Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The hunter
Raffi Pitts    février 2011

Réalisé par Raffi Pitts. Iran/Allemagne. Drame/Thriller. Durée : 1h32. (Sortie le 16 février 2011). Avec Rafi Pitts, MItra Hajjar, Ali Nicksaulat, Hassan Ghalenoi et Manoochehr Rahimi.

Quand on parle cinéma iranien, on pense tout de suite au cinéma post-bressonien d’Abbas Kiarostami et de ses élèves comme Jafar Panahi.

Mais les temps changent, il semble que le cinéma de Kiarostami qui n’arrêtait pas de chercher et de rechercher où était la maison de son ami soit enfin en fin de course. Et puis, en emprisonnant Panahi, les autorités iraniennes ont peut-être contrevenu aux sacro-saints droits de l’homme mais ont rendu un fier service à bien des cinéphiles...

Voilà désormais la piste dégagée pour que le cinéma iranien s’inscrive différemment dans le cinéma mondial. La proposition de Rafi Pitts, avec "The hunter", ravira les amateurs de cinéma B américain, étonnera ceux qui n’imaginaient qu’au pays des mollahs pouvait éclore un cinéaste influencé par Monte Hellmann, Abel Ferrara et les productions de Roger Corman.

Si on se moque du contexte, Rafi Pitts réussit ici un quasi thriller, un film d’atmosphère policière sec, nerveux, rappelant des petits films américains de la trempe de ceux qui sont considérés vingt ou trente ans après leur sortie comme des grands films.

Donc, pour gagner du temps, il faut immédiatement affirmé que "The hunter" est un grand film. On y voit un homme seul, jouet de la grande histoire, passer de chasseur à chasser dans un climat oppressant, crépusculaire. L’homme mutique, joué par le réalisateur lui-même, porte en lui une colère infinie qui ne peut s’extérioriser que par un acte dérisoire, absurde, nihiliste, la mort est son seul rendez-vous possible.

Et, à l’instar des films américains auxquels il se réfère, il faut s’en prendre d’abord à la fatalité pour que tout ça finisse tragiquement. Dans "The hunter", la fatalité prend la forme d’horaires décalées entre Ali, le veilleur de nuit, et sa femme.

Le spectateur découvrira aussi avec intérêt que la vie à Téhéran n’est pas si différente que la vie à Paris ou à New York. Surtout quand on la décrit en suivant les périples d’une Ford Mustang sur une autoroute.

Alors que souvent ce genre de films paraît d’abord destiné au spectateur occidental et se plaît à lui fournir de quoi conforter ses préjugés ou à lui répéter à l’envi les lieux communs qu’il adore entendre, "The hunter" veut d’abord convaincre le spectateur iranien sur les thématiques développées. Il y découvrira par exemple une police emprunte au doute et divisée sur le rôle qu’on veut lui faire jouer.

Tout cela est évidemment dit avec une économie de moyens propice à de belles ellipses. Bref, "The hunter", c'est d’abord du très bon cinéma qui, mine de rien, réconcilie Hollywood et Téhéran et montrera à ceux qui feignaient d’en douter que les hommes là-bas sont de la même essence que ceux d’ici.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=