Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Robert Mitchum est mort
Olivier Babinet et Fred Kihn  (avril 2011) 

Réalisé par Olivier Babinet et Fred Kihn. France - Belgique-Norvège-Pologne. Comédie dramatique. Durée : 1h27. (Sortie le 13 avril 2011). Avec FOlivier Gourmet, Pablo Nicomedes, Bakary Sangaré, Danuta Stenka et Étienne Charry.

"Robert Mitchum est mort". Cette affirmation en forme de titre de film sera l’occasion de créer ici le label AVREP, acronyme de "À Vos Risques Et Périls".

Car le film d’Olivier Babinet et Fred Kihn n’est pas destiné à tous les spectateurs. Il en est, et ils ne sont pas forcément à blâmer, qui seront rétifs à un cinéma absurde, au-delà de toute logique et, comme on disait à une époque, totalement "rock’n’roll".

Même à l’intérieur de ce sous-ensemble convaincu par l’absurde, l’illogisme et le rock, il y en aura encore qui trouveront que le couple Babinet-Kihn décline jusqu’au plagiat le cinéma finlandais des frères Kaurismaki et se souvient beaucoup beaucoup de films OVNI des années 1990 comme "Mona et Moi" de Patrick Grandperret, qui pouvait s’honorer de la présence du leader lunaire des "New York Dolls", Johnny Thunders.

Les autres devraient apprécier ce cinéma maniéré, un peu puéril sans être calculateur, et quelque part proche des premiers Jarmush. S'ils regardent Canal+ depuis leur petite enfance et lisent lentement les romans de Jean-Philippe Toussaint, ils prendront du plaisir à suivre Olivier Gourmet en faire des mégatonnes dans la déjante pour convoyer jusqu'au cercle polaire Pablo Nicomedes, la plus étrange belle sale gueule du cinéma depuis Vincent Gallo.

Côté rock, ils aimeront peut-être les chansons d’Étienne Charry, ancien co-leader du groupe “Oui Oui” avec son compère Michel Gondry, qui se rappelle au bon souvenir de sa poignée de fans.

Au pays des faux-jeunes et des vrais vétérans quadragénaires, "Robert Mitchum est mort" porte donc bien son titre. Une fois vu, il est fort possible que le spectateur conquis oublie bien vite ce qui s’y raconte. Pourtant, au bout de ce périple finalement à la gloire de l’art pelliculaire, il n’aura pas trop souffert et passé quatre-vingts et onze minutes en bonne compagnie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=