'Agnès Renaud montre un sujet qui divise et tourne à l'incompréhension. Les deux soeurs s'adressent l'une à l'autre mais les regards s'orientent dans des directions différentes et ne se croisent que lorsque sont évoqués les plus vieux souvenirs, ceux d'un temps révolu. Alors que ces deux femmes, ces deux soeurs, sont pourtant à l'abri du regard des hommes, l'intimité ne permet plus de dépasser le fossé idéologique. La parole est devenue froide et politique.

Dans le rôle des deux soeurs, Myriam Loucif et Khadija El Mahdi, sont lumineuses. Le regard de Khadija El Mahdi jette de véritables éclairs de frustration, et montre à quel point elle est habité par son personnage de jeune femme éprise de liberté. Fatima Aïbout interprète le personnage de la mère, voix venue du passé, porteuse de la sagesse. La musique de Pascal Portejoie et les lumières de Véronique Hemberger créent l'atmosphère de paix qui convient à ce lieu préservé à l'écart de la violence de la rue, où les femmes peuvent encore s'exprimer même si le dialogue ne se crée plus.

Au regard des évènements récents en Tunisie ou en Egypte, cette pièce rappelle que la chute d'un régime emmené par un parti unique ne débouche pas forcément sur la démocratie, et que l'émancipation des femmes n'y est pas dès lors acquise. Il rappelle aussi que la misère, le désespoir et l'absence d'éducation sont des terreaux fertiles pour la montée de l'intolérance.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=