Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La permission de minuit
Delphine Gleize  mars 2011

Réalisé par Delphine Gleize. France. Drame. Durée : 1h50. (Sortie 2 mars2011) Avec Vincent Lindon, Emmanuelle Devos, Quentin Challal, Caroline Proust, Nathalie Boutefeu et Laurent Capelluto.

Pour apprécier à sa juste valeur ce film émouvant, il faudra à bien des spectateurs potentiels ou virtuels du courage pour avoir envie de devenir des spectateurs réels.

Car deux écueils majeurs pourraient paraître rédhibitoires aux plus bienveillants : le sujet et l’acteur principal.

Depuis quelque temps, que l’on peut dater au succès de la trithérapie pour ceux qui en souffrent, le sida n’est plus le thème compassionnel majeur. Du coup,c’est le cancer qui a pris le relais sur les écrans, comme l’ont prouvé récemment "Biutiful" d’Alejandro Gonzales Uxbal avec Javier Bardem, d’Anne Le Ny, "Ceux qui restent" d’Anne Le Ny ou "Le bruit des glaçons" de Bertrand Blier.

Mais si le sida pouvait à tort ou à raison être une maladie pour des populations bien identifiées ou parfois stigmatisées, le cancer touche tout le monde. Traiter du sujet, c’est provoquer chez le spectateur une évidente identification et une exigence, celle de ne pas être voyeur de ce qui peut lui advenir.

En lisant le résumé du scénario de "La permission de minuit", on peut légitimement émettre une crainte : pourra-t-on supporter d’être témoin de la vie en pointillé d’un "enfant-lune", obligé la plupart du temps de se cacher d’une lumière qui le tue peu à peu dans une tenue de "cosmonaute" ? Ne sera-t-on pas démuni comme son médecin qui souffre intensément de ne pouvoir le soigner ?

Surtout, et c’est là la seconde crainte majeur, si le chirurgien est joué par un jeune quinquagénaire désormais préposé à toutes les causes nobles et désespérées : Vincent Lindon.

Après avoir sauvé sa petite entreprise, appris à nager à un sans-papier, le voilà auprès d’un adolescent cancéreux et attachant.

Portant entièrement le film sur ses épaules avec son jeu rentré et tout dans ce regard profond qu’on connaît par cœur, Lindon contentera forcément ses admirateurs. Mais il faut assurer à ceux qui ne le sont pas qu’il mouille tellement sa chemise chirurgicale, qu’il prend tellement sur lui le fardeau de l’enfant malade qu’il retournera les plus cruels de ses contempteurs qui ironisent toujours sur sa nervosité faciale.

Le couple qu’il forme avec le jeune Quentin Challal est un vrai moment de vérité cinématographique et l’on peut féliciter la réalisatrice, Delphine Gleize, d’avoir réussi cet amalgame miraculeux entre un acteur au-delà du chevronné et un novice dont c’est la première apparition à l’écran.

Grâce à ces deux acteurs, on ne regrettera pas les larmes que l’on va verser à coup sûr et Delphine Gleize réussira à enlever des têtes les plus dures l’idée de tout voyeurisme.

Comme on dit, donc : "La permission de minuit" est un beau film, nécessaire, qui laissera des traces chez tous les spectateurs de bonne volonté, ceux qui auront le petit courage d’aller voir le grand courage de ces enfants malades.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=