Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pourquoi Fabien Vehlmann est le type à inviter chez vous pour vous raconter des histoires au coin du feu !
Fabien Vehlmann - Matthieu Bonhomme - Delf - Denis Bodart - Frantz Duchazeau  mars 2011

Elémentaire mon cher Marquis !

Habituellement, je déteste les séries en BD. Ce n’est pas tant qu’elles présentent moins d’intérêt graphique ou narratif que les histoires en volume unique (ou "one shot" pour ceux qui veulent se la péter un peu) mais sur un plan très pratique, elles présentent des désagréments certains.

Je m’explique. J’assouvie mon appétit de lecture grâce aux bibliothèques municipales et il y est presque impossible d’y trouver une série dans son intégralité et je ne vous parle même pas des séries dont le premier tome semble tout simplement ne pas exister. Alors quand j’aperçois sous mon nez les cinq premiers tomes du Marquis d’Anaon, je me jette littéralement dessus quitte à tacler le premier lecteur qui s’aventurerait trop près de cette fantastique découverte.

Bien m’en a pris car j’ai plongé en apnée dans les fantastiques récits fantastiques de ce Marquis concoctés par Fabien Vehlmann et mis en image par Matthieu Bonhomme. Les auteurs nous projettent dans les campagnes françaises du début du 18ème siècle pour suivre les aventures de Jean-Baptiste Poulain, baptisé dès le premier tome par les habitants d’une petite île Bretonne, le Marquis d’Anaon, soit le Seigneur des âmes en peine. Le ton est donné. Notre héros est un ancien étudiant en médecine qui voyage au gré de sa curiosité pour les phénomènes paranormaux particulièrement sanglants avec l’intention de leur apporter une explication des plus rationnelles. Chaque tome est le récit d’une enquête à part entière avec son début et son dénouement et toujours avec cette petite touche "mystère de la Bête du Gévaudan".

Le Marquis D’Anaon Fabien Vehlmann, Matthieu Bonhomme et Delf (Dargaud, avril 2002)

Dans le premier tome L’ile de Brac, Jean-Baptiste Poulain est engagé par le Baron local comme précepteur pour son fils. Ce dernier ne se présentera jamais vivant à son nouveau précepteur. L’enfant aurait été victime du monstre local ripaillant de petits enfants isolés et sévissant sur l’île depuis des temps immémoriaux. Cependant, pour notre héros à l’esprit éclairé, cette explication est discutable et cache certainement un phénomène bien plus cruel encore : celui de la violence des hommes contre leurs congénères. Sans révéler la fin, je peux vous affirmer que notre homme a plutôt du flair. Les quatre tomes suivants s’ouvrent sur des enquêtes tout aussi passionnantes où la raison et l’esprit cartésien du Marquis ont raison des superstitions populaires. On remarquera aussi que notre homme sait voyager, on le retrouvera ainsi en Egypte visitant les pyramides et sur les mers en chasse d’un navire fantôme (j’en tremble encore).

Cette saga, c’est aussi  l’histoire d’une société qui change, celle de la France du 18ème siècle où une société traditionnelle s’efface au profit d’une société moderne. C’est donc le récit d’un combat entre deux visions du monde auquel le Marquis contribue. Tel un messager de la modernité, de l’esprit des Lumières, il passe à tabac les derniers bastions de l’obscurantisme. Et ce n’est pas seulement l’ignorance et la crédulité du peuple qui est visé mais aussi l’attitude d’une aristocratie sclérosée dans ses privilèges et sa médiocrité qui, elle aussi, est appelée à disparaître des façons des plus sanguinolentes : "Ah ça ira, ça ira, les aristocrates…".

Le dessin de Matthieu Bonhomme (un habitué des récits historiques d’aventures, Messire Guillaume ou Le voyage d’Estéban) et les couleurs de Delf contribuent largement à nous faire voyager dans le temps et à intensifier l’atmosphère fantastique de ces aventures scénarisées par le  brillantissime Fabien Vehlmann. Cette collaboration donne irrémédiablement au Marquis d’Anaon le goût des histoires d’antan que les aînés racontaient au coin du feu à une assemblée d’enfants hypnotisés.

Green Manor Fabien Vehlmann et Denis Bodart (Dupuis, novembre 2010)

Je vous invite par ailleurs à constater les talents de Fabien Vehlmann, scénariste prolifique en ouvrant les pages de Green Manor dont l’intégrale (regroupant les trois tomes) est sortie récemment. C’est avec délectation que vous découvrirez les pires horreurs dont sont capables les membres d’un club très select de Gentlemen de la Haute société Victorienne ! Vehlmann au cours d’une dizaine de petites enquêtes à l’ambiance de Cluedo un peu trash prend un malin plaisir à faire un portrait cruel de ces aristocrates dont la bêtise n’a d’égale que leur orgueil et disposant d’un penchant certain pour les crimes odieux. "Affreux, propres sur eux et méchants", voila comment résumer cette petite merveille d’humour aussi piquant que sagace.

Les Cinq Conteurs de Bagdad Fabien Vehlmann et Frantz Duchazeau (Dargaud, octobre 2006)

Enfin, je finirai par le meilleur : Les Cinq  Conteurs de Bagdad. Dans cet opus élégant et définitivement tordant, Vehlmann nous plonge dans un univers des Mille et une Nuits un peu tordu où le Calife de Bagdad organise un concours de conteurs. Les cinq participants et meilleurs conteurs de la ville s’engageront dans un voyage aux mille et un rebondissements en quête d’inspiration afin de raconter au Calife, dès leur retour, l’histoire la plus passionnante qu’il n’est eu à entendre. Rien de plus classique en somme ! Seulement la ligne fantastique de Duchazeau, le ton franchement désinvolte de certains personnages (on pourra retenir le très distingué "je pisse dans la bouche du Calife" de Tarek), les astuces narratives qui nous baladent et les réflexions sur la nature humaine portent cette œuvre au plus haut niveau de cet art ancestral qu’est le conte. Il n’y a pas à dire, Vehlmann est le sixième et meilleur conteur de cette épopée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique "Comment on dit Tintin en Serbo-Croate ?" par Ketana
La chronique "Les manwhas font-ils toujours pleurer ?" par Ketana
La chronique "Les plus grands râleurs du neuvième art !" par Ketana
La chronique "Ces filles qui n’illustreront jamais les pages de Elle Glamour ou même Biba magazine…" par Ketana
La chronique "L’expérience de la maladie en bande dessinée" par Ketana
La chronique "Des Mickeys à Tel Aviv" par Ketana
La chronique "Peut-on rire d'autres choses que des blondes en bande dessinée ?" par Ketana
La chronique "Est-ce que la BD peut nous rendre plus intelligent ?" par Ketana
La chronique "Est-ce qu'une bonne BD peut vous faire oublier que vous ne voyagez jamais?" par Ketana
La chronique "Vive la BD Québécoise libre ! Ou pourquoi se réjouir de l'arrivée chez nos libraires des auteurs québécois" par Ketana
La chronique "Est-ce qu'une bonne BD peut vous faire oublier que votre pays entre dans l'ère glaciaire ?" par Ketana


Ketana         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=