Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alexis, une tragédie grecque
Grande Halle de la Villette  (Paris)  mars 2011

Spectacle conçu et mis en scène par Enrico Casagrande et Daniela Nicolò, avec Silvia Calderoni, Vladimir Aleksic, Benno Steinegger, Alexandra Sarantopoulou et la collaboration de Michalis Traitsis et Giorgina Pilozzi.

Alors que la troupe Motus est en train de travailler sur Antigone en Grèce, survient l'assassinat d'Alexandros Grigoropoulos, 15 ans, par un policier. Les émeutes qui s'en sont suivies en 2008 ont été les pires violences civiles que la Grèce ait connu ces dernières décennies.

Les membres de la troupe sont touchés par l'émotion collective qui secoue la jeunesse grecque. Ils assistent aux émeutes et s'interrogent sur la durée des violences et de la colère qui agite les participants, alors qu'en Italie les manifestations ne durent pas et que la révolte ne prend pas sur le terreau des contestations.

De plus, ils font un parallèle entre le mythe d'Antigone qui brave le peuple de Thèbes pour accomplir les rites funéraires pour son frère Polynice, bien qu'elle risque d'être lapidée. Le corps d'Alexandros Grigoropoulos avait été abandonné sans vie sur la voie publique par les forces de l'ordre.

Antigone a toujours été une allégorie de la résistance face à l'oppression, et Jean Anouilh a d'ailleurs monté sa propre version d'Antigone suite à l'action de Paul Collette qui, en 1942, ouvrit le feu sur un groupe de dirigeants collaborationnistes.

Mélangeant vidéo, diaporama, son amplifié, la mise en scène de Enrico Casagrande et Daniela Nicolò repose un rythme effréné. Les mots sont parfois hurlés, les acteurs courent autant sur la scène que dans les travées. Les membres de la troupe interprètent cette pièce de manière viscérale.

Esthétiquement, le spectateur entre dans une salle enfumée, comme par des bombes lacrymogènes, des néons oranges et rouges au sol donnant une impression d'embrasement. Les acteurs vont même jusqu'à allumer un véritable feu sur scène.

Au-delà de la violence engendrée en raison de l'assassinat du jeune Alexandros, la troupe analyse les manifestations, parfois violentes, qui ont eu lieu en 2010 en Europe (Grèce, Italie, France, Espagne, Portugal, Irlande, Grande-Bretagne...), puis plus récemment dans les pays arabes, comme des actions de résistance citoyenne face à un système politique et économique qui a pour unique but de maintenir les peuples en état d'asservissement au profit des puissants en place.

Politique, cette pièce est surtout engagée. Le message est celui de la révolte, les acteurs viennent chercher les spectateurs dans la salle pour renforcer leur nombre sur scène et mimer le jet de pavés.

A l'heure où le livre de Stéphane Hessel "Indignez-vous !" est en tête des ventes depuis de nombreuses semaines, cette pièce entre bien évidemment en résonance avec un sentiment de révolte sociale qui croît en France, en Europe, dans les pays du bassin méditerranéen mais aussi dans d'autres pays en développement. Paul Raynal, essayiste et auteur de théâtre du XXe siècle écrivait dans "Histoire philosophique" : "La force de ceux qui gouvernent n'est réellement que la faiblesse de ceux qui se laissent gouverner", une phrase que la troupe Motus pourrait faire sienne.

Certaines poses paraissent pourtant parfois plus prétentieuses qu'osées, certaines analyses plus rapides que profondes. Il convient néanmoins de saluer un théâtre qui cherche à renouveler la forme, qui cherche à établir un lien entre classique et moderne, entre expression artistique et voix populaire, entre vision intime et projection médiatique des évènements. Mais surtout, cette jeune troupe redonne de la vigueur au théâtre politique européen qui, depuis Dario Fo, semblait bien endormi.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=